Présidentielle française : L’analyse de Boualem Sansal dans le New York Times

E. Macron, président

FRANCE (Tamurt) – Dans un long article, publié dans le prestigieux journal américain, le « New York Times », le grand écrivain algérien Boualem Sansal, auteur notamment du chef-d’œuvre  « 2084, la fin du monde » s’est montré sceptique, voire déçu par l’issue de l’élection présidentielle française de dimanche dernier. Boualem Sansal qui est aussi un essayiste politique confirmé et reconnu, a ainsi révélé qu’il y a un nouveau système pour désigner le président de la république, en France.

« Ni plus réellement une démocratie, ni une dictature, c’est quelque chose qui n’a pas encore de nom. Un acronyme ou un mot porte-manteau construit de «démocratie», «dictature» et «ploutocratie» ferait bien l’affaire », ajoute Boualem Sansal. Ce dernier en dévoile le mode d’emploie : Le mécanisme fonctionne ainsi : des patrons de grands groupes financiers, industriels et commerciaux, ainsi que d’éminents conseillers habitués de l’Elysée, de Matignon et de Bercy ont choisi le futur président de la république — Emmanuel Macron, en l’occurrence — et 10l’ont instruit de sa mission. « Ensuite, ajoute l’auteur du « Serment des barbares », ces oligarques ont mobilisé l’Etat, le gouvernement, la justice, les médias, les communicants, les artistes, les cachetiers, les sondeurs, les sociétés de Paris et les grands noms de la société civile pour le porter à la magistrature suprême. La machine s’est mise au travail et en un tour de piste a fait de l’impétrant le candidat du peuple, le favori, le héros indépassable. Lui-même en est devenu convaincu ». Boualem Sansal précise que tout le reste était une simple formalité : il suffisait juste d’éliminer les autres candidats. « On en a mis beaucoup sur la ligne de départ, désespérant le peuple en lui donnant l’image de la déplorable division dans laquelle les partis politiques ont entraîné le pays.

Puis on a promis des primaires pour remédier à ça : il y aura un tri impitoyable ! En effet : les candidats sérieux — Manuel Valls, Alain Juppé — ont été éliminés », écrit Boualem Sansal. Et d’éclairer l’opinion et les lecteurs de son point de vue lucide : La justice a ensuite lancé des fatwas contre les gros candidats qui restaient, et la presse, bras séculier de l’oligarchie, les a traqués. François Fillon et Marine Le Pen ont été poursuivis pour vol à l’étalage, leurs photos placardées à la une des journaux.  » On accuse aussi Jean-Luc Mélenchon de pas mal de crimes. Il aurait assassiné le Parti socialiste, caporalisé les communistes, volé des troupes aux Républicains et aux frontistes et contrevenu aux règles de la soumission en appelant son mouvement La France insoumise », enchaine encore l’auteur du « Village de l’Allemand ». L’article de Boualem Sansal dans le New York Times permet d’avoir un nouveau regard perspicace sur une élection qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Boualem Sansal en donne quelques clés avec le courage et l’honnêteté intellectuelle que tout le monde lui reconnait.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Bel article résumant parfaitement la situation Française qui se dit pays des droits de l’homme et se permet de donner des leçons de démocratie aux autres pays.

    Répondre
  2. le complot. toujours le complot. que Sansal balaie devant sa porte. qu’il aille dire la corruption, la mafia en Algérie. qu’il aille dire ce qui se passe au plus haut niveau de l’état algérien… qu’il aille dire la souffrance des kabyles lesquels ne sont pas reconnus comme ils pourraient l’être….

    Répondre
  3. Tonton Boualem, toujours cette lucidité qui caractérise les esprits libres et clairvoyants, comme dans 2084. Tout le monde, non lobotomisé, en France se rend compte de la grande manipulation et imposture auxquelles se sont donnés l’oligarchie financière et commerciale internationale et la médiacratie Française en relation avec toute une classe politique vendue dont les intérêts ne sont nullement ceux du peuple Français. La grande victime dans ce jeu de dupe c’est la « Démocratie ». Avec un taux d’abstention de 24%, auquel s’ajoute 9% de bulletins nuls et blancs, nous sommes déjà rendu à 34% des inscrits. Le taux de 66% qu’on lui attribue ne représente en réalité que 43% des inscrits, ce qui n’est absolument pas une majorité. Si on y ajoute tous ceux qui lui accordé leurs voix pour contrer le FN, on voit qu’il est loin du compte pour parler de majorité. D’ailleurs aux prochaines législatives, avec tous les opportunistes qui l’ont rejoints, il ne va pas marcher très loin. Les français ne lui donneront pas une majorité parlementaire pour appliquer son programme. C’est simple, il faut partir du principe que tout homme politique étranger soutenu par le régime Algérien ne sera pas bon pour la Kabylie, même si nous Kabyles on en attend rien.
    Tanemirt et vive la Kabylie libre.

    Répondre
  4. Mon cher Boualem Sansal, ouvrez un peu les yeux. Ce jeune ambitieux (Macron), fils de bonne famille, hônnete, a été élu par des millions de Français. Par pitié et grande suppliance, ne sombrez pas dans le complotisme, le conspirationnisme et autres théories peu joyeuses (laissez cela à Yasmina Khadra), vous êtes mieux que ça. Macron a, certes, profitez d’une division des partis historiques, un éparpillement des électeurs (la France est divisée), la percé de Mélenchon qui a achevé le PS, tout le monde sait tout ça, mais ce jeune homme a bel et bien été élu à la loyale. D’une façon limpide. Je n’ai voté pour lui que la deuxième fois (le couteau sous la gorge, la mort dans l’âme.) La première fois j’ai donné ma voix à Mélenchon, qui la méritait bien sûr. Je suis effrayé par ce que vous écrivez dans le NYT. Il ne faut pas instiller ce genre d’idées dans la tête des gens. Faites-nous plutôt des romans (que j’ai tous lus avec gourmandise). J’ai dû relire cet article une deuxième fois parce que je n’en croyais mes yeux. D’habitude vous êtes brillant, toujours surprenant de courage et de lucidité, comme ce dimanche (j’y étais) au Palais Garnier. Là, il y a quelque chose qui ne va pas cher Boualem Sansal. On croirait lire un article de Russia Today ou Sputnik et je le répète, vous êtes d’habitude moins dupe, bien plus dans le réel et la raison. Un fidèle lecteur. Paris 11ème

    Répondre
    1. Comme ailleurs me semble-t’il.

      Et d’autres en France ont leurs soumis, béats comme on peut l’observer avec les prédicateurs aux USA et GB.

      Il faut que le grand chamboulementvzit lueuben France:
      Après la mort du gaullisme, celle des idéologies.
      Nous verrons ce qu’il ennemergera…

      Répondre
  5. J’ aurai souhaité les même élection dans mon pays libre et démocratique ,mais l’impossibilité nous pousse nous Kabyle à aller vers l’indépendance . Mais revenons à nous moutons . Comme observateur avertie vous devez savoir : il-y-a deux choses :la politique et les affaires ,il ne faut pas être naïf ,sinon il faut choisir un autre métier plus relaxe . Dans tous les parties ,ils utilisent une stratégie qui fait gagne son camp et affaiblir l’adversaire . La communication a son importance ,à force de marteler les mêmes slogants ,l’esprit faible sans dicernement tombe dans le piège même la luciditè est mise à mal . L’affaire Wirpool est révélatrice ou Le Pen à joué sur l’émotion en utilisant des selfies . C’est dans la détresse et dans la misère que les crapules font leurs beurre -;nous le subissons ,nous les Kabyles depuis . ans . Les Français en fait un choix certe par défaut , mais les élections n’ont pas subi le bourrage des urnes ,l’essentiel est là .

    Répondre
  6. Quel tissu d’âneries. Dire qu’il est précédé des adjectifs louangeurs « grand écrivain », « confirmé et reconnu » à cause desquels j’ai lu ce fatras de non-pensée.

    Répondre

Réagir


*