Tags: brtv

Bouaziz Aït Chebib à BRTV : « il ne faut pas avoir peur de la pluralité des idées »

KABYLIE (Tamurt) – L’ancien président du MAK, Bouazziz Aït Chebib, est intervenu hier sur les ondes de la BRTV. A la question de sonder son avis sur la création du RPK, Bouazziz a affirmé qu’il ne « fraut pas avoir peur de la pluralité politique. Nous les Kabyles on a toujours vécu dans une atmosphère de démocratie ».

Nordine Aït Hamouda aurait fait des révélations à Malika Matoub

KABYLIE (Tamurt) – Le rapprochement et la réconciliation entre Malika Matoub et Nordine Aït Hamouda n’est pas un fait anodin. D’après Malika, le fils du colonel Amirouche lui aurait fait des révélations importantes sur l’affaire de l’assassinat de son frère. C’est ce qu’elle a déclaré à la BRTV.

Nordine Ait Hamouda à BRTV : « Said Sadi a été arrosé en privilèges matériels par le DRS »

KABYLIE (Tamurt) – Le fils du Colonel Amirouche, Nordine Ait Hamouda, continue de livrer de fracassantes révélations concernant l’ex-président du RCD, Said Sadi. Dans une émission diffusée par Berbère télévision dans la soirée de vendredi à samedi dernier, Nordine Ait Hamouda a déclaré que le Général Tewfik ex-patron du DRS a octroyé un lot de terrain à Said Sadi à El Biar (dans l’Algérois) dans la capitale ainsi que de nombreux autres privilèges financiers en contrepartie de services rendus au DRS.

Mohamed Sadi, «  le festival de la chanson amazighe est un trait d’union entre les peuples  de l’Afrique du Nord »

sembler des artistes de toutes les régions berbérophones de l’Afrique du nord est l’objectif tracé par le premier responsable de la BRTV, Mohamed Sadi, à l’occasion de la deuxième édition du festival de la chanson Amazighe qui aura lieu, pour rappel, le 19 et le 20 de ce mois au parc floral de Paris.

Lyazid Abid à BRTV : « Le MAK ne compte pas sur la France pour libérer la Kabylie »

PARIS (Tamurt) – A BRTV face à Mohand Kacioui, Lyazid Abid dira « Le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et les Kabyles ne comptent que sur eux-mêmes pour arracher leur liberté. On ne compte ni sur le soutien de la France ni sur celui de l’Allemagne, du Maroc ou d’Israël. Il est évident qu’avec un régime tel celui d’Alger comme adversaire, il n’est guère facile d’accéder à l’indépendance, mais ce n’est pas une raison pour baisser les bras. Tôt ou tard, notre combat aboutira »