Rentrée scolaire aujourd’hui : Cette école qui produit du néant

rentrée scolaire

ALGÉRIE (Tamurt) – Basée fondamentalement sur l’endoctrinement arabo-islamique, l’école algérienne produit depuis 1976 rien que du vent et des cendres. Malgré ce constat amer et incontestable, les forces conservatrices en Algérie s’opposent avec la plus grande vigueur à toute réforme de l’école allant dans le sens de la laïcité et de l’intelligence.

D’ailleurs, à la veille de la rentrée scolaire 2017/2018, prévue, aujourd’hui, mercredi 6 septembre, des associations dites islamiques se sont élevées énergiquement contre le fait que la mention « Bismi allah errahmane errahim » (au nom de Dieu, le Clément et le Miséricordieux) ait été supprimée de la première page des livres scolaires dès cette année. C’est dire à quel point le niveau est bas dans une Algérie qui s’est égarée une première fois en 1962,  quand Ben Bella présidait le pays et une deuxième fois, à la création de l’école fondamentale en 1976. Un système éducatif basé sur l’arabisation et l’islamisation aveugle. Le bilan de cette réforme absurde mais voulue par les gouvernants est des plus désastreux. Aucun pays au monde ne reconnait les diplômes algériens. Vous avez beau être titulaire d’un doctorat en Algérie, une fois arrivé dans un pays occidental, vous êtes obligé de refaire votre formation universitaire car le diplôme délivré par l’université algérienne vaut trois fois rien.

Pis encore, au moment où les décideurs se targuent fièrement et sans cesse d’avoir réussi à arabiser les écoles et les universités, les formations continuent de se faire en langue française concernant pas mal de spécialités comme la médecine ou l’informatique. Aucun médecin en Algérie ne délivre, d’ailleurs, une ordonnance en langue arabe quand bien même le médecin en question pourrait avoir des convictions intégristes et il en existe à la pelle dans le pays. Aujourd’hui donc, des millions d’enfants prendront le chemin de l’école où ils auront droit à un véritable lavage de cerveau pour devenir ce que tout le monde sait. Et redoute pourtant !

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Triste mais vrai. Quand bien même je ne suis ni militant ni même sympathisant du MAK, je trouve que l’arabisation de l’Algérie (tout comme la « francisation ») n’ont rien apporté à l’Algérie.

    Répondre

Réagir

*