Guéguerre entre Saïd Sadi et El Watan

Saïd SADI

ALGÉRIE (Tamurt) – Ali Bahmane, l’un des actionnaires principaux du quotidien « El Watan » n’a pas tardé à répondre aux attaques de Saïd Sadi contre la presse privée, créée au lendemain des émeutes d’octobre 1988 et dont El Watan constitue l’un des principaux titres, ayant pu s’imposer tout au long des années quatre-vingt-dix, avant de péricliter durant les années 2000.

Ali Bahmane, qui s’est exprimé au nom du journal « El Watan », voire de certains journaux de la même lignée, a rappelé, dans un éditorial, le soutien zélé de Said Sadi à Bouteflika en 1999 : « Il y eut un moment où Saïd Sadi, qui avait intégré le RCD dans le gouvernement Bouteflika, avait reproché aux médias – Lettre à mes amis de la presse – leurs critiques du régime ». Le fait que Ali Bahmane rappelle ses vieux mauvais souvenirs à Said Sadi semble avoir provoqué la colère de ce dernier. C’est en tout cas le moins que l’on puisse dire au vu de la virulente réaction du psychiatre-politicien, qui s’est trompé de société, en 1991. L’ex-président du RCD, devenu un simple militant, comme le militant de Tikobain ou celui d’Ath Ziki, en réponse à Ali Bahmane n’a pas hésité à écrire qu’une partie de la presse écrite privée roule pour un clan du pouvoir. Il est clair que, répondant à Ali Bahmane d »El Watan », ce journal est en premier lieu visé par cette vérité que Said Sadi a tardé à dire, alors que son ennemi juré, le défunt Hocine Ait Ahmed l’avait maintes fois martelé au début des années quatre-vingt-six. Mais ce que ne dit pas Saïd Sadi, c’est qu' »el El Watan » a toujours soutenu le RCD et plus particulièrement Saïd Sadi même quand il se trompe, donc presque toujours.

Saïd Sadi reproche même à la presse d’avoir critiqué son soutien zélé à Bouteflika (un peu comme le fera Amara Benyounes, un peu plus tard). Le « grand écrivain », qui écrit des chefs-d’œuvre sur Amirouche et Chérif Kheddam (en attendant qui sera sa prochaine victime), regrette même que peu, très peu de journalistes avaient analysé sa décision (de soutenir Bouteflika) avec le recul qu’appelait une scène nationale en pleine effervescence. Donc, à bien comprendre, Said Sadi ne s’était pas trompé en soutenant Bouteflika. Ce sont les journalistes qui se sont trompés en le lui reprochant.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Said Saadi s’est bien trompé de société en 1991, et même aujourd’hui il s’est trompé de presse aussi. Quand on est un homme politique on peut négocier même avec l’ennemi et c’est de bonne guerre. Mais il arrive que cette ennemi ne tienne pas parole et tout le risque est là. Donc said saadi s’est trompé en négociant avec des filous. Quant à la presse, si elle se déclare dans l’opposition elle doit rester dans l’opposition. Aujourd’hui, el-watan et les autres se foutent carrément de la société. Ces journaux sont devenus des lécheurs de bottes rien que pour continuer à exister. De temps en temps ils tentent de nous duper en critiquant le pouvoir dans le sens du poil, mais ils ne trompent personne. Le seul qui a eu l »honneur de résister est le Matin, mais isolé, sans soutien des autres journaux et de cette société sur laquelle lui-aussi s’est trompé, ils ont réussi à avoir sa peau et mettre benchicou en prison.

    Répondre
  2. La paresse algérienne…est à l’image de du pouvoir et de sa société.
    Misère sur misère…mais il est vrai que les seuls grands perdant financièrement c’est le sujet (pas encore citoyen ). Le drame…ce sont les futurs générations qui n’ont rien demandé qui paieront les nombreuses additions à cause des forfaitures des irresponsables opportunistes .
    La situation du pays est bien le résultat de toutes les complicités des entités ,gouvernementales ,politiques religieuses ,syndicales,étatiques etc..
    Tout se paie ..et cela ne fait que commencer. Le déluge est à venir…

    Répondre
  3. cet homme politique a trop parlé dans sa carrière et comme chaque excès comporte des risques qu’il faut aujourd’hui gérer. Comme on dit en Kabyle  » mur messouss ad yimrigh  » . IL a accumulé trop de déclaration contradictoires qui le disqualifient du combat des Kabyles.C’est ça le manque de charisme pour un homme politique.
    Dommage il aurait pu servir la Kabylie et l’aider à son indépendance.

    Répondre
  4. je ne suis pas du RCD mais je suis dans l’obligation de constater que la chute de votre aritcle est biaisée. certes le rcd a soutenu le president qui ne l’a pass fait a l’epoque lui qui a emerveillé tout le monde ,mais vous ometez sciemment de preciser que le rcd s’est retiré tres tot et vous conviendrez que peu de politiciens demissionnent de nos jours.on peu detester quelqu’un mais de là a considerer que les ecrits de saadi sur amirouche et cherif khedam on t fait d’eux des victimes expiatoires vous avez franchi le pas alegrement. ok il est si mauvais ecrivain j’attend vs oeuvres a vous qui vont surclasser les siennes.( bizarre quand meme eelan ekra aqjoun ensan tsaranten sur un piedestal et nous autres les kabyles on tire un malin plaisir a rabaisser les notres)

    Répondre
    1. « Je ne suis pas de », voila ce que c’est qu’une belle chute.
      « Emerveillé tout le monde », « qui ne l’a pas fait »; vous pensez vraiment vous refaire avec des mensonges en comptant sur la seule amnésie des gens ?
      Et puis le soutien aveugle à la junte militaire, la même qui a reconduit l’entité algérienne en 1962, qui institué l’arabisme et l’islamisme et enfanté le FIS et ses avatars; la même junte qui n’a pourtant pas changé de cap d’un iota après 1991. Et puis le cirque de « tamazight à l’école » et votre opposition à l’opposition

      Répondre
  5. Quand Saïd Sadi tue le mcb il a raison, quand il appelle les chars pour sauver la démocratie il a raison , quand il casse la grève du cartable pour les présidentielles il a raison, quand il appelle au boycott de la dernière fraude du siècle en 1999 il a raison, quand il soutien ce qui est issu de cette fraude en 2000 il a raison,quand il quitte le gouvernement il a raison, quand il participe au présidentielles de 2004 il a raison, quand il ne participe pas en 2009 il a raison, quand il apelle a bruler l’Algerie il a raison, quand il biycott les legislative en 2012 il a raison , quand il oarticipe en 2017 il a raison…bin dieu vius les imbeciles comorenez une binne fois oiur toutes que le osy a toujours raison.

    Répondre
  6. UN CONSEIL A SAID SAADI.
    A si saidi si tu veut renter dans l’HISTOIRE avec un grand « H » tu doit arrêter ce combat de DON QUICHOTTE pour l’Algérie et annoncer officiellement ton adhésion au M.A.K, sinon tu sera jeté par tes frères Kabyles dans la poubelle de l’histoire…..KHEMEM avant qu’ils soit trop tard.

    Tu doit cesser cet Algérianisme stérile qui n’a produit que des horreurs pour notre patrie la Kabylie, pourtant il connait très bien l’histoire des créateurs de l’Etoile Nord Africaine des militant du P.P.K (Parti du Peuple Kabyle) BENAI OUALI et ses compagnons qui ont payés de leurs vies la revendication identitaire, sans oublier les ABANE, AMIROUCHE, KRIM et les autres (la liste est longue) sacrifiés par les baathistes Algérianistes pour bâtir cette entité xénophobe et raciste qu’est l’Algérie. TANEMIRT.

    Répondre

Réagir


*