Si El Hachemi Assad dynamite l’establishment

Si El Hachemi Assad

CONTRIBUTION (Tamurt) –  L’organe de propagande de l’aile éradicatrice de régime algérien, dont le propriétaire n’est autre que le généralissime Khaled Nezzar, vient de pondre un brûlot incendiaire contre Si El Hachemi Assad, Secrétaire Général du Haut-commissariat à l’Amazighité.

Étrangement, la rédaction, qui ne comprenait plus le choix du responsable de l’institution rattachée à la présidence de s’adresser aux kabyles exclusivement en kabyle, sans démagogie et sans langue de bois comme à son accoutumé, lui reproche explicitement de ne pas avoir fait l’éloge du chef de l’état algérien. Ce mercenaire de la plume, travaillant à la solde d’un criminel de guerre ayant martyrisé les algériens durant les années 88 à 90, dont beaucoup de nos compatriotes kabyles, oublie sciemment que le HCA est l’unique institution arrachée suite au boycott scolaire observé pendant une année par les écoliers, collégiens, lycéen et étudiants kabyles. Que pouvait Assad devant une assistance composée dans sa grande majorité de militants d’envergure, et qui avait décidé depuis 2001 de rompre avec l’Etat colonial algérien ? S’agissant de ce journal électronique, il n’en est pas à sa première, puisqu’ il a toujours assumé son excès de zèle dans la diatribe et le verbiage anti kabyle. Sauf que cette fois-ci, la donne a changé. Le vent de liberté souffle sur le monde et les referendums en Catalogne et au Kurdistan en sont la plus belle illustration.

Le pouvoir est aux abois et la peur a, désormais, changé de camps. La position honorable de Si El Hachemi Assad intervient dans une conjoncture ou des prises de conscience sont observées un peu partout dans le monde. La dernière en date est celle de la police Catalane qui a accompagné le processus du referendum malgré sa stricte interdiction par la justice Espagnole. Et d’ailleurs, le chef des Mossos d’Esquadra, Josep Lluis Trapero a été cité à comparaitre devant le Haut tribunal espagnol chargé des affaires de terrorisme et du crime organisé. Si les années soixante étaient celles de la décolonisation, les années 2010 seraient celles de la chute des états issue et/ou imposés par les colonialistes.

Said Ait Medjkane

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. A’ présent qu’il sait rendu compte que le probléme est politique, il doit remettre son tablier, DEMISSION POUR SIGNIFIER AU REGIME QUE LES PROBLEMES POLITIQUES NE SE REGLENT PAS EN LES DERUBRIQUANT A’ PROBLEMES ORGANISATIONNELS

    Répondre

Réagir

*