Une année plus tard : Le mystère de Nihal Si Mohand demeure entier

Nihal Si Mohand

TIZI OUZOU (Tamurt) – Une année après la disparition suivie d’assassinat de la petite fille de quatre ans, Nihal Si Mohand dans la région d’Ath Ouacif, le 21 juillet 2016, le mystère de cette affaire demeure entier. L’enquête n’a absolument rien apporté pouvant éclairer sur l’un des drames les plus scabreux de l’histoire récente de la région de Kabylie en général et de Ouacif en particulier.

Nihal Si Mohand a été kidnappée. Puis, quatorze jours plus tard, le 3 août 2016, elle a été retrouvée morte et son corps sauvagement déchiqueté. Rien de plus n’est venu apporter des réponses à mille et une questions triturant les méninges de tous ceux qui se sentent concernés de près ou de loin par cette affaire tragique. Jusque-là, il n’y a que des rumeurs qui circulent toujours au sujet de cette affaire. Aucune information  officielle n’est disponible. La dernière fois que les services de sécurité en charge de ce dossier ont communiqué sur la question de l’enlèvement suivi d’assassinat de Nihal Si Mohand ont affirmé qu’il y a des éléments nouveaux qui ont filtré sur ce crime. Mais ils n’ont pas donné plus de détails.

Il se trouve qu’à ce jour, soit trois mois plus tard, le silence demeure entier quand il s’agit de l’affaire de l’assassinat de Nihal Si Mohand. L’absence de témoins directs de la disparition de Nihal Si Mohand constitue l’élément et l’obstacle qui rend l’éclatement de la vérité des plus ardues. Quand on sait que le mystère demeure entier concernant de grandes affaires d’assassinat d’artistes engagés comme Matoub Lounès et d’hommes politiques de grande envergure à l’instar de Mohamed Boudiaf et Kasdi Merbah ou encore Krim Belkacem, il n’ y a pas de quoi s’étonner que le crime ayant visé la pauvre  Nihal Si Mohand reste dans la case des assassinats non-élucidés et impunis.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. @ Tamurt,
    Il ne sert à rien de remuer le couteau dans la plaie et de raviver la douleur des parents et des proches de cette victime. Si une telle affaire n’est pas élucidée ce n’est pas par incompétence mais parce que les autorités concernées ont des choses à cacher. Les Kabyles particulièrement ceux des montagnes doivent être extrêmement vigilants et ne compter que sur eux-mêmes pour assurer leur propre sécurité. La messe est dite et l’heure est grave.

    Répondre

Réagir

*