Colloque sur Tamazight à Vgayet


VGAYET (Tamurt) – Samedi et dimanche, l’université de Vgayet abritera un colloque sur la langue Tamazight en tant que langue maternelle, d’une pluralité de variétés naturelles d’une partie des peuplades algériennes.

C’est le centre linguistique officiel pour l’enseignement de Tamazight en collaboration avec l’université Abderrahmane Mira de Vgayet et le laboratoire Paragraphe de l’université Paris 8e et Cergy-Pontoise qui organisera cette rencontre scientifique pour mettre en exergue la langue Tamazight laquelle est concurrencée par les autres langues lues, écrites et parlées en Algérie. La montée de la norme tamazight ambitionne de s’imposer à l’école et aux médias. Cette émergence est en passe de provoquer un déclassement diglossique.

Aujourd’hui, l’un des moyens les plus surs et le plus rapide, pour le recueil, la conservation, le développement et la diffusion des langues, est la confection de bases lexicales, et de corpus d’expressions de tous ordres compatibles avec une utilisation informatisée. C’est l’uen des raisons de ce colloque.

Amaynut pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. les colloques ne servent a rien si l’on n’as pas des ministre de la recherche et des scienes et de la culture et de l’education qui ne protegent pas les decisions ou suggestions de ces colloques On n’as aucune academie de la langue Kabyle, pas de fonds de supports pour ces chercheurs,.. rien rien de rien.. On travaille dans le vide. Par cobtre ce qui est vrai et reelle c’est l’elephant arabiste en place qui pousse la langue et culture arabe, utilise les petrodollars du peuple pour la main mise totale sur la culture Algerienne ou la langue Kabyle seras elemineeou reduite au stricte minimum. L’Heure est grave et les KDS aidant, on est contre le mur. Je dis « on » car je fais partie des gens qui sentent le danger dans ce contexte.

    Répondre
  2. Azul

    Ugriw n tutlayt tamaziɣt yella yakan, seg ussegʷas n 2014. Ad t-tafem da:
    http://ugriw.net

    Le corpus informatisé de la langue amazighe existe déjà, depuis l’année 2014. Sur le plan technique, son niveau dépasse celui de beaucoup d’autres langues, telles que par exemple, le français. C’est un formidable outil d’apprentissage et de recherche linguistique.
    Vous le trouverez ici:
    http://ugriw.net

    Répondre
  3. Dr. Akli - Prof. de Tamazight · Editer

    Azul,

    Ṭawes écrit parfaitement bien en Tamazight. Aucune faute. 10/10.

    « Yella » est la forme du verbe « ili » (être, exister) à la 3ème personne masculin singulier dans l’accompli. « Tella » à la 3ème personne du féminin singulier. Voici toute la conjugaison:
    lliɣ , telliḍ , yella / tella , nella , tellam / tellamt , llan / llant .

    Par contre, l’écriture de « Raminou » est un désastre à ne pas imiter:
    « turiḍ » devient « turid », « neɣ » devient « negh », « yella » devient « yilla », « ilaqen » devient « glaqen », « mačči » devient « maççi », « yettarun » devient « yitsarun », « cceḥna » devient « ccehna », « kemmini » devient « kemini », etc…

    Il a l’air d’écrire comme il prononce, comme quelqu’un qui n’a jamais appris convenablement les bases d’écriture de sa langue.
    Peut-être que dans son village ou sa famille on dit « yilla » au lieu de « yella », bien que cela m’étonnerait grandement, car dans toute ma carrière de professeur de Tamazight, je n’ai jamais entendu quelqu’un qui dit « yilla ». En tous les cas, igawawen disent clairement « yella ». Peut-être qu’il ne comprend rien à la phonétique et ne remarque pas la différence entre « ye » et « yi ».

    J’ai vérifié sur le corpus de Tamazight combien de fois le mot « yilla » a été utilisé dans cette forme par nos écrivains et le résultat est 0 (zéro)! C’est un mot qui n’existe même pas. Tandis que « yella » sort des milliers de fois.
    Il peut aller faire la vérification lui-même ici:
    http://ugriw.net/?lang=fra

    Ceci dit, il faudrait s’abstenir de faire de tels commentaires ignorants, et arrogants en dénigrant les pères blancs qui ont fait un travail ortographique et lexicographique extraordinaire sur la langue amazighe, on citera Le Père Dallet et Foucault entre autres. L’écriture de Tamazight a évolué depuis ce temps-là et évoluera encore dans le futur comme toute langue. Mais son succès dépendra du travail (création, innovation) et niveau d’éducation de ses interlocuteurs.

    S tegmatt

    Répondre
    1. Hé Doucktour,

      C’est déjà pas mal si Raminou (ou est-ce qu’il ou qu’elle est allé chercher un pseudo pareil ?) parvient à rédiger en Kabyle, même s’il / elle fait des fautes. Après tout il /elle n’a pas la prétention d’être professeur de berbère. Qu il ou qu’elle écrive Yila ou yela, moi je lui crie comme a dit un certain général :  » je vous ai compris ! « .
      Hé Douctour, faut vite fait redescendre de ton hallucinatoire piédestal en carton pâte sur lequel tu t’es perché, parce qu’il risque de s’effondrer sous le poids de ta lourde et ridicule fatuité because M. ou Mme Raminou, si il/elle a commis des fautes, fautes d’ortografe seulement, il/elle ne s’est jamais aventuré hors du champ grammatical pour aller dénigrer qui que ce soit; que c’est faire montre d’une étroitesse d’esprit ou d’un sadique penchant à écraser son prochain du poids de sa prétention que de s’autoriser à qualifier quelqu’un « d’ignorant  » au seul motif qu’il commet de malheureuses fautes d’aurtografe sans incidence aucune sur la compréhension de son texte; que si l’on devait juger des vertus et défauts de chacun selon les fautes de grammaire ou d’ortografe qu’il commet, je connais un certain « Doucktour, Proffissor n’tamazirte  » qui n’échapperait pas à la sanction de se faire taper sur les doigts, remonter les bretelles et se prendre une ou deux bonnes claques dans le beignet de son égo pour les deux ou trois fautes commises dans le seul dernier, paragraphe de son com, histoire de le ramener à la réalité (et encore t’as du bol mon pote, j’ai pas regardé ni cherché ailleurs dans ton com.).
      Wali- ken, au lieu de féliciter Raminou d’avoir pris la peine d’exprimer une opinion dans le domaine de ton enseignement, dans sa langue maternelle, toi, vicieux comme la mort, tu prends le prétexte d’une faute pour l’écraser du poids de ta doctorale science et l’occasion d’ afficher ostensiblement (chouf-ni ya ness ) un hypothétique grade universitaire qui, selon ce qui se raconte, ne nourrit que péniblement son homme.
      Hé ouais, puisque tu veux veux jouer à ce jeu stupide, faisons le dans la gaieté et la joie et rions tous ensemble de nos conneries et des tiennes, bien sûr. Wa t’viv n’ t’mazirte, on dit pas  » on citera LE  » mais « on citera LES  » , pour la raison qu’ils sont deux et tous deux pères blancs; écrire ort-H-ographe sans un H mérite la sanction de pendaison lorsque la faute est commise par un douctour ; la première phrase de ton dernier paragraphe est trop longue…..fallait la couper avec un point; l’adverbe adversatif « Mais » n’a rien à foutre là en début de phrase .

      Est-ce pour autant que l’on s’autoriserait à te taxer de douctour oukertoon, profissor t’mazighth avec mentalité pou ‘aârav pour ces quelques misérables fotes indignes d’un profissor Doutour ?
      Je me sens dans l’obligation de te demander de remballer ton dernier paragraphe pour aller en faire commerce au souk de ta prétention sans limite. Prétention dont la valeur n’excède pas les deux « douro ». Tu peux en outre aller distribuer ailleurs ton altière fraternité toute feinte de « tagmats »- inek, (a l’aide de cet indice, tu sais de quelle montagne je descend) si tu l’offres après insultes et injures, comme tu viens de le faire.à l’égard du malheureux ou de la malheureuse Raminou que tu qualifies de pas moins qu’  » ignorant » et « arrogant  » .
      Je préférerai confier mes enfants à l’enseignement d’un âne kabyle, dussent-ils rester analphabètes et illettrés plutôt que de les confier à un professeur sans aucune once de pédagogie. Un profissor qui va les détruire psychologiquement et les dégoûter pour toujours de l’école.
      .

      Répondre
      1. Le pseudo ? fantaisiste comme beaucoup d’autres et celui qui te surprend est juste un dérivé de…Raminet.
        .
        Tes commentaires ? même rationnels, à snober pour ma part : ton canaille, style provocateur et dégradant.
        Nous sommes tous petits devant l’Eternel et égaux devant le commun des mortels, vu ? et tes écrits que tu veux enjoués n’ont rien de tels, ils sont caustiques.
        .
        La « faute » du Prof. ? en exemple, Winston Churchill vouait une fascination quasi religieuse à son père, celui-ci lui dit un jour « tu es un âne et tu le resteras pour le restant de ta vie ». Malheureusement (pour les deux) il n’a pas connu la suite de ce que nous savons.
        Moralité : ne jamais prophétiser face à la nature humaine. Une personne doit savoir tirer parti d’un enseignement et peu importe la manière.
        .
        Sur ce, sache aussi que l’on n’interpelle pas une personne comme on le fait pour un garçon de café.

        Répondre
  4. Sur ce colloque, on peut dire qu’il y a des gens qui passent leur temps à parler de Tamazight dans les colloques et d’autres qui travaillent qui travaillent et produisent dans cette langue.

    Répondre
  5. Celui qui a écrit le commentaire précédent, « Un connu », ne doit pas savoir lire correctement.

    1) Le professeur de tamazight a raison de corriger les écrits et de critiquer l’attitude de quelqu’un qui ne sait pas écrire en tamazight et recommande une fausse orthographe tout en faisant une remarque impertinente sur les pères blancs. Je dirai même que c’est un devoir d’intervenir de cette manière.
    2) La personne qu’il attaque sauvagement n’est pas professeur de français, mais de tamazight. Dans l’esprit de certains personnes encore colonisées mentalement, on ne peut pas être professeur de tamazight sans maitriser le français à un niveau de professeur de cette langue.

    En tous les cas, les écrits du professeur de tamazight en français sont soignées et d’un très bon niveau. Ce n’est pas le cas des écrits de cet « un connu ».
    Moi je suis professeur de français et je vais passer en revue les écrits de cet « un connu », qui dévoilent une médiocrité sans pareil.

    <>
    C’est quoi cette langue? Un créole de sous-développé ou un langage de voyou?

    <>
    Ce n’est pas le fait de faire des fautes qui est grave, mais justement la prétention de « Raminou » à jouer au professeur avec du faux.
    Il n’y a pas de professeurs de « berbère » en Algérie. Seulement des professeurs de Tamazight.
    Le mot « berbère » est employé par les colonialistes et ceux qui sont encore colonisés mentalement.

    <>
    Il ne s’agissait pas de comprendre ou non le mot « yella », mais de l’écrire correctement.
    Mais tout le monde aura compris quel est le général qui est cité et qui sont généralement ceux qui le citent. Une autre confirmation de l’esprit d’un colonisé mentalement.

    <>
    C’est quel créole encore ça? De voyou arabe?

    <>
    Décidément, dans l’ignorance on mélange et on mutile l’écriture des langues sans honte.

    <>
    On ne devient pas professeur de tamazight pour se nourrir le ventre, mais plutôt l’esprit.
    On voit encore par ses remarques le niveau de médiocrité de l’esprit qui ne pense qu’à s’enrichir matériellement.

    <>
    On croit bien déceler la mentalité fasciste dans cet écrit mais sinon la faute est probablement juste une faute de frappe. Par contre, on trouve « aurtografe » dans les écrits de un connu.

    <>
    « Mais » n’est pas un adverbe, mais une conjonction. On peut parfaitement commencer une phrase avec « Mais ». Comme exemple, voici une phrase écrite par Gustave Flaubert, un styliste rigoureux, dans son roman « Salammbô »:
    « Leurs intérêts, leur existence se trouvait attaquée par les Barbares. Mais on ne pouvait les vaincre sans le secours du Suffète ; et cette considération, malgré leur orgueil, leur fit oublier toutes les autres. »

    Alors, voici encore un ignorant qui veut donner des leçons d’écriture aux autres.

    <>
    C’est du jamais vu en français, « fautes » écrit comme « fotes ». Ça c’est la totale et on ne peut pas dire que c’est une faute de frappe. Une honte.

    <>
    Pour eux, ce sera certainement mieux que de rester entouré d’ignorance.

    Répondre
  6. Mais-ou-et-donc-or-ni-car · Editer

    Ça se voit que @un connu n’as pas appris au primaire que les conjonctions en français sont « mais ou et donc or ni car ».
    Ce n’est pas étonnant qu’il préfère confier ses enfants à un âne.

    Répondre
  7. Ma délicieuse M’Deg-Dooga,
    Avé à toi ma petite caille,
    Wesh, comme d’hab., la situation n’a pas évolué d’un seconde ( une personne a qui on a demandé de citer quelle était la mesure située en dessous du millimètre a répondu : « la seconde » .) . Comme dirait l’autre : toujours M’Deg-deg !!!
    Tes commentaires toujours aussi tardif. Je m’inquiète et m’interroge sur le point de savoir si c’est le fait d’être bourrée qui fait que tu es tout le temps à la bourre ?
    T’s’cuze pas. Y a pas de quoi pousser le bouchon dans les orties puisque tu m’encenses. Toutes tes critiques me vont droit au coeur. Je les ressens comme comme de doux mots d’amour. Je sais que seule ta timidité t’empêche de me déclarer ta flamme.
    Sinon, un garçon d’écurie, on le hèles comment, chère M’Deg-Dooga ?
    Avec toute ma sympathie, ma douce M’Deg-Dooga . La prochaine fois , je t’aborderai avec suave « ma chérie » !
    Ton’Un connu.

    Répondre
  8. Trop d’intelligence tue l’intelligence… tu as laissé ton ADN de fou sur ce site Un connu.
    Mr « de quoi j’me mêle » je ne vais pas sur Tamurt comme on va à la mosquée et de visu, entre la bourrée et toi, l’option est sans équivoque.
    Il n’y aura plus de prochaine fois et « ton Un connu »…quel culot !

    Répondre

Réagir

*