Tags: Gendarmerie

La gendarmerie coloniale algérienne envahit Axxam n Tmusni et harcèle Ahmed Amrioui

DRAÂ EL MIZAN (Tamurt) – Ahmed Amrioui, précurseur de « Axam n Tmusni », vient d’être, encore une fois, convoqué par la gendarmerie. Aujourd’hui, vers 12h30, 2 voitures de la brigade de Draa El Mizan chargées de 8 à10 gendarmes armés jusqu’aux dents l’ont fait sortir de chez-lui, à At Yahia Moussa, pour lui remettre une convocation signifiant sa présence immédiate à la brigade de Draa El Mizan où il se trouve actuellement. En voulant prendre une photo de ces gendarmes qui s’affairaient autour de sa demeure, le responsable de ces forces coloniales a refusé sous prétexte qu’ils ne voulait pas voir apparaitre leur photo sur le journal Tamurt.

Il y a 16 ans, la gendarmerie algérienne  tua Guermah Massinissa

KABYLIE (Tamurt) – Le 18 avril 2001, un gendarme vide son chargeur sur un jeune lycéen à l’intérieur d’une brigade de la gendarmerie d’At Douala. Benflis, premier ministre, n’avait soufflé aucun mot. Son président aussi. Zerhouni avait enfoncé le clou et a ouvert la guerre en déclarant qu’il s’agit d’un voyou éliminé. C’était le début d’un autre drame qui a ensanglanté toute la Kabylie.

La gendarmerie construit son unité de wilaya motorisée à Aokas

AOKAS (Tamurt) – Alors que les services de la gendarmerie ont été obligés, il y a deux décennies de cela, à délimiter la cour d’accompagnement du siège de la brigade d’Aokas pour libérer le terrain vague qu’ils occupaient d’une manière anarchique depuis l’existence de cette brigade, c’est-à-dire au lendemain de l’indépendance, voilà que le laxisme des actuelles autorités communales permet à ces mêmes services de se réapproprier cette parcelle de terrain.