Après que leur prix soit passé à 30 DA : Les ventes de Liberté et El Watan ont baissé de 50 %

El Watan et Liberté

ALGÉRIE (Tamurt) – La crise économique et les restrictions touchant la liberté de la presse depuis quelques années en Algérie ont engendré une situation d’étouffement inédite qui affecte même les journaux les plus vendus. En effet, les deux journaux francophones algériens les plus vendus, à savoir Liberté et El Watan, ont vu leur vente  péricliter de la moitié depuis que leur prix de vente est passé d’un seul coup de 20 à 30 DA, il y a quelques semaines.

C’est la première fois que ces deux journaux sont confrontés réellement à une crise financière très complexe qui pourrait même remettre en cause leur existence. Car en plus de la disparition des grands placards publicitaires, les deux quotidiens privés sont de plus en plus boudés par les lecteurs pour une multitude de raisons. Certains observateurs n’hésitent pas à faire le lien entre la chute de ces deux quotidiens avec le départ du général Tewfik qui aurait été durant des décennies leur protecteur. D’ailleurs, ces deux quotidiens n’ont jamais écrit d’articles pour critiquer l’ancien chef du DRS. Bien au contraire, lorsqu’Amar Saadani, ancien secrétaire général du FLN a adressé des critiques sévères à Tewfik, Liberté et El Watan n’avaient pas hésité à prendre sa défense.

De son vivant, Hocine Ait Ahmed, ancien Président du FFS avait, à maintes fois, déclaré que derrière chaque journal algérien, dit indépendant, il y avait un général. En plus de ces quelques causes, il y a lieu de noter aussi que l’avènement de la presse électronique n’est pas totalement étranger au recul sensible des journaux en papier. La presse électronique jouit de beaucoup plus de liberté d’expression que les journaux « indépendants » algériens dont la majorité des directeurs sont des anciens journalistes d’El Moudjahid, organe de propagande de l’ex-parti unique, le FLN.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. on lié toujours le fln á l´histoire de l´radp mais on oublie souvent le parti communiste qui jouer le rolle central sans son aide le fln á été un grand ZERRO, rien n´aurait été fait, cea va regardé comme l´afganistan!

    Répondre
    1. En tant que kabyle,je ne me reconnais dans aucun journal algérien y compris « La Devêche de Kabylie ».Heureusement qu’il ya le net.Vive les USA ! Sans le net nous serions comme au Corée du Nord.
      Les journaux écrits et tv kabyles sont à naître lorsque la Kabylie accédera à son indépendance.
      Le gvt arabo-algérien finance plus d’une centaine de quotidiens (arabe et français) que personne ne lit et refuse de créer un seul quotidien d’informations en langue kabyle et avec ça ils veulent nous berner avec la pseudo officialisation de tamazight. Faqen !

      Répondre
  2. Le systeme entraine de récupérer le géant économiste ( Mr Rebrab ) et de l´attirer vers le huit clos d´un département voisin de Vgayet vers Sétif , ils vont le délocaliser vers Sétif ! aprés une touché de main de Rebrab au funéraille d´un reponsable de la CNAS ( une poigné de main empoisoné ) , juste aprés une forte délégation de la direction Douane de la Wilaya de Sétif sont venu pour un apaisement et une coopération fléxible pour la clanique du systeme , délocaliser le groupe Cévital vers Sétif par des avantages soupple et fléxibles , mm ils pourront avec la direction de Vgayet s´ils veulent développer l´industrie de Rebrab ! mais leur intention est trés lointaine ! ils veulent récupérer les poches de Rebrab et y pauvrir sa région ?
    l´idéologie Tlemcienne avec leur proverbe : Asshih linna wel ma3tob likoum ( l´homme fort nous appartient et l´handicape est le votre ) .

    Répondre
  3. Il y avait un seul journal en tamazight qu’ils ont tout fait pour l’étouffer. Mauvaise distribution et pas de placards de publicités. Et le quotidien a mis la clé sous la porte. Il s’agit du journal la cité ou Tighremt. C’est note seul quotidien dans la langue de Mamméri. Tous les autres sont écris dans la langue de Oqba Ibn Nafaa et de celle de Victoir Hugo.

    Répondre
  4. C’est deux journaux que je ne consulte même pas sur internet de là à les acheter c’est inimaginable. Leur ligne éditoriale est complètement insipide, surtout depuis qu’ils ont été mis au pas, par Said Bouteflika et sa clique. Ils ont perdu leur peu d’indépendance et leur donc leur raison d’être.

    Répondre

Réagir


*