Mêmes les anciens élus n’ont pas échappé à la purge contre les candidats proches du MAK

Ferhat président du MAK

KABYLIE (Tamurt) – Il a été, durant tout un mandat, adjoint au maire de la station balnéaire d’Aokas et aujourd’hui, le tribunal administratif a rejeté son dossier  de la liste pour les élections communales du 23 novembre prochain, au motif qu’il serait proche du mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie.

Il ne serait pas le seul cas en Kabylie à avoir été disqualifié pour les mêmes motifs. Le maire sortant de la commune d’Akbil, Tizi Wezzu, a vu sa candidature rejetée de la liste indépendante parrainée par Nordine Ait Hamouda, fils du colonel Amirouche, pour sa proximité avec le MAK et principalement avec Bouaziz Ait Chebib qu’il avait protégé lors de la tentative de son arrestation faite par les services de sécurité à Ath Ouabane à l’occasion de l’édition de Racont-Arts. L’autre liste indépendante, parrainée par le député Braham Bennadji, dans la même lignée que Nordine Ait Hamouda, à être rejetée est celle « Assirem » de Tazmalt que mène Fatah Redjdal.

Pour protester contre cette décision, le député Bennadji a posté sur son facebook une déclaration, au nom de son mouvement « Initiative Citoyenne », dans laquelle il fera part de l’intention de déposer un recours auprès du tribunal administratif et de multiplier des actions citoyennes sur le terrain.

Amaynut pour Tamurt   

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

Réagir

*