Blocage des journaux électroniques libres : Le pouvoir veut isoler les Algériens du reste du monde

Journal électronique

ALGÉRIE (Tamurt) – La dictature est à son paroxysme en Algérie. Après avoir neutralisé tous les partis politiques qui avaient une certaines autonomie vis-à-vis du pouvoir central d’Alger, ce dernier s’est attaqué aux quelques bouffées d’oxygènes que représente la presse électronique, libre de sa tutelle. En effet, depuis le mois de juillet dernier, le pouvoir algérien est passé à la vitesse supérieure en matière de restriction des libertés d’expression en bloquant carrément l’ensemble des journaux électroniques indépendants ayant une grande influence sur le lectorat.

La première cible du pouvoir algérien est bien sûr les journaux kabyles dont le journal indépendant « Tamurt.info » ainsi que l’agence de presse du GPK, « Siwel » mais aussi bon nombre de journaux électroniques, ayant plus ou plus au moins d’impact sur le lectorat. Ayant cru qu’il s’agissait d’un blocage momentané, il s’est avéré que le pouvoir algérien est décidé à ne pas lâcher du lest et d’aller jusqu’au bout en pénalisant les journaux qui ne sont pas dociles. Cinq mois après la mise en œuvre de cette mesure dictatoriale, les journaux en question ne sont toujours pas disponibles en Algérie au grand dam des organisations de défense de la liberté d’expression. Au lieu de revenir sur une décision qui discrédite entièrement un pouvoir de plus en plus  faible, ce dernier est passé à l’acte en pénalisant même des journaux électroniques qui lui étaient acquis il y a à peine quelques mois. En effet, le site TSA a également fait les frais de cette atteinte grave à la liberté d’expression et de cette attitude fasciste. Désormais, l’objectif recherché par le pouvoir algérien est d’isoler complètement les algériens du reste du monde. Quand on sait que la presse étrangère n’est pas disponible en Algérie, on comprend  bien que le pouvoir cherche à manier l’opinion publique algérienne à sa guise. Le peuple n’a désormais plus où s’informer librement car les journaux en papier ont été domestiqués alors que la majorité des chaines de télévision sont des canaux d’arabo-baathisme à la solde du pouvoir.

Dans ce désert médiatique, c’est la chaine islamiste gérée par le fils de l’intégriste Abassi Madani, en l’occurrence, « El Magharibia », qui a gagné en audience car elle est la seule qui ose critiquer les dérives du pouvoir. Malheureusement, en faisant cela, elle en profite pour semer sa doctrine moyenâgeuse avec des idées obscurantistes qui rappellent les tristes années 90, dans leurs débuts.

Tahar Khellaf pour Tamurt 

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Il a suffi que TSA supprime les commentaires libres, pour qu’il soit de nouveau accessible.
    Ah si tamurt avait le même courage de poster les commentaires sans « modération ».

    Répondre

Réagir

*