AG élective de la JSK : Hannachi n’a pas osé s’y présenter

Hannachi

TIZI OUZOU (Tamurt) – Qui aurait cru ou pensé, un jour, que le « Chérif » de Tizi Ouzou n’aura même pas le courage de se présenter à l’assemblée générale élective de la JSK, ne serait-ce que par devoir et par respect aux milliers de supporters du club qu’il a présidé de force et contre la volonté populaire, pendant vingt-quatre ans ?

Ce jeudi 7 septembre, Mohand-Chérif Hannachi n’a pas osé défier la peur et se rendre, comme la logique l’aurait dicté,  à l’AG élective du club le plus titré d’Algérie. Il a pourtant reçu sa convocation comme l’ensemble des actionnaires et membres du conseil d’administration du club. Mohand-Chérif Hannachi, en plus de la peur a sans doute pensé également à toute l’humiliation qu’il pouvait essuyer et subir en se rendant, la tête baissée, à une AG, où il devait plier ses bagages et être remplacé par un homme beaucoup plus compétent et estimé que lui. Aucun esprit sportif n’a prévalu dans le choix de Hannachi qui a déserté cette AG. Or là, la sagesse aurait dicté qu’il soit, non seulement présent, mais aussi disponible à prendre part à la passation de consignes sans aucune animosité. Mais quand on s’appelle Mohand-Chérif Hannachi, la sagesse n’a pas droit de cité. Hannachi persiste dans l’erreur même après avoir été évincé légalement du club. Hannachi a préféré ester en justice les membres du conseil d’administration du club.

Il a aussi choisi le jour de l’élection du nouveau président afin de rendre public un long communiqué pour y étaler ses sottises. Un communiqué où Hannachi, oui Hannachi, appelle les membres du conseil d’administration « à faire preuve de maturité et de revenir sur leur décision de l’écarter de la présidence du club ». On aura tout vu avec Mohand-Chérif Hannachi même après son éjection du club, maintenant qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même.

Tahar Khellaf pour Tamurt   

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Bon débarrât !
    Un pion à terre…est l’espoir renait. C’est une victoire pour les dignes kabyles.
    La chute de cet énergumène qui se croyait intouchable annonce certaines d’autres comme lui qui se croient plus fort que tout. La preuve que tout a une fin …surtout quand les causes sont justes,pour peu que l’on ne lâche jamais même dans les moments les plus incertains le combat.
    Un bon espoir pour la renaissance de la JSK et ses fans mais surtout pour la Kabylie meurtrie par des hommes de cette espèce malfaisante qui a perdu la boussole de la raison.

    La Kabylie avant d’accéder à sa totale liberté doit abattre un à un les remparts de la prison algérienne dont les (kds vendus) l’ont enfermé.
    Qui sera la prochaine vermine à rendre l’âme?

    Répondre
  2. Il a eu ce qu’il méritait lui qui a placé la JSK sous le patronage de bouteflika envers et contre les Kabyles. Il a étouffé la voie Kabyle dans les stades où évoluait l’équipe Kabyle. Il a outrageusement fait du prosélytisme politique en faveur du régime colonial arabo algérien. Il s’est toujours montré en compagnie des sbires du régime colonial ennemis de la Kabylie. Les Kabyles ne regretteront pas son départ, c’est le moins que l’on puisse dire. C’est le sort qui est réservé à tous ceux qui aujourd’hui se croient protégés par le système inique algérien et qui s’opposent à la volonté d’émancipation des Kabyles.

    Répondre
  3. Rien ne change sur le fond, c’est le passage de témoin entre deux marabouts.
    En 1962 les anciens collabos ont occupé les meilleurs postes à l’indépendance. On a l’impression qu’à l’indépendance de la Kabylie on assistera à la même chose avec les kds et les sbires de assad.

    Répondre
  4. Il est sorti par le petit trou comme un rat dégout.son nom sera associé à celui de Ouyahia ,Ould Ali Lhadi,Amara Ben Younes ,KHalida Toumi, Tous les traitres de la Kabylie ,une meute de chiens au service du pouvoir colonial angirien.

    Répondre

Réagir

*