Commémoration de la marche du 14 juin : Où sont passés les Archs ?

Belaid Abrika

KABYLIE (Tamurt) – La commémoration de la plus grande marche dans l’histoire du peuple kabyle, celle du 14 juin 2001, n’a eu droit à aucune activité ou recueillement de la part de ceux qui sont censés être les premiers à ne pas oublier les martyrs du printemps noir, à savoir les animateurs du Mouvement citoyen des Archs.

Ces derniers ont, en effet, brillé par leur absence, tout comme ils ne se sont pas manifestés lors de la célébration du printemps noir durant la semaine du 20 avril. Même celui qui était présenté à l’époque par une grande partie de la presse algérienne comme étant la figure de proue de ce mouvement, à savoir Belaid Abrika, n’a pas fait d’apparition publique depuis des lustres. Or à l’époque, il faisait tout pour occuper le devant de la scène et des unes des journaux. Ce constat est malheureusement valable pour une grande partie des animateurs de ce mouvement à l’exception de quelques uns, à l’image de Mustpaha Mazouzi. Ce dernier est, en effet, l’un des rares anciens délégués à continuer de se manifester régulièrement lors des événements inhérents au printemps noir. Lui et l’ancien délégué des Archs, Rachid Allouache.

Même les journaux algériens qui faisaient largement écho des activités et des réactions du Mouvement des Archs à l’époque, ont aussi fait l’impasse totale sur l’anniversaire de la marche du 14 juin, a-t-on constaté. Or, traditionnellement, en pareille occasion, ces mêmes journaux avaient pour habitude de revenir longuement sur ces événements avec des entretiens et des analyses. Il faut reconnaitre que de nombreuses zones d’ombre entourent encore les événements qui ont eu lieu en Kabylie en 2001.

Tahar Khellaf pour Tamurt   

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Qu’est devenu ce barbu ??? Je sais que Ali Gerbi et sa famille se sont fait remplir les poches mais Abrika ? Quelqu’un peut il nous informer de ses cavales?

    Répondre
  2. Hormis Mustapha mazouzi qui se consacre au journalisme et anime de temps en temps des emissions sur des plateaux de télévisions arabophones , ABRIKA a disparu de la circulation., On ne le voit nulle part . Pareil pour Rachid Allouache . Je suis profondément convaincu, qu en plus de menaces physiques proférées par le régime contre eux au cas où ils resteraient dans le mouvement , il les a arrosé avec argent et biens matériels tant en Algerie qu à l étranger . Si les dirigeants d un mouvement n osent même plus se montrer en publique ni célébrer le 14 juin, ni se justifier devant l’opinion pour une cause qu ils ont défendu , c est qu il y a une grosse anguille sous roche .

    Répondre
  3. OU SONT PASSES LES CHEFS DE FIL DES AROUCH????????
    WARAHOUM???????????????????????????
    SONT ILS DISPARUS DANS UNE AUTRE PLANETE????
    OU ILS SONT AU PALAIS DE GOUVERNEMENT ET MOURADIA?????
    SI VOUS ETES VENDUS ,? LE MAK JAMAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS
    VIVE LE PEUPLE KABILE

    Répondre
    1. Slim , Abrika est extra terrestre ! Que vient faire la religion dans la commémoration des événements du printemps noir ? Quelque soit sa religion il ne doit pas abandonner le combat des arouch pour lequel il s est investit et cela même s il est boudhiste . Comment des commentaires aussi abrutis puissent ils échapper au modérateur ?

      Répondre
  4. Ezzi ennedh et encore la religion. Arreter votre « khorti »et laisser la foi tranquille. Célébrer le 14 juin, c’est rendre hommage aux 128 morts pour la dignité. C’est un devoir pour tout un chacun normalement constitué (qui a une cervelle, un être humain).Celui qui s’ y oppose peut toujours se rattraper en s’achetant une corde.Il aura ainsi rendu service à l’environnement (moins de pollution) avec un accès assuré au paradis.

    Répondre
  5. Les animateurs du mvt citoyen de Kabylie et des Archs par leur immaturité politique ont fait rater une occasion historique à la Kabylie d’arracher son autonomie en 2001.Leurs revendications algérianistes (sans le soutien des algériens) étaient irresponsables et irréalistes.En refusant de s’assumer en tant que représentants du peuple kabyle (dont-ils ont nié l’existence en 2001), ils se sont fait hara kiri et ont été arnaqués par le pouvoir machiavélique et sans foi ni loi d’Alger.
    Le prochain printemps en Kabylie, ne sera pas berbère, ni noir mais KABYLE !

    Répondre

Réagir


*