Le 05 octobre 1988, Khaled Nezzar ordonna de tirer sur les foules

émeutes en Algérie

ALGÉRIE (Tamurt) – 29 ans sont déjà passés depuis que les troupes de l’armée Algérienne étaient dans la rue pour tirer sur les civils. C’était le 05 octobre 1988. Le général Khaled Nezzar, ancien sous officier de l’armée Française durant la guerre de libération, a donné le feu vert aux militaires de tirer sur les manifestants à Alger. Plus de 500 personnes, manifestants civils, ont trouvé la mort. Les militaires ont tiré à balles réelles.

Un événement sanguinaire qui reste toujours impuni, alors que le commendataire est toujours en vie. Les crimes d’Etat du 05 octobre 1988 resteront toujours impunis. Khaled Nezzar ne s’arrête pas là. Durant toute la décennie dite noire, il commettra d’autres crimes. Il est cité même dans plusieurs affaires de tortures. Khaled Nezzar et ses amis militaires ont tout fait à l’époque pour faire émerger les islamistes afin de justifier leur intervention militaire dans les affaires politiques, soit disant pour garder les institutions, mais en réalité, c’était pour étouffer dans l’œuf le processus démocratique.

A ce jour, Khaled Nezzar, est toujours poursuivi en justice dans des affaires de tortures en Suisse. Aux dernières nouvelles, Khaled Nezzar, qui est aussi cité dans l’affaire de l’assassinat de Mohamed Boudiaf, s’est rendu à la Mecque, en Arabie Saoudite, cette année, pour le rituel d’El Hadj.  » Entre moi et toi, un océan de sang nous sépare », lui avait lancé à la figure Hocine Aït Ahmed devant un juge à paris en 2005.

Ravah Amokrane pour Tamurt 

Partager cet article

Réagir

*