Volte-face à la JSK : Hannachi  reste

Md Cherif Hannachi

ALGÉRIE (Tamurt) – L’affaire Mohand Chérif Hannachi a tout l’air d’avoir un rapport direct avec une lutte d’intérêt féroce et invisible. Aussi féroce que la guerre des clans qui se livre au sommet de l’Etat algérien depuis plusieurs mois.

Alors que tout le monde pensait que le cauchemar Hannachi relevait désormais du passé, un nouveau rebondissement dans ce dossier vient infirmer ce dénouement provisoire. En effet, la destitution, il y a trois semaines, de Mohand Chérif Hannachi en tant que président de la JSK par le Conseil d’administration du club, n’a pas été validée par la Ligue algérienne de football professionnel. C’est le président de la LFP en personne qui vient au secours de Hannachi en  affirmant que Mohand Chérif Hannachi reste le président du club du Djurdjura. Mahfoud Kerbadj, président de la ligue a indiqué en outre que Hannachi reste à son poste de responsabilité en l’absence de retrait de confiance de la part de  l’ensemble des actionnaires du club. Le même responsable a ajouté que la nouvelle équipe dirigeante du club, présidée par Malik Azlef, est également illégitime et la ligue ne reconnait pas cette instance chargée de gérer les affaires courantes et d’organiser l’élection d’un nouveau président.

Installé le 7 août 2017 au siège de la JSK à Tizi Ouzou, le directoire du club qui a pris provisoirement le relais du conseil d’administration s’avère donc un géant aux pieds d’argile. Si on prend en considération les déclarations du premier responsable de la ligue de football professionnel, Hannachi est toujours président de la JSK. Le même responsable a conclu en affirmant que la destitution de Mohand Chérif Hannachi telle qu’elle a été faite n’est pas conforme à la réglementation en vigueur

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Comme des dominos qui se suivent , si un seul tombe tous s’écroulent l’un après l’autre. C’est pour cela qu’ils se protègent si bien entre eux au sommet du pouvoir . Il ne faut surtout pas laisser au peuple penser qu’il a la capacité de faire tomber ne serait ce qu’un Hannachi sinon il trouverait du courage pour faire sauter un à un tous les autres verrous qui l’éloignent de sa liberté

    Répondre

Réagir

*