Tizi Ouzou : Les promoteurs de l’Ansej exigent l’effacement des dettes

Sit In Ansej

TIZI OUZOU (Tamurt) – Suite à un appel lancé par le collectif d’appui à la micro-entreprise (Came), un rassemblement de protestation a été observé en face du siège de la direction régionale de Tizi Ouzou de l’Office national de soutien à l’emploi de jeune (Ansej). Le sit-in a eu l’adhésion de dizaines de participants qui ne sont autres que les promoteurs ayant lancé des projets dans le cadre des dispositifs de l’Ansej, la Cnac et l’Angem.

Ces derniers vivent, en effet, une situation inextricable car, la majorité des projets lancés ont abouti à des échecs. Les marchés importants sont généralement accordés aux grands entrepreneurs et quand un promoteur a la chance d’arracher un contrat, ce sont le plus souvent des miettes dont il s’agit. C’est pourquoi l’un des mots d’ordre les plus importants mis en avant lors de la manifestation de Tizi Ouzou a été : « Pour l’effacement total de toutes les dettes des promoteurs ». De ce fait, les promoteurs en question rejettent la proposition du gouvernement consistant en le rééchelonnement des dettes en question. Les concernés vivent une situation d’asphyxie financière, déplorent-ils. Et aucune sortie du tunnel ne se dessine à l’horizon. Un horizon qui a l’air bouché à tous points de vue. D’un autre côté, les banques ne cessent de faire la pression sur les promoteurs n’ayant pas pu respecter les délais de remboursement.

Parmi les raisons principales ayant conduit à cet échec, on peut citer le fait que des jeunes qui étaient des chômeurs et ne bénéficiant d’aucune expérience professionnelle  préalable se sont retrouvés du jour au lendemain des chefs d’entreprises, parfois de grande dimension. Il était, de ce fait, évident que ça ne pouvait pas marcher. Mais le pouvoir, en lançant ce dispositif populiste, voulait juste cacher son incapacité à créer des postes d’emploi aux millions de jeunes chômeurs mais aussi et surtout à acheter la paix sociale.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. tout le monde doit payé!! qu’en-est-il de ceux qui ont payé leurs dettes contre vents et marrée!!!! si effacement de la dette il y a, l’état doit rembourser ceux qui ont respecter leurs prêt.
    tout le monde savait qu’en signant le prêt, il y ‘avait une échéance pour le remboursement! c’est inadmissible de demander l’annulation de la dette, a chaque fois c’est pareil, ils font un prêt après ils viennent pleurer
    dans notre village, du jour au lendemain, il y’avait 15 plombiers, 12 électriciens et sans parler des dizaine de fourgon pour le transport (ilma3nda t nuddine), mon ami qui avait choisi de faire le recyclage des PET a pu remboursé tout ses crédits en 4 ans,
    NON,NON,NON il fallait penser avant de signer!

    Répondre
    1. Si tu es aussi intransigeant, commence par aller demander le remboursement de millions de non pas de dinars mais de millions de dollars à Boutef, aux généraux, a Khalifa….etc.
      Quand des malheureux emprunte trois cacahuètes qu’ils ne peuvent pas rendre, tu cries au voleur, et quand des voleurs vident les caisses de l’Etat, tu restes muet.

      Répondre

Réagir

*