Tags: kabylie

Le soutien du Maroc à l’indépendance de la Kabylie n’est pas effectif

TAMAZGHA (Tamurt) – Le principe de la réciprocité que devait appliquer le Maroc vis-à-vis de l’Algérie qui finance depuis 1975 le Polisario n’est pas effectif. Les rares déclarations des diplomates Marocains à l’ONU sur le droit du peuple kabyle à l’autodétermination sont loin de suffire.

Il compte réaliser un centre de traitement des cancers en Kabylie : Le professeur Boutemeur à Aokas pour expliquer son projet

AOKAS (Tamurt) – Prendre en charge les malades atteints de cancer et former les étudiants en médecine orientées vers l’oncologie. Tels sont els objectifs de la fondation pour la promotion des sciences que compte créer, en Kabylie, le professeur Madjid Boutemeur qui était l’invité du café littéraire d’Aokas, le mardi en fin d’après midi.

La Kabylie leur tournera le dos : Les élections locales auront lieu le 23 novembre

ALGÉRIE (Tamurt) – Les élections locales auront lieu le 23 novembre prochain, a annoncé un communiqué officiel de la  Présidence de la République Algérienne, ce samedi 26 août. Il s’agit d’élections visant à renouveler les assemblées populaires communales et wilayales. Puis, une partie du sénat ou Conseil de la Nation.

Les jeunes kabyles ne croient qu’à l’indépendance

KABYLIE (Tamurt) – La libération de la Kabylie du joug colonial Algérien est le seul combat auquel convergent les opinions en Kabylie, et plus particulièrement au sein de la classe juvénile et estudiantine. L’esprit de indépendance et de nationalisme Kabyle gagne du terrain. Les jeunes croient, dur comme fer, que la Kabyle se libérera un jour.

LA KABYLIE : Entre accusation et négation des uns et particularisme des autres

CONTRIBUTION (Tamurt) – Remonter dans l’histoire de Tamazgha -13 pays- (Berbère) aussi loin que possible avec nos moyens, nous ne cessons de le faire, rappeler ses origines (les Gétules) et ceux des noms Afrique, Berbère, et Kabylie semble en adéquation avec l’un des sujets en débats actuellement sur le plan national; c’est à dire l’une des 6 régions, constituées à juste titre lors de la guerre de libération nationale où seule prédominait l’Algérie sans apriori et sans coloration dominante aucune dans toutes ses dimensions unies autour d’une seule idéologie de l’époque avec comme perspective la libération du peuple et de la nation algérienne, en nous axant de façon résumée notamment sur la période Turc et française où la négation de l’autre et la pratique de la division avaient cours au grand jour.

Le FFS tente de devenir un parti politique exlusivement « algérien »

ALGERIE (Tamurt) – C’est depuis 1963 que la parti de Hocine Aït Ahmed tente, avec toutes ses énergies, de gagner une petite place en dehors de la Kabylie. En vain. Hocine Aït Ahmed avait nommé Djedaï à la tête du secrétariat national du FFS  au début des années 2000 pour séduire une petite partie des Constantinois. Sans succès.