La gendarmerie construit son unité de wilaya motorisée à Aokas

extension gendarmerie Aokas

AOKAS (Tamurt) – Alors que les services de la gendarmerie ont été obligés, il y a deux décennies de cela, à délimiter la cour d’accompagnement du siège de la brigade d’Aokas pour libérer le terrain vague qu’ils occupaient d’une  manière anarchique depuis l’existence de cette brigade, c’est-à-dire au lendemain de l’indépendance, voilà que le laxisme des actuelles autorités communales  permet à ces mêmes services de se réapproprier cette parcelle de terrain.

En effet, depuis quelques mois, sans présence d’aucun placard d’indication de chantier, des travaux de clôture de cette parcelle ont été entrepris pour la réalisation d’une unité d’intervention de la gendarmerie motorisée rattachée au groupement de wilaya, apprend-on auprès d’une source locale.  Ni le maire ni aucune autorité ni parti politique n’ont jugé utile de dénoncer cela comme si la réalisation d’une autre structure de ces services de répression  allait apporter un plus à la commune.

Les aokassiens, soumis ces derniers mois à une répression via l’interdiction de la tenue de conférences au niveau du centre culturel de la localité, seront beaucoup plus persécutés avec l’ouverture d’une unité d’intervention de la gendarmerie. Cette commune serait-elle ciblée depuis longtemps par le pouvoir d’Alger? Il est utile de rappeler qu’il y a plus de trois décennies de cela, l’une des plus grandes auberges de jeunes d’Algérie, réalisée dans cette commune, a été détournée par les services de police pour en faire une unité d’intervention du corps républicain de sécurité, devenu depuis l’arrivée du général Hamel, unité de maintien de l’ordre en plus du centre de repos de la police réalisé au niveau de la bande boisée mitoyenne à la plage. Ainsi cette petite commune se retrouve encerclée par un commissariat de police, une brigade de gendarmerie, un  centre de repos de la police, une caserne militaire, une unité de maintien de l’ordre de la police et prochainement d’une unité d’intervention de la gendarmerie motorisée.

Amaynuth pour Tamurt   

Partager cet article

Réagir


*