le parti pro-kurde HDP interpelle la communauté internationale

HDP pro-kurde

COMMUNIQUE (Tamurt) – Le référendum visant une révision constitutionnelle afin de mettre en place un système présidentiel en Turquie est prévu le 16 avril 2017. Ce référendum est d’une importance cruciale pour l’avenir des institutions démocratiques en Turquie. Afin d’assurer la transparence et l’équité de ce référendum, le Parti démocratique des Peuples (HDP) lance un appel à des observateurs internationaux.

Le résultat du référendum va redessiner le système politique en Turquie. Si le gouvernement de l’AKP et d’Erdogan l’emporte, le président pourra alors détenir l’ensemble des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, et établir un régime totalitaire dépourvu de mécanisme de contrôle et de contrepoids, ce qui signifie la fin de la séparation des pouvoirs, de l’Etat de droit et de l’impartialité de la justice.

Le gouvernement de l’AKP utilise l’état d’urgence déclaré dans le pays au lendemain du coup d’Etat raté du 15 juillet 2016 pour réduire au silence les groupes et partis d’opposition et les empêcher de mener campagne pour le « Non » au référendum. La répression exercée à l’encontre du HDP et de notre parti frère, le Parti démocratique des Régions (DBP) est toujours en cours. Près de 3 000 dirigeants et membres de ces deux partis ont été incarcérés. Parmi eux, figurent nos Co-présidents, 11 députés et plus de 80 Maires kurdes. Le gouvernement est déterminé à paralyser totalement le HDP et le DBP afin de les empêcher de mener leurs activités en vue du référendum.

Nous craignons une recrudescence des arrestations et détentions arbitraires à l’approche du référendum. Par ailleurs, les médias, les intellectuels et la société civile sont soumis à des pressions sans précédent. Des centaines d’organes de presse et des milliers d’ONG ont été bannis parce qu’ils critiquaient le gouvernement. Et plus de 5 000 universitaires et fonctionnaires ont été démis de leurs fonctions. Dans ce contexte dominé par la violence et la répression, la présence d’observateurs et notamment d’élus, de politiques, d’avocats et de défenseurs des droits humains, peut contribuer à réduire les pressions sur l’opposition, à assurer une certaine transparence et équité et à empêcher le gouvernement de commettre des fraudes électorales.

Hişyar ÖZSOY
Vice-Coprésident du HDP, chargé des relations extérieures
Membre du Parlement

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Le sultan turque se sont forts parce qu’il est soutenu par les occidentaux hypocrites qui n’ont pas encore compris la dangerosité de l’islam politique malgré les attentas qui font des centaines de victimes sur leur sol.

    Répondre

Réagir

*