Messahel critiqué, même, par les clans du régime


TAMAZGHA (Tamurt) – La volonté de certains clans du régime Algériens de lâcher le dossier onéreux du Polisario se manifeste de plus en plus. Les dernières déclarations d’Abdelkader Messahel, ministre des affaires étrangères du régime d’Alger, après ses accusations sans aucune preuve contre le Maroc, ont provoqué, pour la première fois dans l’histoire, des critiques de certains cercles du régime.

Pour la première fois, des personnalités politiques Algériennes, et certains titres de la presse écrite, ont défendu le Maroc tout en dénonçant le ministre des affaires étrangères algériennes. Pourtant, des accusations pires ont été proférées par le passé mais personne, en Algérie, ne l’avait critiqué. Les dernières critiques qu’à essuyées le ministre Algérien de la part de la presse Algérienne est significative à plus d’un titre.

Les Algériens ont fini par comprendre que c’est l’Algérie qui provoque le Maroc. Le dossier du Polisario, qui coûte des milliards pour l’Algérie, commence à irriter une partie des décideurs Algériens. Ces derniers ont aussi compris qu’une politique de bon voisinage avec le Maroc ne sera que bénéfique pour les deux pays et c’est le moment d’enterrer la hache de guerre.

Ravah Amokrane pour Tamurt 

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Ce Messahel qui s’est permis d’insulter le ROYAUME du Maroc n’est pas un citoyen Algérien, mais un sujet de sa majesté, pour trouver une solution à cette pièce de théâtre de mauvais gout, le MAROC doit rapatrier ces sujets, qui occupent indûment l’Algérie….!!! par conséquence tout ça c’est un problème Maroco-marocain.

    Répondre
    1. Personne ne vous oblige à acheter la zatla marocaine. Boycotter le makhzen et sa drogue, d’autant plus que la situation économique de l’Algérie n’est pas si brillante et que l’on essaye de faire des économies partout. Ayez du nif kabyle, mais le vrai nif des descendants de Massinissa et de Tacfarinas et pas celui des prétentieux du clan d’Oujda. Cultivez vous même la zalta. Les Djurdjura s’apprêtent à merveille à cette culture, ayant les mêmes conditions climatiques et nature du sol.

      Répondre
    1. @ Khaled, azul afellawen. La drogue produite par la majorité des Marocains, dits-tu ? Apparemment tu ne connais pas la géographie du pays. Le chanvre indien (kif) est produit uniquement dans la région de Kétama (Rif) région montagneuse. Tiens ce nom n’évoque -t-il rien chez toi? La tribu quétama amazighe historique de la Grande Kabylie. Ce que tu dis est insensé, car pas tous les sols ni le climat ne se prête partout à sa culture. Il faut un sol et climat propice pour cette culture, sauf dans les serres. Mais cela est économiquement désavantageux. Et en Algérie, n’y-t-il pas de culture clandestine du chanvre. A en croire un site algérien Times of Algeria en arabe, video à l’appui montre bien des champs de hasch.

      Répondre
    2. Et que dis tu alors des fabricants et marchands d’armes ? Rien parce que ce sont des occidentaux et détiennent les armes avec lesquelles ils pourraient attenter à ta vie ?
      Foutez leur donc la paix à ces malheureux marocains. Certes, ils cultivent le chanvre comme d’autres cultivent la vigne pour le vin, ou le houblon pour la bière mais ils n’obligent personne à en consommer. En outre, ils sont berbères et vivent dans un état de pauvreté qui n’est guère enviable.
      T’inquiète, je ne suis pas marocain .

      Répondre

Réagir

*