Nadia Matoub a remporté la bataille : La maison de Matoub ne sera pas récupérée par le pouvoir

Maison de Matoub

KABYLIE (Tamurt) – Après s’être battu toute seule contre la récupération, par le pouvoir, de la maison de Matoub Lounes afin de la transformer en « patrimoine culturel national », Nadia, l’épouse du Rebelle a finalement remporté la bataille. La décision de classer la demeure du Rebelle, sise au village Tawrirt Moussa, dans la région d’Ath Douala, a été officiellement suspendue.

Il est clair qu’une telle mesure est prise au plus haut niveau de l’Etat algérien même si c’est la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou qui a communiqué la décision officielle à Nadia Matoub. Cette dernière, pour rappel, s’est opposée de manière ferme à la décision de classer la maison de son mari comme patrimoine dès qu’elle eut été annoncée par voie de presse. Nadia Matoub, qui est pourtant la personne la plus proche du Rebelle, n’a même pas été associée à ce projet qui consiste en réalité à extraire ce lieu symbolique, Mecque de tous les kabyles et des berbères d’Algérie et d’ailleurs, aux fans du Rebelle. Et de le remettre entre les mains de ceux que Matoub n’avait pas cessé de combattre tout au long de sa longue lutte, aussi bien à travers ses chansons que dans ses actions de militantisme sur le terrain. Un combat que Matoub Lounes a payé de sa vie, le 25 juin 1998.

On ne peut pas parler de cette affaire de classement de la maison de Matoub comme patrimoine sans rappeler que le pouvoir algérien a eu l’aval absolu de Malika Matoub, sœur du grand artiste, qui préside la Fondation Matoub depuis dix-neuf ans. En effet, le pouvoir s’est appuyé sur l’accord et le feu vert que Malika Matoub lui a donné afin d’avoir le courage de persévérer dans cette initiative malsaine qui constitue une véritable trahison de la mémoire du Rebelle qui était allergique à tout ce qui symbolisait le pouvoir algérien, qui a privé des millions de berbères de leur langue maternelle. Fort heureusement, Nadia Matoub n’est pas tombé dans ce piège et elle demeure fidèle à l’esprit de son époux. Ce qui fait d’elle une digne héritière du symbole des amazighs du monde entier et des kabyles, bien entendu. Rappelons qu’en contre partie des concessions et des compromis que la Fondation et Malika Matoub font au pouvoir, ce dernier attribue régulièrement des subventions à ces derniers. Malika Matoub avait même appelé, en direct sur la télévision algérienne, à aller voter pour la loi sur la concorde civile qui blanchit les terroristes de tous leurs crimes abjects.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Cet article est d’une insanité insupportable.
    Comment osez-vous dénigrer la chair de Lounès dans les nobles personnes de sa soeur et de la MÈRE qui l’a enfanté et qui lui a inculqué les valeurs de la kabylité?
    La mère et la soeur qui ont partagé l’immense douleur de son combat ne peuvent pas trahir sa mémoire.
    Ce serait complètement absurde.
    Bien au contraire de ce que vous voulez faire-croire,
    l’épouse de Matoub est une scélérate qui veut s’approprier et étouffer sa mémoire.
    Elle suit les recommandations insidieuses du pouvoir en voulant empêcher la classification de la demeure historique qui signifierait la garantie institutionnelle de sa mémoire.
    La procédure de classification en patrimoine national de la maison des Aït Lounis (Le nom kabyle des Matoub)
    est une victoire intrinsèque de notre poète bien-aimé qui fera plier le pouvoir occulte qui a usurpé l’état de notre chère Algérie.
    C’EST COMME CELA QUE NOUS POUVONS RECONQUÉRIR NOTRE ALGÉRIE DES GRIFFES DE SES PRÉDATEURS
    Elle nous attend…

    Répondre
    1. Vous n’avez pas honte de traiter la Femme de Matoub Lounes de scélérate ? Personne n’a le droit de toucher à un cheveu de celle qu’a choisie Lounes pour compagne. On ne choisit pas sa famille mais on choisit ses amis et ses amours. Accuser la femme du rebelle d’étouffer la mémoire de Matoub est un non sens qui ne peut venir que des lâches et de la vermine. Les Kabyles sont là pour défendre la protégée de Lounes même si elle même peut se défendre. L’épouse de Lounes a le droit le plus absolu de décider ce qu’elle veut faire de la maison qu’elle a partagée avec le rebelle et qui lui revient de droit. Les Kabyles dans leur écrasante majorité lui reconnaissent l’intelligence de perpétuer la mémoire du rebelle, ils apprécient ses prises de position courageuses.

      Le pouvoir colonial algérien n’a nullement l’intention de faire du bien à la mémoire du rebelle, on a vu ce qu’il en est sorti de sa démarche malhonnête dans cette fumeuse officialisation de notre langue maternelle. La maison de Lounes ne sera pas transformée en zaouia, elle restera le lieu de pèlerinage des Kabyles, un lieu qui rappellera à chaque Kabyle le devoir de lutter pour son identité. Ce n’est pas le pouvoir colonial algérien qui pourrait aller dans ce sens.

      Matoub Lounes dans sa dernière vidéo en 97 enregistrée en public durant son concert, et toujours visible sur internet, a rappelé la nécessité d’une REPUBLIQUE KABYLE. Quiconque veut suivre le message de Matoub est en devoir de lutter pour la libération de la Kabylie du joug colonial arabo algérien.

      Répondre
    2. Azul fellawen,
      Comment osez vous prétendre que la soeur serait hors de critique?
      Elle a trahi Lwennes, son combat et ses valeurs et elle a fait du nom de Lwennes un fond de commerce à céder au plus offrant même si cet acquéreur est l’assassin lui même ou son représentant.
      Madame Boukhtouche squatte la mémoire de Lwenes et pervertie son combat.
      Heureusement que la digne et légitime épouse de Lwennes est là!!!
      Elle a affronté le pouvoir et son administration après avoir affronté ce même pouvoir et son bras armé l’ANPGIA.
      Bravo Madame Matoub, Lwennes n’a pas eu de descendance mais a laissé une femme à sa mesure et debout. Debout, elle le restera, n’en déplaise aux marchands du temple dont fait partie Madame Boukhtouche.

      Répondre
  2. Ta Megotte Yoalen quel pseudo , pseudo Kabyliste aussi . Nadia est la meilleure représentante ici bas de Matoub le Rebelle .Un rebelle ou sa femme digne , ne se laisse pas amadouer par les chantres du pouvoir ,ces prédateurs semblables aux Cannibales qui croyaient qu’en mangeant l’ennemi on s’en accaparait les qualités . Suis je bien clair !

    Répondre
  3. Azul,

    La vérité est dite @Tahar
    Mais un peu brouillon le texte, berbere, Amazigh, mecque…quoi d’autres.
    Pour les Kabites comme « tamegotteyoalen » ils leur reste les larmes pour leur chère anegerie qui veulent reconquérir Ah Ah Ah vas y elle t’attend « comme tu dit ».
    Matoub Lwennas D’Aqvaylit point seul la reconquête de notre chère Kabylie est notre objectif.

    Répondre
  4. La maison de matoub fait partie des symboles dont le pouvoir cherche à s’accaparer pour les plonger dans l’oubli. On sait comment il a réussi à démolir la jsk en plaçant à sa tête un laquais, faisant de même avec le mob et la jsmb, puis introduisant tamazight dans la constitution avec un faux statut afin de l’étouffer. Toutes ces machinations sont montées dans le but de faire plier la Kabylie et l’intégrer dans le carcan de l’algérie arabo-islamique. Heureusement qu’il y a des kabyles dignes à l’exemple de cette valeureuse femme épouse du rebelle pour faire échouer de tels complots.

    Répondre

Réagir

*