Aucune figure connue au meeting de Amara Benyounes

Amara Benyounes

TIZI OUZOU (Tamurt) – Lors de son meeting électoral, animé à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, jeudi dernier, Amara Benyounes s’est retrouvé au milieu d’illustres inconnus. En effet, il n’y avait parmi les gens qui l’attendaient sur place aucune célébrité ni locale encore moins nationale.

On ne distinguait aucun ancien militant du Mouvement culturel berbère (MCB), du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD-authentique) ni d’hommes de culture (artistes,  poètes ou écrivains), ne serait-ce que de dimension locale. Amar Benyounes n’a eu droit qu’à une poignée de personnes complètement inconnues au bataillon, tombés du ciel. On ne va pas exclure qu’il puisse y avoir dans la salle (qui était loin d’être pleine) des personnes sincères qui croiraient peut-être et naïvement au discours prôné par le MPA (Mouvement populaire algérien) mais il y a lieu de souligner qu’une bonne partie de l’assistance est bien connue dans la région de Tizi Ouzou pour leur opportunisme sans commune mesure. On a vu des personnes qui mangent à tous les râteliers. Et comme elles espèrent toujours que Amara Benyounès puisse redevenir ministre, elles n’hésite pas à venir faire la courbette à un homme politique qui ne sait plus sur quel pied danser.

D’ailleurs, même les responsables du journal « La dépêche de Kabylie », dont Amara Benyounes est le propriétaire et le vrai patron, n’ont pas daigné s’afficher à la maison de la culture en compagnie du secrétaire général du MPA afin de ne pas s’attirer les foudres  de la population locale. Pourtant, quand Amara Benyonues avait quitté le RCD et décidé de faire cavalier seul, il y avait à ses côtés plusieurs figures plus ou moins connues du monde politique et même médiatique, à l’instar d’Arezki Abbout, Salah Hacene,  Slimane Laouari… C’était avant 2004, année à laquelle Amara Benyounes a montré son vrai visage en annonçant son soutien actif à Abdelaziz Bouteflika, trois ans après le printemps noir de Kabylie.

Tahar Khellaf 

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. C’est une famille de collaborateurs du Pouvoir algérien depuis 1962 ,son frère Daniel a trahi le FFS pour rejoindre le clan de Oudjda ,il a été bien récompensé par les décideurs en mettant à sa disposition plusieurs agences de voyages notamment en France ,l’une de ses Agences n’était pas loin du siège de l’Académie Berbère pour espionner toutes ses activités et faire des rapports périodiques à la SM de Boumdiène ,et Bouteflika fidèle ami de Boukharouba n’avait pas oublié les menus services rendus par Daniel Ben Younes au profit du régime contre ses frères kabyles ,il l’avait bien gâté en le nommant plusieurs fois sénateurs .

    Répondre

Réagir

*