Présidence de la JSK, Hamid Sadmi veut Succéder à Hannachi

Sadmi Hamid JSK

KABYLIE (Tamurt) – L’ancienne figure de proue de la Jeunesse sportive de Kabylie, dans les années quatre-vingt, Hamid Sadmi, a clairement émis le vœu de succéder à Hannachi à la tête du club. Il dit qu’il a tout préparé afin de prendre en main la destinée du club et du coup constituer une chance pour sauver ce dernier du naufrage qui est en train de l’emporter.

Cette alternative unique solution, ajoute, Hamid Sadmi, « je l’incarne et se fera avec des moyens financiers à la hauteur de notre prestigieux club, avec une gestion moderne, transparente et légale au service d’un projet réaliste et ambitieux, avec des hommes dignes et compétents dévoués à cette cause ».

Dans un communiqué rendu public par Sadmi ce jeudi, l’ancien grand joueur ajoute : ces hommes sont autour de moi, les moyens financiers sont disponibles en plus d’un partenariat sportif avec une firme étrangère. « J’appelle les supporters et le peuple de la JSK, sur tout le territoire national et dans l’immigration, à la vigilance et à l’adhésion pour cette alternative », ajoute Hamid Sadmi.

Ce dernier rappelle dans sa sortie médiatique que la journée du 7 août 2017 marque le départ d’un président, plutôt la fin d’un règne qui s’est terminé par la métamorphose d’une grande institution sportive, la JS Kabylie, à une quelconque équipe de football sans aucune infrastructure : « En plus, avec l’abandon de toutes les autres disciplines sportives (volley-ball, basket-ball, handball…) ». Hamid Sadmi enchaine en outre : « D’une manière autonome et avec toute responsabilité, je revendique une part dans le départ de l’ex-président par des actions que j’ai menées, allant dans le même sens et la même direction que les leviers actionnés à cet effet. Toute ma gratitude pour les personnes et les supporters qui ont participé de près ou de loin au départ de l’ex-président dans le respect et l’intérêt exclusif de la JS Kabylie ».

Hamdi Sadmi reconnait que c’est avec plein d’espoir mais avec beaucoup d’inquiétudes qu’il constate cette vacance temporaire du pouvoir à la tète de la JSK. Pour cela, estime le même joueur, l’accession à la direction et au contrôle de ce club prestigieux et historique ne doit pas être ni un héritage, ni une continuité, ni une succession à des privilèges, ni le résultat de combines.

Sadmi interpelle de ce fait les « janissaires » de la plume et des discours au service de groupes d’intérêts occultes à beaucoup de sagesse, de responsabilité et d’honnêteté intellectuelle. « Je demande aux pouvoirs publics de veiller à une succession légale. Cette vacance de pouvoir doit ouvrir la voie à une alternative qui sera une rupture définitive avec les anciennes pratiques d gestion, qui fera de la JS Kabylie une institution sportive (toute disciplines confondue), respectée et qui restituera la dignité aux supporters », conclut Hamid Sadmi dans son communiqué de presse.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Justement , les pouvoirs publics veulent pas qu’à gars comme Hamid Sadmi qui revendique sa kabylité et veut reconstruire la JSK. Ils veulent un inculte ou une marionnette comme Hannachi pour qu’ils le manipulent comme ils veulent. Par contre je comprends pas le silence de Iboud et les autres opposants de Hannachi.Leur silence est des plus intriguant

    Répondre
  2. Ouyahia a promis à khrannachi de le réhabiliter, kerbadj également. Des forces occultes venues de plus haut considèrent qu’il ne faut surtout pas que le peuple Kabyle se réapproprie son équipe, à moins qu’une autre stratégie soit envisagée brutalement: hannachi devait rester puis brusquement est parti et n’a pas pas bougé de ses vacances au Maroc(alors que haddad qui voulait la JSK n’a jamais réussi à l’avoir) car la constitution de la nouvelle équipe nationale Kabyle inquiète au plus haut point, surtout que l’équipe nationale algérienne est pratiquement éliminée de la coupe du monde. Des évènements importants vont encore se produire prochainement ! N’attendez surtout pas que Rebrab ait les mains libres pour récupérer la JSK aussi facilement. Wait and see

    Répondre
  3. Si M Rebrab arrive à sponsoriser la JSK, comme à l’époque de M Benkaci, ça sera ce qui pourrait lui arriver de mieux. Avec des personnes comme M Sadmi désintéressé, ce club préstigieux qui a porté notre espérance et notre fierté peut redevenir la grande école de foot et d’autres disciplines, le vivier qui a fournit tous les grands joueurs de la
    JSK. Une seule chose à éviter, les opportunistes affiliés aux partis politiques du régime.

    Répondre

Réagir

*