Ahmed Challal, un collectionneur d’objets anciens

collectionneur d'objets anciens

CONTRIBUTION (Tamurt) – Dda Ahmed Challal s’est attelé avec passion et patience à la collection d’objets traditionnels anciens : des objets en fer, en bois, en cuir, en argile, en pierre…Ces objets vivants nous rappellent les différentes périodes du passé, quand nos aïeux labouraient la terre avec des bœufs, se réchauffaient avec du bois autour de l’âtre, mangeaient des glands et des plantes sauvages pour survivre, écrasaient les olives avec un pressoir traditionnel, tiré par un mulet, un âne ou une femme, acheminaient la nouvelle mariée sur le dos d’un cheval…

Tous ces objets traditionnels renferment une mémoire vivante et grandiose pour notre génération mais malheureusement morte pour la nouvelle génération. Ils nous rappellent des souvenirs tantôt joyeux, tantôt tristes, de nos valeureux ancêtres qui trimaient durement pour survivre. Ces vaillants aïeux dignes d’admiration, n’ont jamais abdiqué devant les multiples difficultés et les nombreuses adversités. Enfin, des objets qui nous invitent à respecter le passé qui a pavé la voie progressivement vers la modernité.

Qui est Ahmed Challal ?

Il est né en 1951 à Bouzeguène village. Avec sa petite taille, ses cheveux blancs et sa démarche maladroite, il ne paye pas de mine. Il travaillait comme gardien au CEM de Sahel. Après sa sortie en retraite, il a refusé de croiser les bras à Tajmaet comme les autres retraités. Il a choisi de devenir un artiste. Il collectionnait les objets antiques. Les citoyens qui connaissaient sa passion pour cet art l’appelaient de partout en Kabylie. Avec sa petite Suzuki noire, Dda.Ahmed n’hésite pas à sillonner les villages kabyles pour enrichir chaque jour davantage sa collection.

Aujourd’hui, Dda.Ahmed est fier d’avoir collecté plus de 1000 objets. Il a transformé sa maison en musée. Toutes les associations qui activent en Kabylie le sollicitent pour exhiber ses précieux objets lors des différents festivals qu’elles organisent. Aussi, tous les intellectuels qui viennent à la commune de Bouzeguène, font une virée à Bouzeguène village, pour visiter le musée de Dda.Ahmed qui devient de plus en plus célèbre. Ce dernier accueille toujours les visiteurs avec un immense plaisir.

Pour terminer, une anecdote amusante qui illustre parfaitement le grand amour que voue Dda.Ahmed à sa passion. Une fois, alors qu’il se rendait à Ain-El-Hammam, il aperçût en bas de la route un objet dans une falaise abrupte et accidentée. Son flair légendaire lui fait pressentir une bonne occasion qu’il ne faudrait pas manquer. Il arrêta sa voiture, prit une corde dans la malle qu’il noua à une roue. Il descendit et remonta avec une vieille amphore, ensevelie dans de la boue, en utilisant la corde.

Hammar Boussad pour Tamurt

Partager cet article

Réagir


*