À l’approche des élections locales : Tous les moyens sont bons pour abattre son adversaire

élections

VGAYET (Tamurt) – A quelques mois des prochaines élections locales, les formations politiques commencent à se tirer sur les pattes et à faire dans la récupération des événements. En voulant faire inscrire à l’ordre du jour de l’APW de Vgayet le point relatif aux problèmes rencontrés par l’homme d’affaires Issad Rebrab quant au débarquement des équipements devant servir à l’installation de son usine de trituration des graines oléagineuses et celui relatif à l’interdiction des conférences au  centre culturel d’Aokas, le RCD s’est retrouvé confronté au refus du président et des acolytes de la même formation politique qui voulaient éviter que ce parti d’opposition ne fasse dans la récupération à l’approche des élections locales.  

Les mêmes situations sont vécues partout à travers les contrées de la Kabylie entre les élus du FFS et du RCD, les deux formations habituées à rafler le maximum de sièges à Vgayet et Tizi Wezzu, et parfois entre les élus de la même formation politique. C’est le cas ces jours ci à l’Est de la région de Vgayet. Des membres de ces deux partis commencent à tirer les ficelles pour confectionner, d’ores et déjà, les listes de candidats à présenter aux locales. Si à Souk El Tenine, c’est le maire en personne qui refuse que ses adjoints, l’un étant en congé de maladie et l’autre dissident du FFS qui a complété l’exécutif dirigé par le RCD, ne donnent des ordres à sa place, dans la localité voisine d’Aokas, c’est le chef du bureau de section du même parti et le maire actuel qui jouent des coudes pour diriger la liste des élections communales prochaines.

Même scénario au FFS. Pour s’assurer un maximum de sièges, le FFS d’Aokas a diffusé deux déclarations consécutives pour s’attaquer à l’exécutif commun al que préside le RCD. Une manière de rappeler à la population que ce parti, aux commandes de la mairie durant deux mandats consécutifs, ne peut plus gérer et qu’il faut du sang nouveau, c’est-à-dire, en un mot comme en plusieurs, le FFS. Mais pourquoi avoir attendu près d’un quinquennat pour réagir à la fin du mandat ? Dans la commune voisine de Tizi N’Berber, voyant le maire actuel, de tendance RND, avoir les faveurs des pronostics depuis notamment qu’il ait réussi à arracher un quota de logements socio-participatifs à Aokas, auquel il n’ouvre pas droit par ailleurs, les membres du comité de section du FFS ont transmis à la presse une déclaration qu’ils ont signé en cohésion avec la section d’Aokas pour demander l’affichage de la liste des bénéficiaires car il semblerait, selon la rumeur, que le maire aurait attribué ce quota à ses connaissances dont des élus et l’un de ses frères. La guerre entre les postulants aux sièges des assemblées locales a commencé. Des formations s’entredéchirent et des militants tentent de se frayer un chemin pour se faire classer parmi les premiers de la liste. Les intérêts personnels passent avant toute autre considération.

Amaynut pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. L’ALGERIE ET LE CANADA SONT INCOMPARABLES A TOUS POINTS DE VUE :

    1. Le CANADA est un Etat Démocratique l’Algérie est non une dictature Arabo-islamique.
    2. l’Etat CANADIEN est une confédération, l’Etat Algérien est un Etat Unitaire, Jacobin, centralisé, bureaucratique, et fascisant, par exemple les noms à consonance amazigh ne sont pas acceptés par l’état civil Algérien.
    3. l’Algérie se définie par une appartenance ethnique exclusive « ARABE », xénophobe, raciste et ethnocidaire envers les autochtones.
    4. Le CANADA possède 02 langues officielles (elles ne sont pas étrangères au CANADA, l’Algérie possède une seule langue officielle étrangère à l’Algérie, l’arabe classique.

    Répondre
  2. Honte a ces partis algérianistes LE FFS ET LE RCD , la Kabylie est en deuil , eux parlent d’élections. Aux citoyens de leur donner la raclée qu’ils méritent comme le 04 mai 2017 Un gouvernement et des partis n’ayant même pas recueilli 10% des voix se permettent de parler encore .

    Répondre

Réagir

*