Communiqué du comité de soutien au Dr Fekhar et à ses codétenus : cinquième grève de la faim du Dr Fekhar

Ahmed Baba Nedjar, le plus vieux prisonnier politique en Algérie

COMMUNIQUÉ  (Tamurt) – Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le comité de soutien au Dr Fekhar et à ses codétenus réagit à la cinquième grève de la faim du Dr Fekhar. Nous publions, ci-après, le communiqué dans son intégralité. 

 

Dans une interview datant du 14 décembre 2016, le wali de Ghardaia avait fait savoir que son gouvernement comptait dénouer la crise dans le Mzab et que cela se traduirait, selon ses propos, par la libération des détenus d’opinion mozabites .

Le comité de soutien au Dr FEKHAR et ses codétenus avait alors salué l’initiative et encouragé le gouvernement algérien à aller dans le sens de l’apaisement.

Nous constatons avec regret que le geste n’a pas été joint à la parole du Wali de Ghardaïa, étant donné qu’aucune démarche n’a été entreprise dans le sens de la libération du Dr FEKHAR et de ses compagnons, ce qui a poussé malheureusement le Dr FEKHAR à entamer une énième grève de la faim. Vu son état de santé déjà très dégradé, il risque la mort d’un moment à l’autre.

L’injustice et la mort ne doivent pas prendre le dessus sur la vérité et la dignité humaine.
Ces tortures morales et physiques des détenus d’opinion du MZAB doivent cesser, il n’y a pas d’autre alternative possible que leur libération.

Nous sommes face à une énième violation totale des Droits humains et des conventions ratifiées par l’Etat algérien.

Nous avions déjà appelé les autorités à la raison. Laisser la situation pourrir ne fera qu’aggraver un contexte fait de larmes, de sang et d’injustices flagrantes.
On ne peut laisser mourir des personnes dignes et innocentes au prétexte qu’elles réclament le droit pour leur peuple à vivre libre.

Si justice il y a, elle devra se faire au grand jour, pas dans la rétention d’information, le chantage et les pressions.

Les citoyens ne peuvent avoir confiance en leur Etat que s’ils se sentent entendus et respectés.

P/Le comité de soutien au Dr Fekhar et à ses codétenus
Yacine Cheraiou, porte-parole
Le 11/01/2017

 

Partager cet article

Réagir


*