« Sauvons la JSK » : L’appel du cœur de Hamid Sadmi

Sadmi Hamid JSK

KABYLIE (Tamurt) – Devant l’interminable tempête qui emporte la JSK depuis des années, les anciennes gloires du club ne cessent de multiplier les initiatives pour sauver le symbole de la Kabylie, pris en otage par Moh Chérif Hannachi. La dernière initiative est celle de Hamid Sadmi, ancienne figure de proue de la Jeunesse sportive de Kabylie du temps où le nom du club avait été changé, par la dictature du FLN, en Jeunesse électronique de Tizi Ouzou.

Hamid Sadmi vient, en effet, de lancer un appel pour arrêter ce plan destructeur visant à délester la Kabylie de l’un de ses symboles. Dans son appel, Hamid Sadmi souligne : « Tout le monde a vu et connaît la situation chaotique et de déliquescence de la JSK. Tout le monde sait que cette situation perdure depuis presque une décennie. Doit-on laisser cet état de fait persister ? Non. Y a-t-il une porte de sortie à ce cauchemar ? OUI ». Hamid Sadmi explique que cette porte de sortie impose une alternative qui est une solution de remplacement pour concevoir autrement le fonctionnent et l’organisation de cette grande institution qu’est la JSK. Cette alternative est souhaitée par tous. « Moi, Abdelhamid Sadmi, je l’incarne par l’amour que je porte à mon unique et grand club, par ma fidélité sans faille aux couleurs et à l’histoire de la JSK, dont je revendique mon concours avec fierté et humilité », ajoute l’ancien grand joueur du club mythique du Djurdjura.

Sadmi indique dans son appel que cette alternative se réalisera et se matérialisera avec ma volonté, mon courage et ma profonde conviction, avec les moyens humains et financiers qui existent et qui seront mis à la disposition de cette grande œuvre de redressement dans la transparence et la légalité et avec un projet ambitieux pour redonner sa grandeur à notre cher club qui était censé ne jamais perdre et par la même réapprendre au peuple de la JSK à être fier de son équipe et crier à haute voix son attachement et de rêver à de nouvelles conquêtes sportives à l’échelle nationale et internationale. « Cette alternative aboutira inéluctablement avec le concours de toutes les bonnes volontés désintéressées, sincères, courageuses et déterminées qui je ne doute pas existent au niveau des supporteurs sur tout le territoire national, des anciens joueurs, des anciens gestionnaires, des pouvoirs publics et le monde des médias.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Le peuple de la JSK n’existe pas. Ce qui existe c’est le peuple Kabyle, le peuple Kabyle qui souffre de la situation désastreuse ou se trouve le club phare de la Kabylie même si d’autres clubs Kabyles s’en tirent beaucoup mieux. Comment vouloir sauver la JSK et ne pas dire un mot, un simple mot, à l’adresse du Peuple Kabyle ?

    Des artistes, des hommes politiques, des sportifs qui poussent le complexe jusqu’à renier à eux même le statut de Peuple méritent en effet de vivre jusqu’à la fin de leurs jours sous Bouteflika et Hannachi.

    Répondre

Réagir

*