Benghabrit supprime « Bissemilah » des manuels scolaires !


ALGÉRIE (Tamurt) – La ministre de l’éducation Algérienne, Benghabrit, a encore une fois attiré la foudre des islamistes et des ennemis du progrès par sa décision de supprimer la formule « Bissemilah », (Au nom de Dieu) des nouveaux ouvrages scolaires.

Une campagne de dénigrement et d’insultes est menée contre elle dans certaine presse arabophone et surtout sur les réseaux sociaux. Des partis politiques islamistes crient même au complot sioniste contre la religion musulmane. Certains appellent même à une mobilisation et manifestations dans les rues pas seulement pour réinscrire la formule « Bissemelah » sur tous les manuelles scolaires mais aussi pour destituer Bengahbrit de son poste de ministre d l’éducation.

A noter, ce ne sont pas seulement les islamistes qui s’acharnent contre cette ministre qui fait exception au sein du régime, mais une bonne partie des algériens. Un imam est allé même a proposer à tous les élèves et leurs parents d’ajouter avec leurs stylos et en gras la formule « Bissemilah » sur leurs manuelles scolaires.

Les algériens font d’une simple formule religieuse toute une cause alors que leurs avenir qui les plus incertains ne semble pas les concerner. Pour la ministre Benghabrit, qui lutte contre vent et marrée, pour améliorer un ton soit peu le secteur de l’éducation reste une énigme au sein du régime.

On se demande comment une ministre moderniste figure dans un régime islamiste ? « Nous avons jeté un coup d’œil sur les manuels scolaires depuis 1962 à nos jours. Eh ben « bismillah » n’existe pas partout, la besmala n’est pas présentes dans des manuels qui ont pourtant été rédigés par l’ex-président de l’association des oulémas, qui était le docteur Chibane, cette polémique à des fins idéologiques et politiques notamment à l’approche des échéances électorales », a déclaré la ministre à la presse Algérienne.

Ravah Amokrane pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. La charia est toujours obligatoire, meme pour les enfants de laics ou chretiens. Une aberration. Plus les mosquées ont été appellées à s’imiscer de la chose publique et le gouvernement arabe va introduire la « finance islamique » pour soudoyer les islamistes, suite aux dernieres elections la tendance democratique n’est pas du gout du regime. Donc on change de peuple.

    Répondre
  2. Cette dame a beaucoup de mérite. Pour autant, on a parfois comme l’impression qu’elle sert de faire valoir.
    C’est que ses initiative, dans le fond, ne gènent en rien l’école (et le système éducatif tout entier) de faire son travail de sape et de destruction. L’école algérienne nous éloigne chaque jour un peu plus de nos racines dans ce qu’elles ont de plus sain : la culture et l’héritage antiques et, en conséquence, tout autant, des avantages de la modernité.
    Car, dans le fond, et tout le monde le sait, le système scolaire à tous les paliers n’est qu’une immense machine d’endoctrinement au service de l’islam; pire encore, il est au service de l’une de ses doctrines les plus obscurantiste, celle qui ne se gène nullement de faire des crime des vertus.

    Répondre
  3. Ne vous en faites pas..la plupart des enseignants sont des tchadorises et le matin tout commence pa l’invocation du dieu des Arabes. Quand au dieu des Kabyles il m’as l’air en panne a moins que il ne soit parti en vacances sur la Galaxie X25…et qu’il nous as fait plsuieurs fois le signe de le joindre mais il a oublie de nous apprendre comment faire des navettes interstellaires.

    Répondre

Réagir

*