Malgré les assurances des dirigeants algériens : Le prix du pain a augmenté de 50 %


ECONOMIE (Tamurt) – L’avenir socio-économique de l’Algérie semble des plus incertains avec le nouveau rebondissement qui vient d’être enregistré ce vendredi 1er décembre 2017. En effet, sans avoir l’aval du gouvernement, comme stipulé par la loi, les boulangers ont décidé unilatéralement d’augmenter le prix de la baguette de pain à raison de 50 % à partir de cette journée. Ainsi, le pain qui se vendait auparavant à 10 DA la baguette est depuis ce vendredi cédé à pas moins de 15 DA.

Les responsables à tous les niveaux se sont retrouvés devant le fait accompli sans pouvoir réprimer ni contrer, de quelque manière que ce soit, la décision unilatérale et illégale donc des boulangers. Ces derniers ont décidé d’agir ainsi car depuis des années, ils ne cessent de tirer la sonnette d’alarme quant à l’absence de rentabilité de leur activité commerciale dès lors que le prix du pain n’est que de 10 DA.

Du côté des gouvernants, on a, à maintes reprises, mis en garde les boulangers, car le pain et le lait « resteront » des zones rouges qui ne « seront jamais » affectés par les hausses des prix, devenues monnaie courante ces dernières années avec la crise engendrée par la baisse brutale du prix du baril de pétrole en juillet 2015. Vendredi, donc, le pain s’est vendu à 15 DA sans que les autorités concernées ni le Premier ministre ne daignent bouger le petit doigt pour contrer cette atteinte aux deux produits « sacrés », qui étaient sensées demeurer à l’abri des hausses des prix.

Quelques directions de commerce dont celle de la wilaya de Tizi Ouzou se sont limitées à démentir l’information de la hausse du prix du pain, pourtant, devenu effective le jour même. Il en est de même des associations de protection du consommateur, qui n’ont pas pu faire quoi que ce soit devant ce qui augure d’une crise et d’une période des plus difficiles qui attend le peuple algérien notamment les salariés et les pauvres, entre autres. Mais pas les généraux, les ministres, les walis, les députés, chefs de partis, etc.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

Réagir

*