Il aura lieu le 20 juin : Procès Bouteflika-Le Monde

Bouteflika contre Le Monde

FRANCE (Tamurt) – L’audience du procès en diffamation intenté par le Président algérien Abdelaziz Bouteflika au grand et prestigieux quotidien français Le Monde aura lieu le 20 juin  prochain.

Pour rappel, deux avocats algériens ont été chargés par la présidence  algérienne pour déposer une plainte pour diffamation contre les responsables du journal Le Monde suite à la publication d’un article inhérent à l’affaire dite du Panama Papers. Le contenu de l’article, origine de ce bras de fer, ne faisait pas référence à Bouteflika mais citait d’autres personnalités algériennes impliquées dans les affaires louches relevées. Par contre, c’est avec la photo de Bouteflika que l’article en question avait été illustré. Ce qui a énormément déplu aux dirigeants algériens.

Les responsables du Monde ont juste après présenté leurs excuses à la présidence algérienne, notamment en passant un coup de fil à l’ambassadeur d’Algérie à Paris. Des excuses ont même été publiées sur le journal. Mais la plainte n’a pas été retirée. Les avocats algériens exigent une condamnation du directeur du journal Le Monde à un Euro symbolique et une publication judiciaire en première page du journal. Rappelons que c’est la première fois dans les annales qu’une affaire de ce genre, impliquant directement un chef d’Etat,  est enregistrée en France.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Allez Le Monde, chiche, balancez l’assassinat de 128 Kabyles lâchement tués par balles explosives, balancez aussi lors de l’audience sur les 200 000 tueries des années noires par le pouvoir( c’était bien lui qui a repris le flambeau de 1er magistrat du pays et de super ministre de la défense), sur les chefs terroristes pilotés depuis alger qui font régner la terreur tout autour de l’algérie, sur l’assassinat d’intellectuels et journalistes, sur les moines de Tivhirine- hervé Gourdel, prise d’otages d’Air France, attentats d’alger devant le siège de l’ONU, Tigentourine, attentats de 95 à Paris et tant d’autres histoires.
    Le colonel Malien Lamana Ould Bou qui a été tué par ??? a résumé ainsi l’aqmi » au coeur de l’aqmi, il y a le drs ».
    Si Trump s’est rendu en arabie saoudite et que plusieurs pays créent un embargo sur la qatar pour soutien au terrorisme, ce n’est pas innocent donc l’un des suivants risque d’être l’état islamique anjourien.
    C’est vrai que les milliards qu’il avait détournées dans les années 70, les bouchouareb, saidani, chakib khelil… sont du pire délire.

    Répondre
  2. Avant de donner l’ordre en Avril 2001, en sa qualité de ministre de la défense de tirer sur les gamins kabyles, Mr BOUTEFLIKA, avait confié à un de ces proches je cite :
    « Je ne veux plus entendre parler de ce printemps Berbère ».

    Après 2001 les kabyles ont revendiqué une large autonomie, puis carrément une indépendance vis-à-vis de l’Algérie qui avait gardé un silence complice devant l’assassinat de ces enfants par les Gendarmes Algériens.

    Ce diable de BOUTEF « anti-kabyle primaire » avait trouvé une solution pour dissoudre les kabyles dans l’arabo-islamisme : l’envoi des milliers de TANGOS, issus de sa réconciliation nationale en mission d’islamisation en Kabylie « chose dont rêvait le F.I.S ».

    Ce que ce SNP d’Oujda ignore, c’est qu’à travers l’histoire la terre des Kabyles a été de tout temps le cimetière des envahisseurs, bon entendeur salut…. !!!

    Répondre
  3. Si l’avocat du journal Le Monde engage le procès en commençant par la condition d’aptitude de Boutef , il risque, s’il ( Boutef ) est présent à l’audience, de quitter le prétoire sur les chapeaux de roues de son mini dragster. Et  » si l’avocat du Monde est cru, Boutef est cuit  » !
    Pas la peine de se faire d’illusions. Même s’il perd, Boutef en sortira gagnant parce que le but est ailleurs, là ou on ne l’attend pas. Toute cette comédie c’est un coup d’esbrouffe, du chiqué, du théâtre, du cinéma ou les parties se sont déjà mise d’accord avant le procès, les rôles distribués, les répliques apprises par coeur par les avocats des deux parties, et tout est déjà mis en scène pour donner l’image d’un président vivant, démocrate, honnête, tolérant pour accepter de faire taire le mensonge non par relation, pression, chantage politique ou économique mais comme un simple honnête citoyen qui n’a rien à se reprocher, et surtout encore, en mesure de pouvoir diriger un pays.

    Répondre

Réagir


*