Il était l’auteur de la célèbre « Madame servi latay » : Le chanteur kabyle Amar Sghir n’est plus

Amar Sghir

CULTURE (Tamurt) – Le chanteur kabyle Outoudert Amar, plus connu sous le nom d’artiste de Amar Sghir est décédé, avant-hier, dans la wilaya de Tizi Ouzou à l’âge de 79 ans. La chanson kabyle est de nouveau en deuil après le décès du chanteur Amar Sghir, célèbre notamment grâce à sa chanson immortel : « A madame servi latay ». Un tube qui a fait un succès énorme et qui a été repris par de nombreuses célébrités kabyles, notamment lors des galas et des fêtes de mariage.  

A l’instar de la majorité des chanteurs kabyles et des kabyles des années quarante et cinquante, Amar Sghir a dû quitter son village natal Tala Ntazart, en proie à la misère et la pauvreté pour aller en France. C’était en 1958 alors qu’il était encore adolescent. Amar Sghir avait quand même la chance d’avoir son père sur place pour l’y accueillir et l’épauler pour affronter les difficultés de lghorva. Son père va même lui offrir comme cadeau une belle guitare afin de l’encourager sur le chemin de l’art. Amar Sghir mit alors le pied à l’étrier avec beaucoup de fierté. Il écrit et compose puis enregistre lui-même plusieurs chansons à la radio d’Alger après son retour au bercail. A peine douze chansons enregistrées et Amar Sghir devient vite un nom remarquable dans la chanson, en dépit d’une concurrence qui commençait à se faire rude avec des noms comme Kamel Hamadi, Mohand Errachid et Rachid Mesbahi, avec lesquels Amar Sghir allait d’ailleurs travailler et collaborer.

Amar Sghir, habité par le souci de la perfection, s’est même inscrit au conservatoire du chaâbi dont le maitre n’est autre que Mhamed El Anka. Malheureusement, la maladie a vite écourté sa carrière d’artiste. Mais en dépit de ce retrait prématuré, Amar Sghir a réussi à laisser des chansons qui ont marqué les esprits, non seulement des mélomanes, mais même d’autres artistes qui sont venus après lui, l’exemple de « A madame servi latay » en est l’exemple le plus édifiant.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Réagir

*