Aokas, Ait Ouabane, la Kabylie qui avance

Centre culturel d'Aokas

KABYLIE (Tamurt) – La population d’Aokas vient une fois de plus de donner une leçon magistrale au régime colonial qui a fait de l’anéantissement de la Kabylie une question de vie ou de mort. « Prenez l’argent et laissez-nous le savoir », ce slogan reflète à lui seul la grandeur des Aokassiens qui sont intraitables sur leur culture et leur identité kabyles.

A travers cette victoire de la mobilisation populaire, c’est la Kabylie unie qui a triomphé. Un exemple à méditer pour que le peuple kabyle retrouve sereinement ses ressorts et faire face aux menaces extérieures. Le village Ait Ouabane, dans la commune d’Akbil, a brillé en accueillant la 14ème édition du festival annuel Raconte-Arts (du 24 au 31 juillet). Comme à l’accoutumée, les habitants du village ont refoulé la gendarmerie algérienne. Ça ne peut qu’augurer des lendemains de liberté pour la Kabylie.

Sur un autre plan, le régime colonial algérien a bloqué l’accès aux sites kabyles d’obédience indépendantiste : Tamurt, siwel, K24. L’objectif recherché n’est rien d’autre que d’empêcher le peuple kabyle de s’informer et de se conscientiser davantage en faveur de son indépendance. Ni la répression, ni la diffamation, ni l’arabisation, ni la salafisation ne pourront altérer la marche de la nation kabyle vers le recouvrement de sa souveraineté.

Bouaziz Ait Chebib

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Merci Vouaziz tu m’a redonne confiance, sache que tu es indespensable plus que jamais.
    Nous devons avancer et aboutir dans ce projet. J’admire votre courage et ainsi tout autre qui vous qui te soutiens, mais personellement je n’adhere jamais a un mouvement autre que le MAK-Anavad
    Bien a toi

    Répondre
  2. Il reste encore aux Kabyles beaucoup d’étapes à franchir avant de dire que nous sommes sauvés. En effet, un peuple dont une partie n’ose même pas se reconnaitre à soi le statut de peuple n’est pas encore sorti de l’auberge. Quand une bonne partie de ce peuple ne reconnait même pas son drapeau (le drapeau Kabyle) c’est qu’il y a un malaise, et pourtant la symbolique du drapeau est intégrée par tous les peuples de la Terre. Quand des personnalités de la culture et des arts se déclarent neutres vis à vis du combat Kabyle sous le prétexte de ne pas se mêler de politique alors les ennemis de la Kabylie peuvent dormir sur leurs deux oreilles, et pourtant le bon sens voudrait que l’on ne peut être neutre quand il est question de la liberté d’un peuple. Mais malgré cela, il faut reconnaitre que la jeunesse Kabyle contrairement à ces ainés complexés, lâches et corrompus, est elle décidée à arracher la liberté et l’indépendance pour la Kabylie.

    Répondre
  3. Il reste aux kabyles qui sont a l étranger ou souvent leurs enfants n’ont plus rien de kabyle a rentrer définitivement chez eux et a construire car bientôt tous les kabyles quitteront le pays et il n’y aura plus de tamurt sauf a la créer en France ou au Quebec

    Répondre

Réagir

*