Tags: affaire

Le feuilleton continue : Nouvel épisode dans l’affaire Said Sadi-Ait Hamouda

KABYLIE (Tamurt) – Said Sadi, ex-président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), devenu écrivain depuis sa retraite politique, plus précisément biographe de personnalités kabyles (Chérif Kheddam et Amirouche), vient de rendre publique une information inhérente à son dépôt de plainte contre son ancien bras droit et ami de très longue date Nordine Ait Hamouda (fils du Colonel Amirouche et député indépendant à l’Assemblée populaire nationale).

Verdict, le 21 septembre, de l’affaire de l’harcèlement de l’ADE de Msila   

COMMUNIQUE (Tamurt) – Le bureau de la LADDH de M’sila aile  » Salah Dabouz » dénonce tout acte irresponsable du chef de centre de distribution de l’eau potable et le silence des responsables de l’ADE de la wilaya suite aux moult réclamations d’une contractuelle ingénieur d’état recrutée dans le cadre du pré-emploi, pour des provocations répétées par ce responsable du centre l’incitant à la débauche en contre partie pour un recrutement dans un poste d’emploi à plein temps.

Bélaid Abane: » L’assassinat d’Abane n’était pas une affaire kabylo-Arabe »

ALGÉRIE (Tamurt) – Invité par la BRTV, le docteur Bélaid Abane, neveu d’Abane Ramdane, est revenu sur la non évocation de la langue Tamazight au congrès de la Soummam en 1956.  » A l’époque on ne pouvait pas parler de Tamazight. Ni l’arabe ni Tamazight et ni l’islam n’ont été cités au congrès de la Soummam.

La cour de Batna examinera, aujourd’hui, de nouveau l’affaire des six ahmadis

COMMUNIQUE (Tamurt) – (A.H) 44 ans, (B.B) 47, (B.A) 46 ans, (M.D) 28 ans et (B.H) 34 ans (M.MS) 49 ans accusés des délits suivants: – pratique de rites religieux dans des lieux non attribués, collecte de dons sans autorisation, gestion d’activités d’une association non agréée et possession et distribution de publications de sources étrangères susceptible de porter préjudice à l’intérêt national.

Un drame toujours présent dans les mémoires : L’affaire de la petite Nihal non élucidée

TIZI WEZZU (Tamurt) – Plus de trois mois après sa survenue, l’affaire du drame de la petite fille Nihal Si Mohand est toujours non élucidée. Personne ne sait toujours pas ce qui s’est passé exactement en ce maudit et triste 21 juillet quand la fillette de cinq ans a été d’abord portée disparue avant que des restes de son corps ne soient retrouvée deux semaines plus tard.

Affaire des logements des journalistes de Tizi-Wezzu : Un chef de daira et deux émigrés sur la liste

TIZI-WEZZU (Tamurt) – L’affaire des logements des journalistes commence à livrer ses premiers secrets. Ainsi, après que la liste en question ait été tenue au secret pendant de longs mois, les premiers noms parmi les souscripteurs n’ouvrant pas droit à bénéficier du dispositif LPA (Logement participatif aidé) sont désormais connus.

DIASPORA (Tamurt) – Ainsi, sur l’affaire Mecili, la justice française vient de rendre un scandaleux non-lieu. André-Ali Mecili brillant avocat kabyle, naturalisé français, et bras droit de Hocine Ait Ahmed, fut assassiné à Paris le 07/04/1987. Son assassin, Abdelmalek Amellou, un voyou notoire fut engagé par la Sécurité Militaire algérienne pour cet assassinat en contrepartie de la somme de 800. 000 francs français. Arrêté quelques jours après son crime, il fut expulsé en procédure d’urgence vers Alger où il coule encore des jours tranquilles, toujours protégé par le pouvoir algérien.

TUVIRETT (Tamurt) – La peine de deux années de prison ferme a été prononcée à l’endroit de neuf accusés. Cette lourde peine a été justifiée, selon des sources proches du milieu judiciaire, par le fait que ces neuf condamnés n’aient pas répondu à la convocation de la justice. Quant aux vingt-trois autres accusés, la peine prononcée contre eux varie entre deux mois à six mois de prison avec sursis ! Ces peines ont été prononcées selon le degré de culpabilité des uns et des autres.

TUVIRET (Tamurt) – Le dossier semble être étudié d’avance. En tout cas, c’est un dossier à connotation politique. A titre de rappel, ces 32 kabyles mis en cause sont poursuivis par la justice algérienne pour avoir « tenté d’empêcher les élections présidentielles d’avril dernier » et les faits se seraient produit au niveau de leur localité, c’est-à-dire à Haïzer.