La théorie de l’évolution de Darwin bannie des manuels scolaires en Turquie

Erdogan

TURQUIE (Tamurt) – Le conseil de l’enseignement supérieur turc a décidé de retirer des manuels de biologie des élèves de troisième la théorie de l’évolution de Charles Darwin, jugée controversée et trop compliquée à comprendre pour les élèves. Le directeur du conseil académique de l’éducation nationale a annoncé que « la théorie de l’évolution ne sera plus abordée en troisième ».

En désaccord avec « les valeurs turques », le chapitre intitulé « L’apparition de la vie et l’évolution » va être supprimé dès la prochaine rentrée scolaire en Turquie. L’enseignement de la théorie de l’évolution, selon laquelle chaque espèce vivante se transforme progressivement au cours des générations, sera ainsi supprimé des livres de classe de biologie dans l’enseignement secondaire à partir de 2019.

La théorie de l’évolution, popularisée par Darwin en 1859 dans son ouvrage l’Origine des espèces, ne sera donc plus enseignée dans le secondaire, mais uniquement dans le supérieur, privant une grande partie des élèves de ce bagage essentiel. Cette décision illustre, une fois de plus, le tournant conservateur et autoritaire pris par le gouvernement.

Amnay pour Tamurt  

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Evidemment la théorie de Darwin pose le dilemme de l’existence d’une âme chez des animaux cousins de l’homme ou sa non existence car refusée aux créatures dîtes inférieures dans la théorie créationniste ,ce qui risquerait de remettre en cause un des principes fondamental des religions du Livre contrairement à l’Hindouisme ,le Boudisme et l’animisme par exemple chez lesquels chaque être a sa place dans l’ univers du plus petit au plus grand .
    Et puis dans les dictatures surtout théocratiques il faut éviter au maximum que les plus petits socialement infériorisés par leur méconnaissance du réel s’instruisent trop et remettent au cause le pouvoir des grands qui seuls pourront acquérir le bagage qui leur permettant de dominer les autres comme par le passé nostalgique des assoiffés de pouvoir

    Répondre

Réagir

*