Sidi-aich : Un violent orage plonge la ville dans les inondations


BGAYET (Tamurt) – Il n’a pas suffi longtemps pour dame nature de dégainer sa mauvaise humeur, en déversant des pluies torrentielles pour que la ville de Sidi-aich se transforme en piscine. En un laps de temps, une demi-heure plus exactement, des crues d’eau ont latéralement charrié dans la journée du jeudi des déchets de toutes sortes, contraignant ainsi les riverains à patauger dans la gadoue. Plusieurs quartiers de la ville éponyme, notamment à Bouhlou, Cité des 216 logements, Mission, Azrinouh…Se sont retrouvés englouties par les eaux en l’espace de quelques minutes. Des tonnes de boue ont ainsi obstrués plusieurs axes routiers tout en causant des dégâts matériels à certains foyers et autres boutiques.

Cette pluviométrie tant attendue par le commun des mortels arrive à point nommé, car ces précipitations automnales finiront par avoir des retombées bénéfiques sur les rendements agricoles, notamment l’oléiculture. Mais ce qui est moins bien avec ces pluies, notamment dans les villes à basses altitudes est les inondations à répétition. Ce qui est encore beaucoup moins bien, c’est que ce phénomène est devenu récurrent ces derniers temps. Qu’un, deux ou trois avaloirs soient bouchés une fois dans une ville comme Sidi-aich, les citoyens penseront sûrement que cela n’est pas grave, que c’est un simple oubli de la part des services concernés. Mais, que des bouches d’égout destinées à évacuer les eaux de ruissellement soient obstruées tout le temps, au point de transformer les chaussées en véritable lit d’oued en crue, là, il y a sans doute défaillance de la part des services concernés.

Amnay pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. La ville de sidi aich est gérée par des prédateurs devenus des arabistes notoires . ils l’ont complément déformer pour devenir laide et incommode avec des déchets à ciel ouvert. Acif est pollué est sa rive est livrée à tout un tas de dégradations.
    La construction n’obéit à aucune logique architecturale ,sécuritaire ou esthétique. L’environnent laisse à désirer. On ne peut que dresser un tableau hélas contrairement à jadis.
    ce sont de sont de vrais destructeurs qui ont édifié des cages à poules .
    Même le cimetière ils l’ont arabisé en effaçant les épitaphes en français.
    Chaque maire à eu droit à la réfection des trottoirs si bien qu’il sont devenus des spécialistes de la dilapidation des budgets.
    Heureusement que la nature est là pour rappeler aux irresponsables les conséquences de leurs œuvres malfaisantes dont on sait qu’il ne tireront aucunes leçons tellement ils sont tordus. Pauvres citoyens qui laisse faire…

    Répondre

Réagir

*