Hamadache : Si je deviens Président, j’accepterai d’ouvrir un consulat pour Daech


ALGERIE (Tamurt) – Dans une interview accordée à la radio algérienne ’’radio Echorouk’’, le leader des salafistes en Algérie a déclaré qu’il accepterai d’ouvrir un consulat pour Daech en Algérie, et a prononcé d’autres propos dangereux (l’interdiction de la musique…).

Hormis son rêve de devenir Président de la République, Hamadache est devenu un nouveau nom qu’on a ajouté à la liste des cheikhs qui reconnaissent que « l’islam est la religion et l’Etat » et que pour assurer la survie de l’islam en tant que religion, il faut que l’état soit islamique (que le peuple soit musulman, obligé à l’être sous peine d’être égorgé, ou payé la ’’Jizya’’) avant de continuer avec un verset coranique pour argumenter ses dires.

Comme prévu Hamadache a, encore une fois et comme les cheikhs musulmans, créé une description à la démocratie assez personnelle.  Selon lui, « la vraie démocratie est celle de 1992 ». En résumé si le résultat du vote est islamique, pour Mr. Hamadache c’est la vraie démocratie, et si le vote est laïc ? Refait-on une deuxième élection ?!

L’interviewé est resté fidèle aux traditions musulmanes (mentir en se servant de la religion). Il a raconté l’histoire d’un physicien qui a embrassé l’islam après une étude physique sans bien sûr citer le nom du physicien, ni sa nationalité et ni l’université où l’étude a été réalisée, en bref une pure invention.

Le controversée n’a pas mâcher ses mots en défendant l’Association des oulémas musulmans algériens qui, par la plume de son fondateur Abdelhamid Ben Badis, a déclaré en 1933: « nous ne sommes pas les ennemis de la France, et nous ne demandons que la reconnaissance de la langue arabe et la religion musulmane ».

En parlant de l’Etat Islamique Hamadache a déclaré qu’il «  ne condamne pas les faits qu’à commis Daech et si je dois choisir entre l’armée irakienne et Daech, je choisirai Daech » avant de continuer, « si j’étais Président de la République, j’ouvrirai un consulat pour Daech en Algérie à condition que les autres pays reconnaissent cet état ».

Hamadache a conclu l’interview en chérissant le rêve de devenir le « Président de la République algérienne islamique et populaire’’, et il a déclaré qu’il interdirai la musique après la destruction des instruments musicaux.

Jugurtha Aqvayli pour Tamurt

Partager cet article

Un commentaire - Écrire un commentaire

  1. Quand on a deux neurones et demi on aspire pas à devenir président de la république. Président d’une secte de moutons, chèvres et chameaux dégénérés peut-être mais pas d’un pays.

    Répondre
  2. Le M prit en photo assit sous un arbre habillé afgan arabe. montre ses mains vide, il regarde le photographe qui est en train de flaché sur lui avec enthousiame, trés ravé de faire passé son message(souvent incompréhensible et dangereux) cela en contradition avec les perceptes de l´islame qui interdit strictement le commerce de la photo , le journal parsien charlie hebdo a été haineusement décimé a cause d´un dessin qui montre le prophète de l´islame!

    Répondre
  3. VOILA L´ARSENAL DIPLOMATIQUE CONTRE LA PUISSANCE MINORITAIRE AU MOYEN ORIENT DONT LE CHEF DES RANGS DES AVOCATS ALGERIENS SOUS ASSISTANAT EUROPE ET L´APPUI DE LA FRANCE , sI AU FUTURE ??? LES POURSUITES CONTRE LE
    GÉNOCIDE ET CRIME EN ALGERIE , SORTE DE TROC POUR LA PUISSANCE MINORITAIRE
    AU MOYEN ORIENT , DONC LE REGIME JOUE LE QUITTE AVEC TOUT LES POINTS DOUTEUSES ET S´ÉLOIGNER DE LA VÉRITÉ COMME ELLE ET SON COLON ,

    Palestinians to submit first file against Israel to ICC next week

    Move part of increased focus on diplomatic maneuvering, appeals to international bodies by Palestinians

    The Palestinians will next week submit their first file to the International Criminal Court in their bid to open criminal proceedings against Israel, an official said on Thursday.

    The move is part of an increased focus on diplomatic maneuvering and appeals to international bodies by the Palestinians, who have been frustrated by a lack of progress in ending the what they see as Israeli occupation and creating their own independent state.

    The file is to be handed to ICC chief prosecutor Fatou Bensouda on June 25, and will detail alleged violations of international law by the Jewish state, Palestinian foreign ministry official Ammar Hijazi told reporters in the West Bank city of Ramallah.

    On April 1, the Palestinians formally joined the ICC with the goal of trying Israeli leaders for alleged abuses during last summer’s war in the Gaza Strip, and alleged crimes relating to the so-called occupation of the West Bank and east Jerusalem.

    The file is « only general, it’s only statistical », Hijazi said.

    « But it certainly draws a grim picture of what Israel is doing and why we think that there are reasonable grounds… for the prosecutor to start (her) investigations. »

    It does not refer to specific incidents, but the Palestinians will submit such details in future if Bensouda decides to proceed with inquiries, he said.

    Bensouda’s office has opened a preliminary examination into Palestinian claims, starting from June 2014.

    Earlier this year, as the Palestinians were putting their accession to the ICC in motion, president Mahmud Abbas sent documents to the court authorizing the prosecutor to investigate alleged crimes that took place in Palestinian territories since June 13, 2014.

    The unrest in June last year escalated to the summer war between Israel and Hamas, which killed about 2,200 Palestinians and 73 on the Israeli side.

    Bensouda has also said she is weighing opening war crimes investigations into the Palestinians themselves, with groups such as the Islamist movement Hamas, which rules Gaza, potentially under the spotlight.

    Among the more controversial events of the Gaza war was Israel’s bombing of UN schools being used as shelters for the displaced.

    Israel says it was forced to carry out the strikes because Hamas used them to store weapons or fire rockets at Israel.

    The ICC, set up in 2002, is the world’s only permanent independent body to try the most serious crimes of concern to the international community.

    Répondre
  4. Au passage des troupeaux le chien aboit, c’est ce que constitue Hamadache, il défend l’indéfendable pour moi c’est un aghyoul (un Âne, himar) car il n’y a qu’un äne qui nie ses origines. Tu seras toujours le dernier animal sur terres avec ton Daech, pour que tu sois président il faut d’abord que tu sois compétent car tu ne connais rien du tout malgré que le notre actuellement ne connais rien mais lui il est palcé. Ay aghyoul

    Répondre
  5. HAMADACHE, LE SALAFISTE du DRS.

    Des sources fiables ont confirmé que le prétendu imam salafiste est en réalité de longue date un agent du DRS, la Police politique secrète du Régime militaire algérien. Lors de la « sale guerre » des années 1990, l’agent undercover Abdelfatah Hamadache activait dans les rangs islamistes sous la fausse identité d’Abdelfatah Berriche, dit aussi « Abou Souleiman ». Des précisions décisives ont été apportées sur ce personnage par le capitaine Ahmed Chouchane, ancien Officier des Forces spéciales qui avait été arrêté en mars 1992 pour ses sympathies islamistes (mais qui avait récusé le recours à la lutte armée). Dans son livre publié sur Internet en 2012 (3), le capitaine Chouchane relate de façon détaillée le rôle joué par Hamadache – il avait découvert sa véritable identité – dans la mutinerie manipulée des détenus de la prison de Berrouaghia, dont la terrible répression fit plus de cinquante morts le 13 novembre 1994 (4). L’objectif de cette opération était de justifier l’élimination extrajudiciaire de nombreux cadres du Front islamique du salut (FIS) qui y étaient incarcérés. Chouchane, qui y était alors détenu, raconte comment ces cadres (enseignants, médecins, intellectuels) avaient fait de la prison une sorte d’école, apprenant à lire et à écrire aux quelque 1 200 prisonniers politiques qu’elle comptait à l’époque. Et comment, quelques semaines avant le drame, le DRS avait transféré à Berrouaghia plusieurs détenus d’autres prisons comme Serkadji et Lambèse, parmi lesquels Hamadache, tandis que la direction de la prison était remplacée.

    « Les premiers à subir les effets de ces bouleversements à l’intérieur de la prison, explique Ahmed Chouchane, ont été les enseignants et les cadres qui ont été diabolisés ; puis, sous l’ordre de la nouvelle direction, de nouveaux leaders arrivés avec le dernier transfert ont pris l’ascendant sur les anciens et ont pris le contrôle avec l’aide des gardiens… Certains des nouveaux détenus, qui avaient même des relations personnelles avec le directeur de la prison, […] étaient vraiment des agents transférés dans le seul but d’exécuter des cadres du FIS. » Ces agents, se présentant comme des islamistes radicaux, ont constitué au sein de la prison un « émirat », dont Hamadache a été désigné « imam ». Ils ont alors entrepris d’embrigader de jeunes détenus fragilisés par la torture pour organiser une évasion. Le capitaine Chouchane rapporte en détail le déroulement des faits et l’épouvantable répression par les forces de sécurité, en précisant : « Toutes ces informations m’ont été données par les jeunes victimes des bourreaux après l’échec de l’évasion et ont confirmé une manipulation des services de renseignement. […] Quant à Abdelfatah Hamadache, il a été le premier à être exfiltré en nous disant qu’il avait été blessé par balle dans sa tentative d’évasion. »

    Vingt ans après ce drame, l’agent infiltré a retrouvé son patronyme et refait surface sous les spots des studios de télévision. Depuis quelques années, le prédicateur salafiste Hamadache est en effet invité sur les plateaux des nouvelles chaînes algériennes « privées » pour prêcher la haine en toute impunité. Ses discours incendiaires, qui ont d’ailleurs peu d’écho dans la population, ne lui valent aucun rappel à l’ordre ni poursuite, ni interdiction d’antenne. Dans un pays bâillonné et dont les médias sont tous étroitement contrôlés par le DRS, cette tolérance est révélatrice tant des protections dont il bénéficie que du rôle qui lui est assigné sur la scène médiatique.

    Jusque-là, la réputation de ce personnage équivoque ne dépassait pas les cercles spécialisés : le « salafiste des services » n’était connu que de ceux qui observent avec attention le théâtre des marionnettes médiatiques algériennes. Mais son appel au « régime algérien à appliquer la charia […] en exécutant publiquement » Kamel Daoud a valu à Abdelfatah Hamadache une notoriété dépassant les frontières de son pays. Il faut dans ce contexte relever l’opinion d’Ali Belhadj, l’ex-numéro deux du FIS – qui continue à ce jour d’être poursuivi par les autorités algériennes –, demandant à Hamadache immédiatement après sa sortie « de s’expliquer et de dire en quelle qualité il pouvait juger (5) ». Il ajoutait que « s’il est possible de rappeler les principes religieux, par contre, personne ne peut juger » : selon Belhadj, « il n’appartient qu’au seul Dieu de juger qui est musulman et qui ne l’est pas ». Il désavouait ainsi clairement les propos de l’imam salafiste.

    Ce prédicateur obscurantiste brutalement surgi des limbes par un discours très provocateur a en tout cas efficacement refocalisé l’attention des médias à l’étranger et en Algérie sur la « menace islamiste ». Tous les éléments d’une opération de guerre psychologique étaient ainsi réunis. Une intrigue mince, mais un procédé efficace. L’acteur principal, un obscur imam sans écho ni audience qui attaque un auteur francophone et laïque, complètement inconnu de ses ouailles potentielles, mais relativement célèbre en France. Le scénario est éprouvé et porte la signature du DRS. Pourquoi, avec ce type d’initiative, ce service a-t-il entrepris aujourd’hui de renouer avec des modes de désinformation et d’« action psychologique » déployés dans les années 1990 pour mener à huis clos, mais avec de puissants relais étrangers, sa guerre d’« éradication » de la « menace islamiste » et de la démocratie ?

    LE REGIME MILITAIRE ALGERIEN NSTRUMENTALISE L’ISLAMISME POUR MASQUER UN BILAN DESASTREUX ET ASSURER LA TRANSITION AU SOMMET

    L’enjeu, cette fois, n’est pas de masquer un coup d’État et une guerre civile derrière une prétendue menace millénariste : il s’agit plus trivialement de créer les conditions les plus propices à la transition qui se prépare à Alger. Le pays est en effet à la veille de recompositions complexes et d’inévitables changements, inhérents à la nature même d’un régime politique usé dont les principaux dirigeants – pour la plupart très âgés – ne sont plus en état de tenir les commandes. La paralysie durable de la vie politique, aggravée par l’ossification du système dans un contexte global peu favorable – la chute des prix pétroliers est un facteur négatif de plus –, inquiète les principaux alliés extérieurs du régime, avant tout désireux d’éviter des ruptures brutales préjudiciables à leurs intérêts économiques mais également sécuritaires. Un potentiel de tensions et de déséquilibres exacerbé par l’état de santé du chef de l’État, très affaibli après son énième hospitalisation en urgence à Paris, le 16 décembre 2014.

    L’image internationale du régime – qui a oublié la sale guerre des années 1990 ? –, pourtant servie au mieux par un extraordinaire silence médiatique et le bâillonnement de facto des voix discordantes, est désormais très atteinte. Publiquement « contraints dans leur expression » pour reprendre l’éloquent aveu d’un ancien Premier ministre français (Lionel Jospin en septembre 1997 (6)), nombre de responsables français et européens n’hésitent pas, en privé et off the record, à critiquer sévèrement leurs homologues algériens. Sans qualités reconnues, hors leurs capacités de nuisance, ces derniers apparaissent pour ce qu’ils sont : des partenaires par défaut dans la guerre éternelle contre le terrorisme. Sur ce terrain où la propagande est une arme de guerre, le DRS possède une expertise reconnue : les coups tordus sont une incontestable spécialité maison. Qui a oublié les « commandos médiatiques » des années 1990 débarquant en Europe pour prêcher la bonne parole des « démocrates-putschistes » d’Alger en guerre contre des islamistes barbares dirigés par d’étranges émirs, marchand de volaille ou carrossier automobile ? Qui a oublié les assassinats atroces d’intellectuels attribués « naturellement » à de sanguinaires djihadistes ? C’est souvent après coup que nombre de « spécialistes » ont réalisé, sans le reconnaître pour autant, que les auteurs de ces crimes abjects ne se recrutaient pas uniquement dans les rangs des fanatiques religieux et que les commanditaires restaient hors de portée. À ce jour, de troubles zones d’ombre recouvrent encore les meurtres que le journaliste Saïd Mekbel, lui aussi tué par des assassins anonymes en décembre 1994, attribuait au chef de la police politique secrète, le général-major Mohammed Médiène, dit « Toufik » ( 7).

    En décembre 2014, c’est pour occulter la réalité nue de son échec généralisé, économique, social et politique, que le régime réactive des extrémistes en réserve depuis des années. En témoigne notamment la réapparition médiatique de l’ancien chef de l’Armée islamique du salut (AIS), Madani Mezrag, autrefois considéré comme un terroriste, dont on apprend qu’il a été autorisé à organiser une « université d’été » dans le djebel en août 2014. Ainsi que, probablement, l’étrange assassinat en Kabylie du randonneur français Hervé Gourdel, le 24 septembre dernier. La remise au devant de la scène de cette mouvance islamiste sous contrat avec le DRS a pour but de signifier aux étrangers, mais aussi aux Algériens, que la seule alternative à la « barbarie islamiste » est le régime en place, garant exclusif de modération et d’équilibre.

    Comme dans les années 1990, des groupes islamistes supervisés par le DRS s’en prennent, pour l’instant verbalement, à des représentants des courants « laïques et modernistes » afin de créer un climat de tension et de distribuer les rôles dans une pièce où les enjeux réels de contrôle du pouvoir et la rente sont soigneusement dissimulés. La contradiction religieux/laïques est instrumentalisée et mise en scène pour faire diversion et leurrer l’opinion internationale. L’affaire Hamadache-Daoud participe très clairement de ce scénario.

    Répondre
  6. sincèrement faut pas écouter ce raté car ça nous rend nerveux et se nourrie que de la violence et de la haine
    espèces de crapule si vraiment tu es un homme croyant a ton dieu vas ‘y au front de série ou en Lybie personne ne te retient ou bien donne des conseils a tes enfants de rejoindre ton DEACH en Irak tu ouvres ta gueule pour trompe les pauvres malheureux

    Répondre
    1. Le DRS et le recours aux Agents….

      – agents doubles,

      – agents liquidables,

      – agents vivants,

      – agents indigènes,

      – agents dormants,

      – agents intérieurs.

      – agents de propagande = chien de garde (haw ! haw !)

      – agents de déstabilisation, de provocation, de manipulation…..

      ….qui rappellent des pratiques de « triste mémoire » , celles des opérations d’intoxication les plus meurtrières des SR français que fut la Bleuite…. le complot des Bleus (…) . Bref, a psychose de la Bleuite s’installa et durera plusieurs mois (…) pour s’estomper en mars 1959……

      Répondre
    2. Nach deine Meinung, Algerisch politisch zustand weht nach Syrien Chaos beispiel, entweder das Regime bleibt am Amt(egale wie das weiter lauft) oder der alt Regime irgendwie muss weggeschmissen werden, damit weg frei für die 100% neu sehr alt Islamisch und arabisch Staat einrichten, dazwischen gibt es keine andre Lösung! aber was wichtige für uns als kabylei Volks, wo soll mit unserem Land hin?, was sind Perspektiven und was sind Chancen? antworten und gut verstehen, welche best Möglichkeit zu nutzen.

      Répondre
  7. sincèrement faut pas écouter ce raté car ça nous rend nerveux il se nourrie que de la violence et de la haine
    espèces de crapule si vraiment tu es un homme croyant a ton dieu vas ‘y au front de série ou en Lybie personne ne te retient ou bien donne des conseils a tes enfants de rejoindre ton DEACH en Irak tu ouvres ta gueule pour trompe les pauvres malheureux

    Répondre
  8. sincèrement faut pas écouter ce raté car ça nous rend nerveux il se nourrie que de la violence et de la haine
    espèces de crapule si vraiment tu es un homme croyant a ton dieu vas ‘y au front de Syrie ou de Lybie personne ne te retient ici ou bien donne des conseils a tes enfants de rejoindre ton DEACH en Irak, tu ouvres ta gueule pour tromper les pauvres malheureux

    Répondre
      1. Azul! je ne sais pas pourquoi TAMURT.INFO accorde de l’importance a cet ignare qui veut etre president . si ce serai le cas moi je serai pape . thannemirt

        Azul, la naïveté et la candeur vous honore, en effet si les gars qui se battaient en 54 pour l’indépendance savaient que le président qui régnerait en 2015 serait une tarlouze tétraplégique en chaise roulante…
        Tout est possible le barbu me parait même plus sérieux.

        Répondre
        1. je prefere 1000 fois la tarlouze au barbu si ce dernier prend le pouvoir , j’en suis sur que tu remettras plus tes pieds en algerie si tu te trouve a l’etranger

          Répondre
          1. Azul
            La tarlouze et le barbu sont les deux faces d’une même pièce ,l’arabo izanisme. Maintenant préférer la tarlouze est une histoire de gout … entre adultes consentants!

  9. Pensez vous que la majorité des algériens donnent tort à cet énergumène et ne pensent pas plutôt comme lui ? Si bien entendu. Il n’ y a que des Kabyles naïfs pour croire qu’il est fou ou qu’il est en décalage par rapport à sa société, Ceux qui sont loin de l’environnement algerien peuvent rêver d’une algerie démocratique et laique quand la réalité nous montre que les algériens dans leur majorité abhorrent meme le terme de laïcité. Nos amis Kabyles des partis algerianistes leurent le Peuple Kabyle en lui faisant miroiter la possibilité de faire revenir l’Algérie dans un futur proche à la laïcité et à la democratie quand tous les indicateurs montrent la progression vertigineuse de l’islamisme chez les algériens. Je lis dans ce forum des posts naïfs traitant cet énergumène de fou alors qu’il n’exprime tout haut ce que tout le monde algerien pense tout bas ou du moins la majorité écrasante. Il est certain que si des élections libres et delocratiques se déroulent encore une fois en Algerie comme en 92 il est fort probable que les algériens redonnent encore leur voix a une écrasante majorité à ces islamistes. Pourquoi voulez vous que ce soit autrement ? N’est il pas temps de sauver la Kabylie de ce fléau qui tôt ou tard reviendra a la surface ? C’est cela l’dnsiegnement qu’on doit tirer de cette information, ce n’est pas de se gausser des déclarations de cet énergumène, il faut au contraire les prendre au sérieux.

    Répondre
  10. Azul,

    Je leur souhaite de tout mon cœur, que leur algérie devienne un état islamique « et là on rigolera ».
    Comme disait les inconnus « cela ne nous regarde.. »
    Cela montre bien que nous n’avons rien n’avoir avec les algeriens, nous sommes à des années lumières, aujourd’hui encore nous nous battons pour la liberté, laïcité et eux veulent revenir à l’an 600 et instaurer la charia partout ou pose leur fesses.

    Répondre
  11. En d’autres lieux, hamadachiotes serait une excellente cible d’un drone.
    Mais comme on est dna sun pays arabo-islamo-terroriste comme l’algerie, ce genre de barbus sales et repugnants ont pignon sur rue et sont acclames par les foules islamisantes et hysteriques.

    Répondre
  12. la solution sioniste ameriquen radicale est d iradiquer le residu nazizme instorer bien avant l dexieme guerre mondiale au niveau des clants arabo islamiste puis dans les enciene colonie., alor en algerie on assiste a deux courants le nazime froco arabo islamiste et sciennisme discret et infiltrer dans les sphere de letat encouragant une emergence d un islam radicale wahabisme alier dedu sionisme. le clant des harkis pro francais independant de legemonie ameriquenne, voila pour quoi en insiste a travers le net a l insitation au nationalisme algerien pour contre carer le wahabisme et daichiste des ameriquen , ces nazi arabo islamiste franco coloniale veulle mobiliser en particulier les kabyles pour leur sale guerre avec le daich, ils peuvent meme imposer la presidence a un kabyle de service pour tranper les naif.via les boriquos. rcd , rnd et ffs, frere kabyles ne j amais prendre les arme si ce n est pas pour deffendre exepciennelemnt que ce qui est kabyle et amazigh. car cete foi si vous aurais avoir a faire pas au fis mais a une coalition internationnale de lute ne vous fait pas tuer pour l algerie froco nazi ,elle est qu un ecrant de fumer.

    Répondre
  13. l’islam , qu’il soit modéré ou non, constitue une réelle menace pour le monde entier et toute l’humanité. L’occident semble ne pas prendre au sérieux cette menace.Il donne l’impression qu’il n’est préoccupé que par son économie. Et pourtant le feu est déjà à quelques mètres de leur porte. La course à la fortune de beaucoup de personnalités politiques, culturelles, etc….. fait oublier le danger qu’ils font courir à leur populations et à leur civilisations . A l’image de la France qui soutien très clairement et très nettement le régime corrompu et corrupteur d’Alger qui use et abuse de l’usage de l’islamisme en croyant pouvoir toujours le contenir et le gérer . J’accuse très particulièrement la France pour son rôle dans toutes les souffrances et tous les maux qui rongent l’Algérie. Je ne comprends pas encore pourquoi aucune puissance économique et militaire dans le monde n’a le courage de s’élever pour crier haut et fort à l’ONU et dans toutes les tribunes internationales le danger que représente la secte islamique pour l’humanité toute entiere.

    Répondre
  14. on peut tout reprocher a ce hmadache, mais au moins il est cohérent !

    il dit tout haut, ce que la majorité des algériens pensent tout bas.
    lui au moins il est cohérent, il s’inscrit dans la politique, de son pays, dans le projet de société de son pays, et dans son modèle de civilisation !

    ce qui me navre, c’est les obligés et autres renégats, qui pensent qu’il demeure un espoir d’un avenir en commun dans un pays, comme l’algérie.
    la fascination des algériens, pour l’islamisme, le panarabisme, le wahabisme, n’est un secret pour personne.

    je dis simplement, aux pseudos démocrates, dont la majorité sont kabyles, qui s’obstinnent a vouloir  » démocratiser » « laîciser » un pays qui les a rejetés et les rejetra systématiquement.

    IL YA PLUS DE PROBABILITE POUR QUE LES ARABO-ISLAMISTES VOUS ARABO-ISLAMISE ( si ce n’est déjà fait ,) QUE VOUS DE LES DEMOCRATISER !

    Répondre
  15. le baghdadi algerien bien venu au monde des tenebres c’est ainsi que commence l’obscurantisme l’etat n’est pas la patrie et n’a jamais de religion l’arabophobie est plus dangereux que hamadachele baghdadi deja il se voit futur president tout est possible en algerie saha ftorkoum

    Répondre
  16. tamurt.info = site du DRS

    MAK / GPK créé et supervisé par le DRS.

    créé en 2001 après les tractations secrète de Ferhat avec Rachid Aissat (de Tazmalt), Colonel de la SM

    Lire :

    – Achab Ramadane, A propos de l’autonomie de la Kabylie, novembre 2001

    – Ait Larbi Arezki, La Kabylie cherche sa voie vers l’autonomie, Le Figaro 21/04/2010

    Répondre
    1. Quand est ce que vous allez nous annoncer que Massinissa et Jugurtha les humides sont la création du drs ?

      On ne peut que vous souhaiter la guérison.
      AK ichfou rabbi…

      Répondre
    2. @Sam
      Ce Sam est la meme personne qui est sur tous les sites kabyles .En realite,sa strategie est d,essayer de faire peur aux miltants en particulier et Kabyles en genral en faisant croire que le sinitre DRS est partout.Ce phenomene (Tatha) n,est pas un opposant a l,etat voyou d,Alger,mais il est plutot opposant a la Kabylie.
      La Kabylie sera independante que tu le veuilles ou non.

      Répondre
  17. Azul,

    Malheureusement, ce Hamadache est un Kabyle. Eh oui, il y a des Kabyles chez Daech. Ecoutez-le dire qu’il est kabyle de père et mère dans un message aux Kabyles sur youtube, et vous allez vous arracher les cheveux :

    Que faire a din qessam avec ces tarés kabyles ?

    Répondre

Réagir

*