En meeting à Tizi Ouzou : Le chef du FLN menace les kabyles

Djamel Ould Abbes

TIZI OUZOU (Tamurt) – Djamel Ould Abbes, secrétaire général de l’ex-parti unique, le FLN, qui a détruit l’Algérie dans tous les sens, a animé un meeting électoral à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou ce samedi dans une salle où il y avait beaucoup de vieilles femmes et de vieux hommes, quelques dizaines de jeunes et un grand nombre d’opportunistes notoires, connus dans toute la wilaya de Tizi Ouzou.

En dépit de cela, la salle était à moitié vide. Djamel Ould Abbes a d’abord laissé la parole à Saïd Lakhdari, le chef du FLN à Tizi Ouzou qui n’a pas hésité à menacer clairement les kabyles. Saïd Lakhdari semble avoir été chargé  de transmettre des messages clairs aux indépendantistes, devenus la première force politique en Kabylie, faut-il d’ailleurs le rappeler. Avec un air arrogant et menaçant et un français des plus approximatifs, Saïd Lakhdari, le premier chef du FLN à Tizi Ouzou n’a pas hésité à menacer les citoyens kabyles qui seraient séduits par l’idée et le projet de l’indépendance de la Kabylie. Ainsi, pour ce représentant local de la dictature du FLN, il faut que les kabyles restent des soumis et des esclaves de ce régime totalitaire. Un régime qui impose la religion musulmane à tous les algériens ainsi que la langue arabe à des enfants kabyles de moins de cinq ans. C’est dans ce sillage que Saïd Lakhdari a brandi sa menace : « Attention, l’unité nationale est une ligne rouge et nous ne laisserons personne la toucher ». Saïd Lakhdari n’a fait d’ailleurs que menacer les indépendantistes kabyles et défendre un parti comme le FLN qui, depuis l’indépendance du pays, ne fait que précipiter l’Algérie dans le  précipice. « Le FLN est le seul ex-parti unique au monde à avoir ouvert grands ses bras au multipartisme et adopté la démocratie », s’enorgueillit Saïd Lakhdari, qui semble fier de diriger le FLN dans une région où ce parti a causé le plus de mal depuis l’indépendance à nos jours. Le fait d’imposer à nos enfants la langue arabe dès la première année de leur scolarité à la place de leur langue maternelle est déjà un viol de l’esprit que ne reconnaîtront jamais les caciques du FLN.

Lui succédant, Djamel Ould Abbes, le secrétaire général du FLN, du haut de ses 83 ans, au lieu de prononcer un discours digne du chef de ce qui est présenté, faussement d’ailleurs, comme la première force politique du pays (avec la fraude bien sûr et le détournement des voix de la majorité silencieuse), a entamé son discours en affirmant fièrement et en le répétant comme s’il s’agissait d’un grand exploit : « C’est la 51 ème fois que je rend visite à la wilaya de Tizi Ouzou ». En quoi ce détail stupide peut il avoir une quelconque importance dans un tel contexte ? Le reste de l’intervention d’Ould Abbes à Tizi Ouzou revêt les mêmes contours complètement décalés avec les exigences de notre époque et des aspirations de la région de Kabylie. Dommage qu’il y a des kabyles qui ont cautionné et continue de cautionner encore le FLN dans la wilaya de Tizi Ouzou, qui a été toujours à l’avant-garde du combat contre le parti unique et sa dictature.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, a reçu mercredi après-midi l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, au siège du parti à Alger, indique un communiqué laconique du parti diffusé sur son site officiel. Le communiqué précise que, lors de cet échange, les deux parties ont évoqué «les diverses questions de l’heure» et se sont engagées à renforcer les relations entre les deux pays dans tous les domaines.

    Intervenant au lendemain de la clôture du dépôt des dossiers des listes de candidats aux élections locales du 23 novembre prochain, cette rencontre, la première entre les deux hommes, a dû essentiellement porter sur la vision du parti majoritaire et les enjeux politiques que comporte ce scrutin

    Répondre
  2. Le FLN est cautionné par tous les traitres que la Kabylie ait enfanté depuis 1962 ,Said Lekhdari fait honte à la région qui avait donné naissance à des grands Hommes à l’image de Mustapha Bacha .

    Répondre
  3. Dans quel genre de bordelo samere l’a chile’ cewila? S’il n’y avait pas une unite’ arme’e pour le proteger, il serait aileurs a prendre la sucette. Toute la difference est la et rien que la.

    Répondre
  4. L’argent est le nerf de la guerre et les ignorants seront toujours autant aguichés.
    Changer les mentalités et faire comprendre a toujours été un exercice difficile.
    Les politiques du monde entier disent expliquer, expliquer et encore expliquer pour convaincre, alors qu’attendre de nos vieux et vieilles qui ne voient que la rente de moudjahidines, la télé patriotique unique, le parti unique ( exemple de la Corée du nord), le discours rétrograde unique, le reniement, le complexe identitaire,…
    ould abbes est un vulgaire déchet tout comme ses harkis de kds, kabitchous( comme le dit Mass Boutemeur) qui ne connaissent que la violence, les menaces, les magouilles.
    Oul lahlou a dit: ournouggad les chars n’wen, ournouggad lehvous-n’wen
    Qu’ils aillent au diable avec leurs menaces, nous les indépendantistes, on avance, point barre et point de retour en arrière !!!

    Répondre
  5. Le rebel,
    Ould Abbès a tout sauf la conscience, la moralité et la personnalité d’un homme honnête digne de ce nom mais voyons….! lla moralité appartienne à l’espèce humaine, quand à lui la dignité, la noblèsse, la vérité et la justice ne font plus parti de son assiéte, la fellation est un job et un concept pour sauvgarder son poste même su le navire atteint le fond des océans, même si notré chet pays se voit brader aux enchers.. Mais un jour tu rejoins tes amis qui ont déjà participé au masacre de cette Algérie et qui ont fait des millions de veuves, des millions d’orphelins et des millions de mlsérables.

    Répondre

Réagir

*