Les candidats du FFS et du RCD n’évoquent même pas Bouteflika

Sadi et Ait Ahmed

ALGÉRIE (Tamurt) – Les candidats à la députation des deux partis kabyles, connus naguère pour leur opposition politique, développent des thèmes et des discours, lors de leurs sorties, presque identiques à ceux du FLN et du RND. Ni ceux du FFS ni ceux du RCD ne font la moindre allusion à la maladie de Bouteflika.

Même Saïd Sadi s’est contenté, dans son discours, vieux comme son parcours, sur le danger de l’islamisme radical. Pourtant, la maladie du chef d’Etat Algérien, paralysé depuis 5 ans, devait être le sujet le plus important. Rien de cela. On ne peut déduire, par les discours à deux vitesses du FFS et du RCD, que ce point a été négocié. «J’en suis sûr et certain même, que si un des deux partis osera critiquer Bouteflika ou évoquer son incapacité physique de diriger le pays, n’aura pas plus de 10 sièges » nous déclara un ancien maire du FFS qui a quitté le parti depuis une belle lurette. Seul Salima Ghezali, tête de la liste du FFS à Alger,  a osé parler de Bouteflika, suite à l’insistance d’un journaliste, mais elle dira juste qu’elle est contre un cinquième mandat.

Comme si son parti, le FFS, était d’accord pour les quatre mandats précédents. Les candidats des deux partis se contentent de parler de la situation socio-économique globale qui prévaut en Algérie. Des petits constats par-ci et par-là. Le comble, le FFS et le RCD parlent de changement sans le départ de Bouteflika ni de son régime. Jamais ces deux partis n’ont courbé l’échine au régime. Mais, ils savent pertinemment que c’est la seule façon d’obtenir au moins une vingtaine de sièges en Kabylie.

Ravah Amokrane pour Tamurt 

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. c est la honte et c est la honte vive l independance de la kabylie a n importe quel prix meme aux prix de notre vie. croyez moi ca vaut la peine. la kabylie ne peut etre bien gere que par ses fils et ses filles. la kabylie ne pourra jamais soulever sa tete avec un systeme arabo islamiste, avec un chef de daira corrompu de telemcen ou de conatantine et des wali arabes corrompus. est ce que quelqu un peut donner sa maison a son voisin pour la gerer et beh non donc la kabylie c est la meme chose. les arabes corrompu vont gerer l algerie arabe et les kabyles vont gerer la kabylie kabyle.

    Répondre
  2. À partir du moment où tout le monde reconnait que les partis rcd-ffs ont renié tous les combats originels, on le voit ici lorsque les chefs de ces partis font la courbette au régime algérien en passant sous silence l’incapacité du chef de clan à diriger l’Algérie. Mais la question qui reste posée et qui interpelle c’est le fait de ne pas comprendre les militants de base de ces partis, ce qu’il en reste même s’ils sont de moins en moins nombreux, qui suivent les chefs de partis dont le seul objectif est de se remplir les poches ! La notion de mouton de Panurge n’a jamais pris toute sa dimension que dans cette situation, c’est la seule explication probablement.

    Répondre
      1. @ nadir , l’amazighité ne nous regarde pas , il a des chawis des mozabites , des targuis, il y a des kabyles .Nous sommes kabyles et celui qui se sent kabyle c’est a lui d’être fier de ce qu’il est ou de ne pas être fier ça ne regarde que lui , L’amazighité est une notion vague floue qui nous renvoie en arrière pour nous tenir dans un état primitif d’il y a 20 siècles , le pouvoir coloniale algérien aime quand on lui parle d’amazighité il sait que c’est un cul de sac ,mais parler lui de la Kabylie vous êtes au commissariat dans l’heure qui suit Notre combat est clair c’est l’indépendance de la Kabylie sur son territoire et non sur des personnes .

        Répondre
  3. Tu penses qu’un diagnostique de la maladie de Bouteflika est plus important que les problèmes socio-économiques? Et tu pousses le bouchon plus loin en recalant le terrorisme au dernier plan
    Bouteflika est à son derniers mandat et il prendra fin dans quelques jours. Où est l’utilité de ressasser l’évidence?
    Pouquoi ne pas parler des problèmes que nous allons rencontrer à l’avenir et des évetuelles solutions. Mais non ta politique est une politique revemcharde parsemée d’insultes. En plus de sa maladie et de son départ imminent tu veux le crucifier. Propose des solutions, dis nous comment fera t-on face à l’avenir? Non, déjà on tape sur nos partis d’opposition et l’actuel pouvoir. Rabah, un peu de décernement.

    Répondre
    1. Attends d’abord qu’on veuille négocier avec toi avant de te mettre dans la peau d’une partie prenante.
      Tu n’es même pas considéré comme force d’opposition ou de quoi que ce soit sur l’échiquier de la politique Algérienne.
      Ta position est aussi invisible et inaudible que le bruit que ferait un vieille arbre en tombant en amazonie.

      Répondre
      1. Nadir peut être comme tu dis sommes nous inaudibles aux oreilles d’une opinion avec des oeillères par la complicité de médias sous contrôle mais il s’agit d’un silence orchestré et assourdissant comme l’est le mécontentement populaire d’une région laissée pour compte pour des raisons de résistance à un l’araboislamisme ambiant synonyme de mort ou zombifcation pour notre culture à l’image d’un pays sans identité propre=aliéné ou étranger à lui même

        Répondre

Réagir


*