Le seul rempart contre la répression et la politique de la terre brûlée réside dans l’unité et la fraternité de tous les kabyles.

Bouaziz Ait Chebib

CONTRIBUTION (Tamurt) – Après l’empêchement des rassemblements, des meetings et des conférences des souverainistes kabyles sous le prétexte fallacieux de l’absence d’autorisation, le pouvoir colonial algérien interdit les rencontres organisées par des centres culturels et cafés littéraires qui activent pourtant dans le cadre des lois algériennes, pour la simple raison que leurs invités échappent au contrôle de la corruption politique et financière érigées comme mode de gouvernance.

Des émeutes ont éclaté, dans l’après midi du 22 juillet, à Aokas après l’empêchement violent d’une huitième conférence, organisée par le Café littéraire d’Aokas et l’association Azday de la même ville. Suite aux violences endurées par les citoyens(e)s d’Aokas, je leur exprime ici mon soutien fraternel indéfectible. Désormais, aucune voix contestataire ou vision remettant en question l’ordre colonial établi n’est tolérée. Ainsi, le régime algérien, en digne disciple du nazi Joseph Goebbels, sachant qu’il est incapable de convaincre par ses idées, il a décidé de réduire le vocabulaire de façon à ce que plus personne ne puisse exprimer que ses idées à travers des slogans creux et mensongers mais ô combien efficaces. En plus de la répression, de la salafisation, de la misère endémique dont notre peuple est victime, le pays subit un désastre écologique. Le pouvoir colonial algérien veut faire de notre verdoyante Kabylie un désert, alors que sous d’autres cieux ont fait des déserts des endroits plus verdoyants que la Kabylie.

Face à ce plan d’extinction de la Kabylie, la solidarité et la fraternité sont plus que jamais de mise et que cessent toutes les pratiques qui nous autodétruisent. Travaillons tous main dans la main, dans le respect et la complémentarité pour conjuguer nos efforts dans des actions allant dans le sens de la défense et de la promotion de notre identité kabyle, de notre langue, de notre culture et de notre sécurité, toutes gravement menacées.

Bouaziz Ait-Chebib

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Merci Mass Vouaziz, la Kabylie a besoin de toutes ses forces et non de ses féroces.
    Je constate que malgré votre éviction, vous contiuez à vous battre pour la Kabylie .
    Je ne doute pas de vos convictions même si j’ai émis des doutes sur le fait que des militants sont harcelés et tabassés contrairement à vous.
    Si vous défendez une Kabylie indépendante, je serai à fond à vos côtés car le zaimisme ne doit pas l’emporter sur notre cause.
    Je constate que vous êtes supérieur à beaucoup en matière de chiffre que vous maîtrisez, d’économie, d’investissement sur le terrain, de connaissances diverses.
    Contrairement à d’atres, vous intervenez, vous écoutez les autres et ne vous barrez pas, vous ne vous sentez pas au dessus des autres, vous avez une vie privée et familiale intégres, vous n’êtes pas assoiffé par la présidence, vous êtes visionnaire, vous vous investissez financièrement et non avec l’argent des autres, vous n’avez nul besoin d’être mandaté pour continuer le combat, vous ne changez pas de partenaires et de piliers comme on change de culotte, ni ne faites dans le monologue ou le zaimisme, si vous vous déplacez quelque part vous vous enquirez de la situation de ceux qui viennent de loin.
    La Kabylie a besoin de tous ses Hommes pour mener son projet à bien et non de communiqués ou de zig zag

    Répondre
  2. nous devons faire face a cette pourriture armée ;police;et gendarme algérienne c est a dire nous devons les faire sortir de notre chère kabylie tant qu ils sont làba la kabylie est entrain de pourrir nous devons se débarrasser de cette salté arabe qui nous colognalise et qui nous répriment chez nous; afous deg fous

    Répondre

Réagir

*