Tags: el watan

Chute libre des ventes du journal El Watan en Kabylie

KABYLIE (Tamurt) – La publication d’une chronique à caractère raciste contre les Kabyle par le journal El Watan, a porté un sacré coup sur le plan financier de ce quotidien qui est déjà en déclin ces dernières années. Selon les buralistes de la ville de Tizi Wezzu, les clients habituels de ce journal l’ont boudé et n’ont pas caché leur colère contre l’auteur de cette chronique.

El Watan et son chroniqueur

CONTRIBUTION (Tamurt) – Tiens, tiens, selon un chroniqueur d’El Watan, les Kabyles ne sont pas des citoyens de second degré dans ce territoire communément appelé Algérie. À la différence des Palestiniens, d’après ce taré, la cause des Kabyles est discutable, voire injuste. Ces derniers jouissent de tous leurs droits culturels, religieux et économiques… Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Guéguerre entre Saïd Sadi et El Watan

ALGÉRIE (Tamurt) – Ali Bahmane, l’un des actionnaires principaux du quotidien « El Watan » n’a pas tardé à répondre aux attaques de Saïd Sadi contre la presse privée, créée au lendemain des émeutes d’octobre 1988 et dont El Watan constitue l’un des principaux titres, ayant pu s’imposer tout au long des années quatre-vingt-dix, avant de péricliter durant les années 2000.

Après que leur prix soit passé à 30 DA : Les ventes de Liberté et El Watan ont baissé de 50 %

ALGÉRIE (Tamurt) – La crise économique et les restrictions touchant la liberté de la presse depuis quelques années en Algérie ont engendré une situation d’étouffement inédite qui affecte même les journaux les plus vendus. En effet, les deux journaux francophones algériens les plus vendus, à savoir Liberté et El Watan, ont vu leur vente péricliter de la moitié depuis que leur prix de vente est passé d’un seul coup de 20 à 30 DA, il y a quelques semaines.

El Watan, Liberté, El Khabar et le Soir, le pouvoir neutralise les journaux de Tewfik

ALGERIE (Tamurt) – Avec la hausse des prix de Liberté et El Watan (qui se vendent désormais à 30 DA), la neutralisation des journaux du Général à la retraite, Tewfik, est une mission accomplie avec succès par le clan de Bouteflika. Ce dernier a désormais la mainmise absolue sur tout le champ médiatique algérien écrit et audiovisuel.