Bouteflika parmi les dix chefs d’Etat les plus anciens au monde


ALGERIE (Tamurt) – Le Marocain, Abdelaziz Bouteflika, placé comme chef à El Mourdia par une caste des généraux depuis le 16 avril 1999, fait parti des dix chefs d’Etat les plus anciens au monde.

 

Depuis 18 ans qu’il est président Algérien, élu bien sûr  avec des scores et des scrutins à la soviétique. Le président algérien figure parmi le top ten de la longévité des dirigeants à la tête des États.

Le plus ancien président est Teodoro Obiang Nguema Mbasogo : 37 ans à la tête de la Guinée-équatoriale. Le deuxième c’est José Eduardo dos Santos : 37 ans à la tête de l’Angola. Le troisième c’est Paul Biya : 34 ans à la tête du Cameroun. Le quatrième,  Yoweri Museveni : 31 ans à la tête de l’Ouganda. Le cinquième,  Robert Mugabe : 29 ans à la tête du Zimbabwe. Le sixième, Noursoultan Nazarbaïev : 27 ans à la tête du Kazakhsta. Le Septième  Omar el-Béchir : 27 ans à la tête du Soudan. Le huitième, Idriss Déby Itno : 26 ans à la tête du Tchad. Le neuvième,  Isaias Afwerki : 24 ans à la tête de l’Erythrée et le dixième, c’est bien sûr le natif d’Ouejda, Abdelaziz Bouteflika : 18 ans à la tête de l’Algérie. Il faut  noter que tous les partis politiques algériens, du pouvoir ou bien ceux qui se réclament de l’opposition, ont soutenu Bouteflika dans ses différents gouvernements d’une manière directe depuis 1999, à commencer par le RCD, Hamas, FLN,  PT, RND, pour ne citer que ceux là. Même le FFS l’a soutenu indirectement depuis 2012.

Ravah Amokrane

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Et c’est kif kif pour les partis politiques algériens ou kabyles. Hanoun Louisa, lorsqu’il ou elle est né(e), il ou elle était déjà président(e) du PT; Sadi Saïd, dit Moustache, président officiel pendant 20 ans, président officieux pendant une bonne éternité ; Aït Ahmed chef du FFS même après sa mort .
    A vous de compléter la liste !

    Répondre
    1. @Depassage
      La photo la plus recente vas faire peur aux adultes. Cet assassin de 120 Jeunes Kabyles et de biens d’autres paye a petit feux ses crimes tout comme son pote boumedienne qui a termine detruit par le polonium!

      Répondre
  2. Azul,

    Enfin les anegeriens et les anegeriens musuments kabyles « comme ils se présentent » peuvent être fier, Bravo!!!
    Bientôt 5eme – 6eme mandat je me rappelle plus, j’ai l’impression que depuis mon tout jeune age il était président cet Assassin.
    Vive l’anegerie plurielle, direz nos chers anegerien musulments kabyles « comme ils se présentent, mais kabyle toujours dernier, mince alors bizarre bizarre ».
    Heureusement que chez NOUS c’est Taqvaylit Tamezwarut.

    Répondre
  3. Il aurait pu passer plus de temps en tant que président si l’armée en 1978 aprés la mort du dictateur Boumédiene ne lui aurait pas préféré un certain Chadli Bendjedid,roi de la médiocrité.
    Finalement,on n’a que ce qu’on mérite,on est un peuple immature sans élite politique avec des opposants qui font semblant de s’opposer moyennant avantage matériel bien sur.Jamais,un pays arabe,ne connaitra la Démocratie réelle mais seulement de facade et fictive.

    Répondre
  4. Boutef n’est que la partie visible de l’iceberg, il est l’aboutissement d’un cheminement de faits divers politiques et autres qui trouvent leur source dans un mal être communautaire et général liés à des déséquilibres et des crises historiques à l’origine de l’existence d’un faux pays appellé Algérie au sein duquel cohabitent difficilement et par la contrainte plusieurs ethnies voire des peuples qui ne constituent pas, loin s’en faut, une communauté de destin faute de ne pas partager des valeurs et des visions communes. Boutef ou ses prédecesseurs, il y’ a en fin de compte que les noms qui changent, des comédiens qui défilent les uns après les autres et qui tous interprètent le même rôle. La pièce de théâtre étant la même. Certes, Boutef a duré plus que les autres mais qu’est-ce que cela aurait changé à la situation s’il était remplacé par un autre comédien. Boutef n’est qu’un pion et un agent d’un système où tout le monde ou presque trouve son compte. D’où la difficulté de s’en débarrasser ou du moins de le réformer. Il n’est pas juste de blâmer certains dont fait partie Boutef et dans le même temps de faire l’éloge d’autres qui ont fait semblant de s’opposer tout en étant dans la périphérie de ce système. A l’exception de tous ceux qui ont payé de leur vie leur opposition effective au monstre, tout le reste, c.à dire les opposants de salons ou touristique n’en sont pas moins responsables du marasme actuel. Ils sont même pires que ceux aux commandes parce qu’ils ont l’avantage de profiter royalement du système tout en étant tapis dans l’ombre. C’est une attitude propre aux opportunistes et aux imposteurs. L’inexistence d’institutions de la République légitimes, fiables et fortes a davantage aggravé le cas de Boutef depuis sa maladie. L’Algérie est tellement livrée à elle même qu’on ne sait qui est qui, qui fait quoi, pourquoi et au profit de qui. Le bon sens veut que quand on se rend compte qu’on fait fausse route on change de cap ou quand il y’a dysfonction d’un système on opte pour un autre plus fiable. Il n’en est rien de ce pays qui va droit dans le mur avec la complicité de tous ceux que le changement n’agrée pas.

    Répondre
  5. Azul Bouteflika a eu le soutien des français les colons car lui n jamais fait la guerre contre eux ! les français sont contre les berbère ( tien macro et où Mali première sortie) les kabyles doivent s unire et de compter sur eux même voilà la clé de réussite .
    pour ça j ai préparer ce petit message pour les kabyle je demande à tous les kabyles de le partager
    https://youtu.be/oN4WceRVAWU

    Répondre
  6. Bouteflika version Fidel Castro?
    Le plus vieux président du monde cea été le monarch, commandante Fidel-castro, avec sa barbe et son unis forme, il avait reigné sur Cuba suite un putch un peu plus d´un demis siecles mais ces dernières années avant son déccés, il devint malade, obligé de passé le pouvoir sans election á son frére Raoul.

    Répondre
  7. Le problème n’est pas dans son maintien en tant que président ou son handicap, en réalité il ne devrait pas l’être car issu du « FLN ». En Algérie, tous les partis politique et autres personnes qui acceptent de participer aux élections qu’elles soient présidentielles, législatives ou autres sont des opportunistes et font le jeu du système moyennant des privilèges. Pour les partis qui se revendiquent de l’opposition, Ils savent mieux que quiconque qu’ils ne peuvent rien changer dans ce pays même dans quelques siècles tant que le parti fln existe. C’est lui (l’fln) qui gère tout, la finance, l’administration et dispose de tout ce qu’il veut sans compter le trafic des élections. Cela n’est pas le cas des autres participants (iqefafen) qui font semblant de militer pour le changement. Au lieu de pleurnicher en quémandant des miettes, ils auraient mieux fait depuis longtemps déjà de poser au préalable des conditions à toute participation aux joutes électorales en demandant la dissolution du fln. Cela n’est évidemment pas l’unique problème qui fait que ce pays est à la traine, la culture arabo-islamo-daeshiste des dirigeants de l’état et de la majorité du peuple qui s’y accommode a fait des ravages dans tous les domaines. Boutef et sa clique fln and co font tout pour que les choses restent inchangées car le changement leur fait peur.

    Répondre
  8. Tous les médias et portraits d’administrations montrent un prézidane jeune avec des cheveux. N’est-pas ce petit bonhomme qui criait avec mépris que de son vivant tamazight ne sera ni nationale ni officielle, que sous son règne l’arabisation et islamisation ont gangréné le pays? Il agonisera comme il a fait agonisée la Kabylie et son peuple.
    Contrairement à castro et chavez, malades, eux ont lâché le pouvoir mais dans notre anjourie, même en mort vivant, ce peuple ignorant le plébiscitera pour un 5è mandat. N’ayez crainte, une nouvelle carte du monde se dessine et les généraux vont en trembler: n’oublions pas comment les empires benali, moubarak et khadafi se sont écroulés.

    Répondre
  9. Après avoir donné l’ordre en Avril 2001, en sa qualité de ministre de la défense pour tirer sur les gamins kabyles, BOUTEF, avait confié à un de ces proches « Je ne veux plus entendre parler de ce printemps Berbère ».

    Après 2001 les kabyles ont revendiqué une large autonomie, puis carrément une indépendance vis-à-vis de l’Algérie qui avait gardé un silence complice devant l’assassinat de ces enfants par les Gendarmes Algériens.

    Ce diable de BOUTEF « anti-kabyle primaire » avait trouvé une solution pour dissoudre les kabyles dans l’arabo-islamisme : l’envoi des milliers de TANGOS, issus de sa réconciliation nationale en mission d’islamisation en Kabylie « chose dont rêvait le FIS ».
    Ce que ce SNP d’Oujda ignore c’est que à travers l’histoire de l’Afrique du Nord, la terre des Kabyles a été de tout temps le cimetière des envahisseurs, bon entendeur salut…. !!!

    Répondre

Réagir


*