Sur les territoires perdus de la République, la police française a peur

marché aux puces de Marseille

MARSEILLE (Tamurt) – Le dimanche 16 avril  vers 9h30 du matin,  2 militants (Massinissa D. et Yugurten T.) de l’association  solidarité France-Kabylie se sont rendus au marché aux puces de Marseille pour distribuer au public  les affichettes du rassemblement qu’ils préparent, avec  d’autres associations,  à l’occasion de la célébration du printemps Berbère prévu le samedi 22 avril.

Ils ont installé une petite table de jardin sur le trottoir aux alentours de l’entrée principale du marché, un drapeau kabyle hissé sur un bâton en bois, flottait  au vent et scotché à un pied de la table qui est remplie de tracts à distribuer aux public. A la vue du drapeau kabyle, un agent de sécurité chargé de la  surveillance du marché a accouru pour leur interdire de s’y installer sous le fallacieux prétexte de ne pas gêner l’entrée, alors que deux stands tenus par des islamistes étaient déployés en plein milieux de l’entrée qu’ils obstruaient  en utilisant des  hauts parleurs demandant de l’argent pour le financement de  la construction de  deux nouvelles mosquées à Marseille. Il s’en est suivi une vive altercation, avec échange de propos durs. L’agent de sécurité, très nerveux, a balancé des grilles métalliques sur les deux militants. Puis une collègue d’une autre association franco-kabyle (Tin Hinane  A) est arrivée sur les lieux, elle a essayé de raisonner l’agent raciste anti-kabyle mais celui-ci persiste dans sa haine. Puis deux policiers, un homme et une femme, arrivent, les trois militants franco kabyles leur expliquent la situation, ils leur montrent les deux associations islamistes qui gênent réellement la voie.

Craignant l’amplification de l’attroupement  et la généralisation du conflit dans cette zone de non droit sur un terrain perdu de la république,  les deux policiers  ont demandé aux militants franco kabyles de partir sous la menace de leur dresser de lourdes amendes. En revanche, ceux qui bloquaient la circulation, avec des hauts parleurs, n’ont eu de menaces ni de la part du vigile ni des policiers. Rappelons que c’est dans ce marché que les commerçants refusent de servir les clients pendant  de la prière du vendredi entre 12h30 et 14h.         (Pour des raisons de sécurité les noms des militants sont changés).

Yuva Dahdah pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. C’est toute la république française qui sera bientôt un territoire perdu pour les français. C’est plus facile de menacer des démocrates juste pour avoir la paix et laisser les terroristes occuper le terrain. Très grave ce qui se passe en france.

    Répondre
  2. Azul,

    CHEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE pour la france, le mal qu’elle nous a fait à nous Leqvayel et en particulier Imazighen, aujourd’hui et dans le futur elle le paie »ra ».

    Répondre
  3. Fatigué de ces constats honteux d’une preuve de faiblesse des Kabyles.
    qu’avez vous à vouloir toujours nous comparer aux Islamistes ou autres, cessez de nous parler d’eux.
    Si en France, quelque soit le lieu, une telle chose arrive, et que les victimes se plaignent et pleurent, au lieu de se battre (dépôt de plainte, justice, presse ….) , alors ces victimes devraient, pour leur honneur, se cacher.

    Répondre

Réagir

*