Campagne électorale à Tizi Ouzou : Les candidats organisent des  « meetings » dans des cafés

rencontre de proximité

TIZI OUZOU (Tamurt) – La campagne électorale pour les élections municipales du 23 novembre 2017, qui tire à sa fin,  met à nu le fossé qui sépare le peuple des partis politiques, du moins en Kabylie. Devant l’incapacité totale des candidats et de leurs parrains de mobiliser les grandes foules, les concernés ont fini par se rabattre sur…les cafés maures.

Durant les premières journées de la campagne électorale, les candidats ainsi que les responsables des partis en lice, se sont retrouvés à maintes reprises dans des salles vides. Ce qui les a poussés à annuler une infinité des meetings initialement programmés, avec même des réservations préalables des salles. Ayant cru que les choses allaient s’emballer au fur et à mesure que la campagne avancerait, les candidats ont gardé l’espoir. Ils ont vite déchanté. Il s’est avéré que l’attitude des citoyens reste inflexible. Ce qui a fait que, n’ayant plus aucune autre alternative, les candidats ont trouvé la parade en optant pour les cafés pour rencontrer les citoyens et leur formuler leurs promesses. Des promesses que tout le monde sait qu’elles ne seront pas tenues.

Les candidats choisissent les fins de journées où, généralement, les cafés maures sont occupés en nombre important par les villageois pour prendre d’assaut ces espaces publics sans crier gare. Les candidats déversent alors leur discours populistes sur des citoyens qui n’étaient guère destinés à les écouter. L’oisiveté qui caractérise la vie dans nos villages fait que les citoyens tendent tout de même l’oreille pour entendre sans vraiment écouter ce que débitent des candidats auxquels il faut tout de même reconnaitre d’avoir le courage d’affronter le ridicule avec autant d’audace.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Réagir

*