Le FFS a un nouveau chef

MedHadj Djilani FFS

ALGÉRIE (Tamurt) – Depuis ce vendredi 11 août, Abdelmalek Bouchafa n’est plus le Premier Secrétaire du Front des Forces socialistes (FFS). En effet, à la surprise générale, le Présidium du parti a décidé de nommer un nouveau premier secrétaire pour la formation politique qui demeure sans président depuis le décès de Hocine Ait Ahmed.

Le poste de président a, pour rappel, été remplacé par celui de directoire qui comprend cinq cadres du parti. Depuis ce vendredi donc, c’est un certain Mohamed Hadj Djilani qui occupe désormais le poste de Premier Secrétaire. A l’instar de la majorité des anciens Premiers Secrétaires du FFS, le tout nouveau est loin  d’être une figure connue de la formation politique. Il s’agit d’une stratégie qui était appliquée par Hocine Ait Ahmed puis maintenue par les actuels décideurs du FFS : ne jamais désigner une personnalité connue du parti comme Premier Secrétaire afin qu’il n’y ait pas émergence de nouvelles figures  politiques charismatiques.

Quant au nouveau Premier Secrétaire, Mohamed Hadj Djilani, il est né le 26 mai 1966 à Miliana dans la wilaya de Ain Defla. Cadre de la santé publique, il est marié et père de 4 enfants. « Hadj Djilani est issu de la société civile et du mouvement syndical autonome. Il a adhéré au FFS en 2006. En 2007  il est délégué au Congrès du FFS et est élu membre du Conseil National », précise-t-on. En 2012, il est élu Premier Secrétaire de la fédération de Ain-Defla « et contribue à la structuration et au développement du parti dans la région Ouest. En 2016, il est nommé Secrétaire national chargé des relations militantes, puis Secrétaire national chargé du pôle société civile. En 2017, il a conduit la  liste du FFS de la Wilaya d’Ain Defla aux élections législatives ».

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Personnellement je n’ai aucun problème avec le choix d’un arabophone à la tête de ce parti qui, n’existe que dans les papiers, mais je regrette que cela est fait par des Kabyles qui, entretiennent depuis longtemps un certains complexe d’être Kabyle (voir un grand regret).
    Kaviyya (des pecnots), voila ce que sont les gens du FFS (je n’ose les appeler militants).
    Connaissez vous des arabophones qui nomment des Kabyles à leur tête, si ce n’est pour les exploiter et les jeter par la suite comme des torchons.
    Bande de paysans démunis de tout honneur.
    Le FFS, Messieurs, est mort, à jamais, avec son Maître

    Répondre

Réagir

*