Tags: Argent

Où va l’argent du peuple ?   Le journal arabophone « El Fedjr » a reçu 76 milliards

ALGÉRIE (Tamurt) – C’est le ministre algérien de la Communication, Djamel Kaouane, en personne qui vient de faire la révélation : le journal algérien arabophone « El Fedjr » (quotidien à très faible tirage) a reçu 76 milliards de centimes en guise de publicité étatique lors des huit dernières années.

Il a volé de l’argent dans une mosquée, un individu arrêté à Tizi Ouzou

TIZI WEZZU (Tamurt) – Décidément , les lieux de culte sont devenus des endroits où l’on s’adonne de plus en plus et sans hésitations à toute sorte de malversations. Après la pédophilie et l’homosexualité, et tout récemment un crime à la mosquée de Tigzirt-sur-mer, on vient de découvrir que des vols sont aussi commis dans les mosquées notamment à Tizi Ouzou.

Le pouvoir n’a plus d’argent pour corrompre en Kabylie

TIZI WEZZU (Tamurt) – Pour continuer à avoir la mainmise sur la Kabylie, le pouvoir algérien est devant une véritable impasse. Depuis que les caisses de l’Etat se sont vidées après la chute vertigineuse du prix du pétrole, il n’y a plus de quoi remplir les poches des kabyles de service en contre partie des sales besognes accomplies.

TIZI WEZZU (Tamurt) – La maison de la Culture de Tizi Wezzu a été cernée, lundi soir vers 18h00, par un groupe de voyous qui voulaient réclamer leur argent à El Hadi Ould Ali, directeur de campagne du candidat Bouteflika à Tizi-Ouzou. Ces individus étaient chargés de sécuriser l’itinéraire de Sellal et d’aider la police à réprimer les anti-bouteflika. Un renfort chargé de prêter main forte aux services de sécurité en cas de besoin.

BGAYET (Tamurt) – Il a fallu deux heures pour que les membres de l’assemblée populaire de la wilaya se décident enfin à ouvrir leur session en cette matinée du lundi. Consacrée principalement aux rentrées scolaire et universitaire, cette session a vu beaucoup de membres intervenir dans d’autres considérations.

ALGÉRIE (Tamurt) – Payé au prix fort par l’argent du contribuable, le supplément est un tissu de louanges et des douze années de règne de Bouteflika, louange et propos faisant la gloire des réalisations étalées dans les colonnes du supplément financé par l’argent de Sonatrach et de d’Algérie Télécom qui ont acheté des encarts publicitaires pour permettre aux capés du gouvernement de s’exprimer.