Après l’interdiction de ses conférences : Ruée sur les romans de Karim Akouche

Karim Akouche

CULTURE (Tamurt) – C’est la ruée sur les romans de l’écrivain kabyle Karim Akouche, depuis l’annonce de l’interdiction de ses conférences ainsi que des menaces de mort que l’auteur a reçu à la veille de la tenue de la première conférence de sa tournée en Kabylie, prévue vendredi passé à Bouzeguène dans la wilaya de Tizi Ouzou.

En effet, ceux qui ont décidé de barrer la route à Karim Akouche et à ses idées, ont finalement rendu service à l’auteur de « Allah au pays des enfants perdus », sans se rendre compte. L’interdiction ajoutée aux menaces de mort a eu l’effet inverse puisque l’écrivain connait un succès inédit en librairie, notamment au niveau de celles qui sont situées dans les villes de Kabylie. « Depuis samedi dernier, nous sommes pris d’assaut par des dizaines de lecteurs qui se présentent régulièrement pour acheter les livres de Karim Akouche », nous confie l’un des libraires les plus importants à Tizi Ouzou. Notre interlocuteur nous a confié qu’une partie de ces lecteurs n’ont jamais entendu parler de l’écrivain Karim Akouche qu’après l’affaire des menaces de mort et de l’interdiction des conférences de cet écrivain Rebelle.

D’ailleurs, les libraires ont eu du mal à faire face à la demande des lecteurs car le nombre d’exemplaires des livres de Karim Akouche disponibles sur les étals a été vite épuisé. Les libraires que nous avons approchés profitent de l’occasion pour lancer un appel à l’éditeur de Kamel Akouche, à savoir Amar Ingrachen, patron des Editions Franz Fanon afin de les en approvisionner pour satisfaire la forte demande exprimée par les lecteurs. Comme on  peut le constater, malgré donc que Karim Akouche a du plier bagages devant une menace de mort qu’il ne pouvait que prendre au sérieux, ses livres, qui sont sa seule arme, sont plus que jamais convoités par des citoyens voulant sans doute découvrir les écrits d’un écrivain qui font tant peur à des esprits fermés qui n’acceptent aucune idée différente des leurs.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Réagir


*