Monotonie, morosité et mégotage au menu du ramadhan

dominos au ramadhan

ALGERIE (Tamurt) – En ce mois de jeûne, nul besoin de cogiter longuement pour se faire une idée sur le rythme de vie en Algérie et en Kabylie. En sus de la monotonie caractérisant les villes algériennes en période ordinaire, le mois de ramadhan pointe son nez pour enfoncer davantage le clou. En règle générale, la rue renseigne mieux sur l’effervescence et l’animation rythmant le train de vie de toute ville. Animée et emplie d’une foultitude de personnes, la rue devient alors synonyme de dynamisme et tonicité. Déserte et vacuum, elle renvoie à une léthargie et nonchalance de la cité en question.

Les journées se suivent et se ressemblent, des ruelles quasi fantomatiques et où les commerçants baissent les rideaux durant la période diurne. Les jeunes désoeuvrés pioncent jusqu’à l’après-midi pour éviter de turlupiner dès le matin. Les rares personnes qui sillonnent les artères, par contrainte, s’affairent à régler quelques tâches quotidiennes et faire quelques emplettes tout en évitant de dépenser trop, ce qui les oblige à s’adonner au mégotage. La canicule n’est pas pour rien dans ce basculement vers cette flémingite aiguë, où jeûneurs et non-jeûneurs sont astreints à meubler leurs temps avec les moyens du bord et de ne pas se laisser darder par les rayons du soleil. Les nerfs à fleur de peau, les Algériens s’émoustillent à la moindre escarmouche, et qui finissent souvent en pugilats.

En effet, après la rupture du jeûne, une ribambelle de personnes sort fraîche et disposée pour caresser la fraîcheur du soir, et se retrouver avec les amis. Ne trouvant de quoi égayer leurs soirées ramadhanèsques, les noceurs se sentent quelque part alpagués par ce vide culturel, contraints du coup à occuper les rares espaces qui s’offrent à eux. Les heures d’affluence se résument à celles suivant la rupture du jeûne, et s’étalent jusqu’à minuit pour que les localités retrouvent enfin leur calme. Les parties de dominos et les jeux de cartes sont les seuls jeux dans lesquels excellent les passionnés de ce genre de parties. Quant au fameux jeu de loto qui s’invite chaque année dans le ramadhan, les férus de ce jeu n’hésitent pas à parcourir des kilomètres pour s’offrir quelques parties de suspens.

Fort heureusement, la coupe d’Europe des nations débutera ce soir (vendredi) , venue à point nommé pour faire oublier la lypémanie et la neurasthénie générées par le mois de ramadhan. Quant aux non-jeuneurs, le calvaire prend une autre forme que leur infliger le diktat du régime algérien qui ne reconnaît nullement le droit des non-musulmans. La chasse aux non-jeuneurs est ouverte à chaque mois de « grève de la faim » guettant ainsi toute personne osant étancher sa soif ou prendre un sandwich à l’abri des regards. Une histoire de l’arrosé arroseur. « Yughal uqalmun si dharen ».

 Amnay pour Tamurt  

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Le jour ou la Kabylie seras libre, cette pratique moyen orientale d’un autre age d’origine koreishite feras partie des libertes personnelles religieuses et chacun seras libre de faire ce qu’il veut avec elle.

    Répondre

Réagir

*