Mensonge de Malika Matoub et preuves

article de journal

CONTRIBUTION  (Tamurt) – La récente sortie médiatique de Malika Boukhtouche sur un plateau d’une télévision algérienne, a soulevé une forte indignation parmi les admirateurs du barde de la chanson kabyle assassiné, Lounes Matoub.

Comme à l’accoutumée, la présidente de la fondation a traité la veuve du chanteur de « menteuse » et « pleine de mauvaise foi ». Dans une tentative de s’attribuer le beau rôle de la sœur attachée à la mémoire et au combat de son frère, elle a accusé sa belle-sœur d’avoir quitté le domicile conjugal de son plein grès et d’avoir refusé de se réconcilier avec sa belle-famille. Madame Boukhtouche compte sur le manque de mémoire des Kabyles pour revenir avec une version complètement erronée des événements qui ont suivis l’assassinat de L Matoub. Selon les archives du journal El Khabar du 30 juin 2011, la veuve de ce dernier a été empêché par de soi-disant villageois de Tawrirt Moussa de se rendre chez elle. Le lendemain le même journal rapportait que les individus qui ont barricadé la tombe de son mari sont des membres de la fondation présidée par Madame Boukhtouche. Et de préciser que c’est la belle-mère qui a opposé un refus catégorique à sa venue. Auparavant, le quotidien Le Soir d’Algérie a rapporté dans son édition du 08 au 09 octobre 1998, que la veuve du chanteur avait été écartée des préparatifs de la cérémonie d’inauguration de la stèle commémorative à la mémoire de son défunt mari.

Habituée à tenir des discours à géométrie variable selon le type du public en face. Malika Boukhtouche navigue entre l’indépendantisme de circonstance sur une télé kabyle mais elle n’hésite pas à brader la mémoire de Lounes aux islamistes de la télévision Echourouk. Ce tapage médiatique vise à cacher le deal passé avec le pouvoir algérien pour enterrer définitivement la mémoire de Lounes Matoub, en classant sa maison. Deal très fructueux puisqu’elle aurait touché pas moins d’un milliard huit cent millions pour des travaux qui coute pas le huitième de cette somme.

Néanmoins elle semble modérer son propos, sans doute à cause de la mise en demeure reçue en juillet 2016 où il est question de poursuites judiciaires à la moindre incartade diffamatoire.

Aksil At Waavan pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. En qualité de quoi cette dame parle t elle au nom de Matoub puisqu’elle même s’appelle madame boukhetouche ? la seule personne légitime a parler c’est sa femme.Si madame boukhetouche veut faire de la politique qu’elle créée un parti politique .Matoub est un chanteur, malika ne l’est pas ,POURQUOI TOUTES LES SŒURS DES CHANTEURS MORTS NE SE MÊLENT JAMAIS COMME CELLE LA ?

    Répondre
  2. encore une fois , Monsieur AKSIL vous et tous les gens de ce journal electronique , vous etes des PYROMANES , vous jetez de l’huile sur le feu , au lieu de prendre l’initiative pour reconcilier ces deux Femmes ne serait ce que par respect au CHANTRE MATOUB LOUNES , mais vous excellez dans l’INTOX et l’invinctive et vous jouez le même jeu que ce pouvoir fantoche .
    dejas il y a queleque semaines , vous avez publiez un grand mensonge selon lequelle Malika va particper aux legislatives , ce qu’elle a DEMENTI dans un plareau TV .
    continuez comme ca , l’histoire retiendra que vous faites dans la diversion et les vrais ennemis vous les epargnez .
    à bon entendeurs salut

    Répondre
    1. Je trouve que Malika Matoub a raison , si elle désire classer la maison de Matoub à l UNESCO c est pour éviter le partage du patrimoine. Il faut protéger ce bien sinon de multiples noms seront sur cette maison.

      Répondre
  3. Une question (j’espère que tamurt.info ne va pas censurer) : en quoi cet article sert-il la cause kabyle ? Monsieur nat Waavan, au lieu de salir l’une en attendant le tour de l’autre, je vous suggère de dévoiler le complot de l’Etat algérien, preuves à la main, puisque apparemment vous avez accès aux archives de la presse algérienne.

    Répondre

Réagir


*