Les instances internationales à l’épreuve de « l’exercice effectif » de la démocratie au Kurdistan et en Catalogne

Marche en Catalogne

COMMUNIQUE (Tamurt) – Au-delà de l’hostilité franche et ouverte, et du reste attendue, de la part des Etats voisins d’Irak, d’Iran et de Turquie face au référendum sur l’indépendance du Kurdistan ;  en Kabylie, c’est avec un intérêt tout particulier que nous observons les réactions des instances internationales sensées garantir le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ; tout comme nous observons avec attention  les réactions « édifiantes » des grandes nations occidentales, en particulier celles qui se targuent d’être des « références » en matière de défense des droits humains.

Et comme les masques les mieux ajustés finissent toujours par tomber, les réactions défavorables à l’exercice effectif de la démocratie et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes exprimées par  l’ONU, l’UE, les USA et la France ne font que mettre à nu la réalité de leur véritable nature, c’est-à-dire néocolonialiste. Tous voudraient voir en effet les kurdes  s’en tenir aux frontières du Traité de Lausanne (1923) qui a morcelé le territoire kurde sur quatre Etats-Nations afin de gérer, au mieux de leurs intérêts mercantiles, l’exploitation  des ressources naturelles qui s’y concentrent. Il en est de même pour la Catalogne où l’Espagne, l’Europe et l’ONU décrètent la consultation populaire catalane « illégale », prouvant par-là, et pour la seconde fois, que la démocratie occidentale et sa notion aléatoire de la légalité sont des valeurs à géométrie variable, valables uniquement s’elles sont assujetties à leurs seuls  intérêts. Quoi qu’il en soit, il est certain que les peuples colonisés et tous les peuples mis de force sous la tutelle d’autrui, en dépit même de leur volonté largement exprimée, finiront tôt ou tard par se libérer des chaines qui entravent l’acquisition légitime de leur souveraineté. Aujourd’hui, c’est la Catalogne et le Kurdistan irakien qui mettent à l’épreuve les instances internationales en les confrontant publiquement aux lois de façades qu’elles ont érigés. Demain, ce sera la Kabylie, le Rif ou l’Azawad qui iront  frapper aux portes du droit. Nonobstant les réponses que nous y recevrons, il ne sera pas dit que ce sont les peuples colonisés qui sont dans l’illégalité.

Quelles que soient les divergences qui peuvent exister entre les différents acteurs politiques souverainistes kabyles, ils partagent le même objectif stratégique : La libération de la Kabylie. De ce fait, toute démarche visant à donner plus de visibilité au combat du peuple kabyle sur le plan international est   à saluer  et à soutenir.
Toute notre solidarité avec le Kurdistan et la Catalogne.

Bouaziz Ait-Chebib

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Tous les problèmes de la planète ont été créés par les institutions internationales ONU, FMI, CIJ, CPI, TPI…..etc. En réalité ce ne sont pas des institutions mais des entreprises américaines de destruction massive.

    Répondre
    1. Les autres peuples sous domination ne doivent se sentir concernés par ce que tu appelles « la loi » d’après toi…

      En plus, dans cette histoire concernant l’URSS, tu t’inquiètes d’abord du sort du dominant (l’URSS ou la Russie qui serait d’après toi affaibli) et non pas du sort des peuples victimes de dominations (les Ukrainiens, les estoniens, les lettons et autres).

      Il faut reconnaitre que tu es l’exemple type de Kabyle irrécupérable… Le ravage qu’a fait l’idéologie dominante arabo islamique en Kabylie est incalculable. Tu te plaindras de ce que l’algérie soit affaibli mais tu ne remarqueras pas la Liberté qu’obtiendront les jeunes Kabyles grâce à notre indépendance. Tu n’arrives pas à concevoir que ces jeunes pourront vivre dans un pays qui ne les pourchassera pas s’ils font une manif, qui ne leur tirera pas dessus s’ils montrent qu’ils ont soif de Liberté, qui ne les obligera pas à étudier dans une langue imposée comme l’est la langue arabe, qui leur permettra de vivre dignement et dans le respect de leurs personnes.

      Répondre
  2. Les Kurdes avant d’organiser leur référendum savaient l’opposition des instances internationales ainsi que de l’Irak. Mais cela ne les a pas empeche d’aller vers ce référendum. Une position courageuse et logique, diametralement opposée à la position des algerianistes Kabyles face à l’idée de soustraire la Kabylie du joug arabo algerien. En effet, les rcd/rpk opposent comme premier argument contre l’indépendance de la Kabylie le refus probable de l’Algérie et de la communauté internationale qui serait du côté algerien.

    Pour revenir au message de Bouaziz, on ne comprend pas encore à quoi fait il illusion dans son dernier paragraphe quand il souligne de prétendues divergences entre les souverainistes. A part d’inclure les rcd/rpk parmi les souverainistes (ce qui serait un comble), sinon si on se limite aux militants et sympathisants du MAK il n’ y a pas de divergences politique sur l’objectif d’indépendance de le Kabylie.

    Répondre
  3. Le Timor oriental, le Kosovo, le Sud Soudan ont réussis à obtenir leurs indépendances par voie référendaire.
    L’Azawad à été empêché par le Qatar, l’Algérie, l’Arabie Saoudite et la France.
    Seul Israël qu’il faut saluer a soutenu le referendum Kurde.

    Répondre
    1. Le Qatar, l’ Algérie, l’Arabie saoudite, ok. Mais la France, inadmissible! La France DOIT nous RENDRE notre indépendance! Elle n’a pas le choix que d’appuyer notre demande. Quoi qu’il en soit, nous ne renoncerons pas à notre indépendance parce que la cohabitation avec l’Algérie est impossible!

      Répondre
  4. Mais biensur, que tous les Kabyles pensent ce que vous ecrivez. Le malheur est qu’ils ne le croient pas !!! A la place ils croient aux fantaisies d’un analphabete du 6eme siecle. Un berger malade-sanguinaire.

    Je cite:  » … Quoi qu’il en soit, il est certain que les peuples colonisés et tous les peuples mis de force sous la tutelle d’autrui, en dépit même de leur volonté largement exprimée, finiront tôt ou tard par se libérer des chaines qui entravent l’acquisition légitime de leur souveraineté. … »

    Les Kurdes et les Catalans, n’expriment pas, ou demandent seulement leur souverainete’ -ILS LA VIVENT DEJA. A mon humble opinion, c’est le defaux des Kabyles. Nous exprimons, mais ne vivons. De quelles chaines parlez-vous Mr Ait Chebib? Mais elles sont imaginaires! Je m’explque:

    Personne ne nous empeche, sinon l’IGNORANCE, de nous expeimer, sur ce site-meme, et partout ailleurs, dans notre quotidien, en Kabyle et rien qu’en Kabyle avec quiconque,partout et dansn’importe quoi que nous exprimons. A commencer par envoyer chaque matin nos enfants dans les ecoles arabo-islamiques, puis a echanger entre-nous meme, moyennant la monnaie du regime qui nous meprise.

    A mon humble sens, ce qui nous manque c’est le savoir de comment creer un momentum, qui nous synchronisera et soudera une fois pour toutes. Cela est a cause d’une langue handicape’e, ou ignore’e – pour deja creer l’image et representation de cette souverainete’, qui ferait de nous une femme unie et soude’e. Il faut bien se la poser la question, du pourquoi les femilles unies dans une langue partagent une fraternite’ aussi solide qu’une biologiques?

    Ca nous manque et il n’y a pas de raison, sinon la volonte’ et savoir comment.

    Répondre

Réagir

*